Comprendre la notion de Bénéfices/Risques et comment elle peut être utile au quotidien

Le minimum serait d’informer le public pour que chacun soit en mesure, en attendant des décisions officielles, de modifier ou non sa consommation, […] de permettre à ceux qui ne désirent pas prendre de risques, ou le moins possible, d’adopter un mode de consommation et un comportement en adéquation avec le mode de vie qu’ils ont choisi. – Pr. Robert Barouki

 

Bonjour à tous !benefices-risques-sante-enfants

Concernant les polluants du quotidien, dans le monde moderne occidental, il est difficile d’envisagerd’atteindre une « exposition 0 » pour nos enfants. Face à ce constat, deux principaux modes de gestion se présentent pour les parents :

  • diminuer cette exposition autant que possible. Certains articles du blog ont présenté des sources de polluants classiques, ainsi que les moyens existants aujourd’hui pour protéger les enfants. Par exemple : jouets, matelas, cosmétiques, produits ménagers, encens, aliments, poussières domestiques, …
  • augmenter la capacité du corps à neutraliser et à éliminer les polluants auxquels il est exposé. Sur ce thème, à ce jour, plusieurs pistes ont été abordées sur le blog (alimentation, mouvement, plantes médicinales, …), des approfondissements sont prévus dans les semaines et les mois à venir !

 

Le premier mode de gestion implique de faire un certain nombres de choix et de compromis : il s’agit de diminuer l’exposition des enfants… tout en gardant un style de vie réaliste, qui peut concrètement être mis en oeuvre dans le monde d’aujourd’hui ! Se retirer du monde moderne et vivre à l’écart est une option possible, mais la plupart des parents ne souhaitent pas faire ce choix. Alors sur quels critères fonder ces choix et ces compromis ?

 

Une première proposition présentée sur le blog est l’application du principe 20/80, c’est-à-dire se concentrer sur les 20% d’actions qui apportent 80% des résultats. Reformulé en termes d’exposition aux polluants du quotidien, cela pourrait donner « Quels sont les 20% de pratiques qui permettent de diminuer de 80% l’exposition de mes enfants ?« . Pour répondre à cette question, vous pouvez vous appuyer sur :

  • les articles du blog qui font le bilan des connaissances actuelles sur les sources de pollutions les plus classiques, cités plus haut ;
  • les analyses des auteurs de référence en santé environnementale, grâce à la publication de chroniques de leurs livres.

 

Une deuxième proposition pourrait être d’identifier les « Quick wins », c’est-à-dire les pratiques qui demandent pas ou peu d’efforts, et qui permettent pourtant de diminuer rapidement l’exposition des enfants. La notion de « pas ou peu d’efforts » dépend des spécificités de chaque famille ; voici quelques exemples de pratiques classiquement considérées comme des Quick wins :

Pour connaitre d’autres techniques simples et permettant de diminuer rapidementl’exposition de vos enfants, je vous invite à télécharger mon guide gratuit en remplissant le formulaire se trouvant sous cet article !

 

enefices-risques-sante-enfants2

 

Une troisième proposition consiste à s’appuyer sur la notion de Bénéfices/Risques. La plupart des pratiques permettant de diminuer les expositions ont également pour conséquence une potentielle perte de bénéfices. Avant de choisir de mettre en place ou non une nouvelle pratique, il me semble important de comparer les bénéfices et les risques de chaque option.

Par exemple, la limitation de la consommation de certains poissons par les femmes enceintes permet de limiter leur exposition au méthyl-mercure, et donc de diminuer le risque de perturber le développement du fœtus. Cependant, cette diminution d’un risque peut être contrebalancée par la perte du bénéfice nutritionnel de la consommation de poisson. Ce thème a fait l’objet de nombreuses études « bénéfices-risques », comparant les risques toxicologiques et les bénéfices nutritionnels. En dehors du cas particulier des poissons prédateurs, ces études ont très majoritairement conclu à un bénéfice nutritionnel supérieur au risque toxicologique pour une consommation adaptée de poisson [1, 2, 3].

