Comment être des parents plus efficaces pour nos enfants

La gestion du temps est morte ! Vive l’élimination des tâches inutiles ! - Timothy Ferriss

Moins est plus. - Ludwig Mies van der Rohe

Bonjour à tous

Certains d’entre vous l’ont deviné entre les lignes : d’une manière générale, mes journées sont plutôt « bien remplies ». Au moment où j’écris cet article, j’ai un travail à temps plein, 3 heures de transports par jour, une petite fille de 3 ans et une femme enceinte à la maison… et j’essaye de produire régulièrement du contenu de qualité sur ce blog 😉

Selon les personnes que je rencontre, mon emploi du temps est jugé « caricatural », « invivable », ou encore « malheureusement classique de nos jours ». Très honnêtement, il ne s’agit pas du rythme de vie idéal pour moi, celui qui me correspond le mieux, celui que je souhaite à terme. Néanmoins je le vis plutôt bien, car ce rythme résulte de choix personnels réfléchis, sur la base des contraintes auxquelles je suis soumis.

 

Pour faire face à un nombre important de tâches à faire, comme beaucoup d’entre vous j’imagine, je me suis efforcé d’augmenter mon efficacité et ma productivité personnelle. L’objectif était de pouvoir libérer du temps, puis de le consacrer à ce qui compte pour moi, ma famille en particulier.

De nombreuses techniques permettent de s’améliorer, plus ou moins complexes. J’ai investi plusieurs centaines d’heures sur ces sujets : si je prends du recul pour identifier ce qui est le plus important à mes yeux, je retiens la loi de Pareto parmi les techniques essentielles. Cette loi est aussi appelée « principe 20-80 ».

Comme son nom l’indique, cette loi aurait été découverte par l’économiste et sociologue italien Vilfredo Pareto, au début du 20e siècle. Pareto a constaté que, en première approximation :

  • 20 % des pays détenaient 80 % des richesses mondiales ;
  • dans ces pays, 20 % des habitants détenaient 80 % des richesses nationales.

 

Le principe 20-80 fait l’hypothèse que la loi de Pareto peut être généralisée à tous les domaines, avec la formulation suivante : 20 % des causes produisent 80 % des effets. Par exemple :

  • 20 % des relations personnelles apportent 80 % des échanges satisfaisants ;
  • 20 % de nos activités apportent 80 % de notre plaisir/enthousiasme ;
  • 20% des membres d’une famille apportent 80 % des conflits ;
  • 20 % de nos compétences apportent 80 % de notre réussite ;
  • 20 % de ce que nous faisons apportent 80 % de notre bonheur ;
  • 20 % des clients d’une entreprise génère 80 % des bénéfices ;
  • 20 % des produits apportent 80 % du chiffre d’affaires ;
  • 20 % des lecteurs lisent 80 % des livres vendus ;
  • 20 % des courses représentent 80 % du coût total du caddy ;
  • 20 % des vêtements d’un placard sont portés 80 % du temps par leur propriétaire ;
  • etc.

Bien entendu, l’important n’est pas de retenir le ratio exact « 20/80 » – parfois il s’agira de 10/90, 5/95, 30/70, etc. – mais plutôt l’ampleur de la disproportion qu’il traduit.

 

Le principe 20-80 me parait un outil d’analyse intéressant : je l’utilise comme une grille de lecture, lorsque je dois choisir des actions à réaliser et des actions à ne pas réaliser. Il me semble que la culture occidentale nous invite plutôt à faire plus avec plus, à s’investir dans le travail et à être persévérant, parfois au prix de forts sacrifices. En rappelant qu’il existe d’autres manières de voir les choses, que potentiellement « less is more » comme disent les anglo-saxons, le principe 20-80 m’invite à concentrer mes efforts sur l’essentiel. En pratique, il se traduit concrètement par :

  • identifier puis réduire ou supprimer les actions les moins productives, c’est-à-dire celles qui font partie des 80% qui n’apportent que 20% des résultats ;
  • identifier puis reproduire le type d’actions les plus productives, c’est-à-dire celles qui font partie des 20% qui apportent 80 % des résultats.

Selon certains auteurs [1], le principe 20-80 comprend une deuxième hypothèse : il est toujours possible d’obtenir ou d’accomplir d’avantage en contrepartie de moins d’efforts. Il suffit de trouver et de se concentrer sur les 20% de causes les plus productives, puis de les démultiplier. Avoir l’extravagance de vouloir faire plus avec moins force à être imaginatif, comme nous y invite le concept d’« innovation frugale » par exemple.

 

Je m’efforce d’appliquer le principe 20-80 au quotidien, au sein de mes journées bien remplies. J’imagine, chers lecteurs, que vos journées sont probablement bien remplies aussi, surtout si vous êtes parents de jeunes enfants. C’est pourquoi je m’efforcerai d’appliquer également le principe 20-80 au sein de ce blog : mon objectif est d’écrire des articles synthétiques – 5 minutes de lecture, en évitant de dépasser 1 000 mots – et portant sur le contenu essentiel qui vous apportera la majorité des résultats. Les principales idées-clés seront mises en gras. Mon souhait est d’acquérir et de transmettre un savoir qui puisse être acquis et mis en pratique, même par un « parent débordé »… et ainsi contribuer, concrètement, à ce que nos enfants soient en pleine santé.

Pour qu’il n’y ait pas de malentendu : le principe 20-80 ne suggère pas de ne jamais s’investir significativement sur une thématique particulière. Il s’agit d’un choix personnel et le principe 20-80, utilisé en première approche, permet d’éclairer ce choix. Pour vous permettre d’approfondir plus avant certains sujets, je complèterai la plupart des articles avec une liste de références.

 

Et vous, quels sont les principes que vous mettez en œuvre pour être des parents plus efficaces ? Peut-être que, vous aussi, vous vous efforcez de simplifier au maximum, en vous concentrant sur les actions qui produisent le plus de résultats. Partagez votre expérience dans les commentaires !

 

 

Références :

  1. Koch R. Bien vivre le principe 80/20 – Moins de travail et de stress pour plus de succès et de plaisir. L’HOMME 2007.

Photo par Lukas Kirschbichler

Vous avez aimé cet article ? Alors entrez votre prénom et votre email pour recevoir d’autres conseils, et notamment le guide gratuit « 7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses »

[aweber listid=3878455 formid=1512845692 formtype=webform]

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Partagez les bonnes pratiques qui protègent les enfants !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Ces articles pourraient vous intéresser aussi

8 réponses

  1. Sympa ce principe des 20-80 !
    Je vais tenter de l’appliquer dans la création de BD : supprimer les 80% de traits qui ne passent que 20% du message 😉

    1. haha !

      Attention quelqu’un pourrait répondre « chiche pour le prochain gag ! » 😉

      Pour ceux qui ne te connaisse pas encore : iamo’i’s dessine des BD (avec brio !) ; je recommande vivement de visiter son blog (http://www.iamois.fr/), que l’on soit fan de dessin ou qu’on ait juste envie de passer un bon moment, notamment grâce à son forfait « au moins un gag par semaine » 🙂
      Les belles illustrations que vous pouvez voir sur mon blog, comme l’image d’accueil par exemple, sont faites par iamo’i’s. C’est un grand plaisir et un grand honneur pour moi : un énorme merci !

  2. Un article et une approche très intéressante. Je crois qu’au fond à partir du 2nd (enfant) j’ai commencé en fait à l’appliquer instinctivement 🙂 Par contre, un paramètre sérieux et intéressant qui n’est pas pris en compte et la variabilité de cette loi avec les enfants. Je m’explique : par exemple, ma fille (ma seconde) aime manger et mange bien. Je me suis donc appliqué à concentrer bcp d’efforts sur le sujet : cuisiner sain, bio si je peux, varié… ; mes 20% à moi quoi. Or, depuis allez 2 semaines on va dire, les repas se passent mal : affirmation du caractère, perte de temps, perte de nourriture balancée… Le but n’est pas d’analyser le pourquoi (je le sais à peu près), mais du coup mes 20% ne sont plus efficaces et plus adaptés du coup. Il faut donc que je lâche un peu cet aspect pour me concentrer sur un autre 20% qui va mieux fonctionner et avoir un impact plus positif : l’éveil musical, la marche… Et à un moment il faudra recommencer. Ou de la variation de la loi de Pareto 🙂 En espérant avoir été clair 🙂

    1. haha
      Moi je trouve ça très clair, mais c’est peut être parce que j’ai aussi une petite fille à la maison ! Ta description décrit bien le quotidien chez nous, en particulier sur le thème de la nourriture effectivement 😉
      En tant que futur papa de deux filles j’écoute tes conseils avec attention : je retiens la notion de flexibilité 🙂

  3. « (…) mon objectif est d’écrire des articles synthétiques – 5 minutes de lecture, en évitant de dépasser 1 000 mots – et portant sur le contenu essentiel qui vous apportera la majorité des résultats. (…) Mon souhait est (…) de transmettre un savoir qui puisse être acquis et mis en pratique, même par un « parent débordé »… et ainsi contribuer, concrètement, à ce que nos enfants soient en pleine santé. »

    Merci de ta sollicitude sur ce point, elle nous est plus que nécessaire !!! Et c’est parce-que tu mets en pratique qu’on suit ton blog avec intérêt et attention, cher Guillaume ! :-))

  4. Merci pour tes mots gentils Colibri, ils me font très plaisir.

    Entre tes lignes je t’imagine aussi « bien occupée » que moi

  5. J’aime bien le lien logique qui se crée entre loi de Pareto et les recommandations faites pour l’alimentation selon la logique évolutionniste (privilégier la consommation d’aliments peu ou pas transformés)

  6. Oui et c’est ça qui me semble vraiment génial jusqu’ici. Pour être en bonne santé, il faut certainement revenir aux basiques, qui sont souvent simples… ce qui fait gagner beaucoup de temps et d’énergie au final
    On retrouve aussi Thoreau : « Simplifiez, simplifiez »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement le guide « 7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses »

[aweber listid=3878455 formid=54673424 formtype=webform]

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Pour me suivre
Articles populaires

 

S’ABONNER AUX ARTICLES

Autres éclairages

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement le guide « 7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses »

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.