 

Les études bénéfices-risques sont le plus souvent utilisées pour évaluer des médicaments [4, 5, 6] : il s’agit de de prendre en compte les effets secondaires éventuels et de les retrancher du bénéfice attendu, afin d’estimer une sorte de bénéfice net global. Ce principe peut également être utilisé en santé-environnement [7] et dans notre vie quotidien d’encadrants d’enfants ; son utilisation pourrait devenir une habitude lorsqu’une alternative est considérée : quels sont les bénéfices de chaque option ? Les risques associés ? Comment se contrebalancent-ils, comment s’articulent-ils dans mon cas particulier ? Penser à se poser ce type de questions me semble permettre de faire des choix plus éclairés.

Parfois il est difficile de répondre précisément à ces questions, et il faudra faire des choix en situation d’incertitude. L’objectif de ce blog est de vous accompagner dans cette démarche, en mettant à disposition un maximum d’informations, issues de sources sérieuses et variées. Ces informations permettent de mieux comprendre les risques et les bénéfices associés à différentes alternatives, et ainsi de diminuer les incertitudes.

Dans certains cas, le niveau d’incertitude restera significatif. Les choix pourront alors être faits sur la base d’autres critères: faisabilité pratique, coûts, appétence au risque, historique et sensibilités des enfants exposés, ampleur des dangers considérés, etc.

 

Afin de nourrir les réflexions, je partage avec vous les choix que Romi et moi faisons pour notre propre famille, ainsi que ceux indiqués par certains lecteurs dans les commentaires des articles. Les raisons de ces choix sont généralement explicités, comment autant d’éléments permettant d’éclairer une prise de décision. Si vous avez des retours d’expérience qui peuvent être utiles pour d’autres parents, en particulier sur votre vision des bénéfices et des risques associés à certains choix, je vous invite à les partager dans les commentaires des articles du blog ! 🙂

 

¨Photo par Stephan Hochhaus et Valentina Yachichurova

 

Références :

  1. Volatier JL. Mot à mot – Bénéfice-Risque – Coût-Bénéfice. Environnement, Risques & Santé 2011 ; 10-1.
  2. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Manger du poisson : pourquoi ? comment ? Recommandations de l’Agence pour la consommation de poissons – https://www.anses.fr/fr/content/manger-du-poisson-pourquoi-comment (Mis à jour le 14/04/2016, consulté le 30/10/2016).
  3. Guevel MR, Sirot V, Volatier JL, Leblanc JC. A risk-benefit analysis of french high fish consumption: a QALY approach. Risk Anal 2008 ; 28 : 37-48.
  4. Cucherat M. UMR CNRS 5558, Faculté de médecine Lyon Laennec. Balance bénéfice risque – http://www.spc.univ-lyon1.fr/polycop/balance%20benefice%20risque.htm (mis à jour en août 2009, consulté le 30/10/2016)
  5. Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Commission de suivi du rapport bénéfice risque des produits de santé – http://ansm.sante.fr/L-ANSM2/Commissions-consultatives/Commission-de-suivi-du-rapport-benefice-risque-des-produits-de-sante/(offset)/2
  6. Kassai B. Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Évaluation du rapport bénéfice/risque à long terme des médicaments en pédiatrie – http://www.comites-d-interface.inserm.fr/cint/content/download/20369/41065/version/1/file/KASSAI_23-10-09.pdf
  7. Marano F, Barouki R, Zmirou D. Toxique Santé et environnement : de l’alerte à la décision. Buchet Chastel 2015.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 Commentaires

  1. Aurore

    Je me dis que ça doit prendre du temps de faire ça tout le temps… 🙂

    Répondre
    1. Guillaume

      Un peu au début, le temps que cela devienne une routine. Une fois intégré aux habitudes de pensées, le réflexe ne demande plus d’effort conscient (quand pas besoin de recherches d’informations supplémentaires).

      Répondre
  2. Esthetique Tunisie

    Très intéressant, merci pour ce guide

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      ok cool ! 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.