7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses

Nos efforts communs, en France, en Europe et dans le monde, doivent être orientés de telle sorte que nous puissions vivre dans un environnement chimiquement moins dangereux. – Roselyne Bachelot, alors Ministre de la santé

Pour moi en tant que détective médical, le premier indice est l'augmentation des cancers de l'enfant. Ceci indique que quelque chose va mal. - Dr Philip Landrigan

Bonjour à tous,

Santé enfants environnement

Les enfants d’aujourd’hui sont exposés à de nombreuses substances chimiques dangereuses. Des actions peuvent être mises en œuvre pour diminuer les risques associés et protéger leur santé. Ces actions font l’objet de ce blog.

 

J’ai rédigé un petit guide qui présente sept moyens simples et rapides, permettant de réduire l’exposition de ses enfants aux substances chimiques dangereuses. Ces moyens :

  • n’impliquent aucune dépense significative, en temps ou en argent ;
  • ne nécessitent aucune acquisition d’équipement particulier ou de savoir technique spécifique ;
  • apportent des résultats à court terme ;
  • peuvent être mis en œuvre immédiatement, dès la lecture de ce guide terminée.

 

Ces mesures concernent des expositions :

  • communes parmi les enfants aujourd’hui ;
  • associées à des effets sanitaires reconnus.

 

Mettre en œuvre ces mesures peut donc significativement réduire les risques auxquels vos enfants sont exposés. Elles font partie des mesures recommandées par plusieurs organismes de référence, nationaux ou internationaux, listés ci-dessous comme références.

 

Ce guide est disponible gratuitement : indiquez-moi votre adresse email dans le formulaire se trouvant dans la barre latérale, à droite, et je vous envoie immédiatement un lien pour le télécharger.

Ces mesures de préventions ne pourront apporter des résultats que si vous les mettez effectivement en œuvre : une fois la lecture de ce guide terminée, c’est-à-dire dans une vingtaine de minutes environ, je vous invite à passer concrètement à l’action, sans tarder.

 

J’aimerais bien avoir vos retours sur ce petit guide et sur les recommandations qu’il présente. Indiquez-les moi dans les commentaires !

 

Références 

  • Agence de Protection de l’Environnement des Etats Unis d’Amérique – epa.gov ;
  • Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) – anses.fr;
  • Ministère québécois en charge de l’environnement – mddelcc.gouv.qc.ca;
  • Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) – inpes.sante.fr;
  • Ministère en charge du développement durable – developpement-durable.gouv.fr
  • Ministère en charge de la santé – sante.gouv.fr;
  • Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) – ademe.fr;
  • Haut conseil de la santé publique (HCSP) – hcsp.fr ;
  • Santé Canada – http://www.hc-sc.gc.ca;
  • Pediatric environmental health. American Academy of Pediatrics 2012 ;
  • Site Internet de l’Assurance maladie (Améli) – ameli.fr.

Vous avez aimé cet article ? Alors entrez votre prénom et votre email pour recevoir d’autres conseils, et notamment le guide gratuit “7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses”

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Partagez les bonnes pratiques qui protègent les enfants !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Ces articles pourraient vous intéresser aussi

7 réponses

  1. Trèèès intéressant ce guide! Bravo pour ton travail, clair et très documenté, et merci du partage!
    Tes conseils m’ont beaucoup appris. J’ai conscience de la plupart de ces risques mais j’avoue ne pas toujours savoir comment les évacuer de façon pratique. Et puis concernant le poisson, par exemple, et bien je n’y pensais tout simplement pas lors de mes achats. J’y veillerai désormais!
    Sinon, j’ai aussi lu un article sur les vêtements. Il y aurait certains risques liés aux substances contenues dans certains textiles auxquelles la peau ne serait pas forcément étanche… Je ne sais pas ce que tu en penses, peut-être en parleras-tu prochainement?

    A très bientôt,
    Emilie

    1. Merci beaucoup Emilie 🙂 Je suis content que le guide t’aide à diminuer l’exposition des enfants pour qui tu fais tes achats (ta fille et d’autres ?).

      Oui le sujet des vêtements m’intéresse, d’autant plus que j’ai été témoin de quelques mésaventures dans mon entourage sur ce sujet. J’ai assez peu de connaissances dessus pour le moment : il sera effectivement l’objet d’un futur article.

      A bientôt !

  2. Le guide s’avère éfféctivement clair et instructif. Pour ce qui est du poisson, je consomme uniquement du “petits bateaux” ce qui fait qu’en plus de promouvoir une pêche durable il n’y a pas dans nos régions de poissons de grandes profondeurs et rarement de bout de chaîne alimentaire… Je n’ai rien vu dans ton guide sur mon dilemme du moment entre eau du robinet pour l’environnement et eau en bouteille pour la santé… As tu des lectures et un avis la dessus?

    1. Perso je consomme du poisson MSC pour diminuer l’impact environnemental : tu pourrais préciser brièvement ce qui t’intéresse particulièrement dans le label “petit bateau” stp je comprends que l’aspect “local” est important pour toi.

      Concernant l’eau à choisir, l’eau du robinet et l’eau en bouteille ont à mon sens chacune leurs avantages et leurs inconvénients. Mon point de vue aujourd’hui sur ce sujet :
      – l’eau du robinet est loi d’être parfaite, mais lorsque l’on souhaite diminuer son exposition aux produits chimiques, le plus efficace est de concentrer ses efforts sur les autres aliments (bien moins contrôlés et contenant probablement) pas mal de polluants. Par exemple, si tu souhaites diminuer ton exposition aux pesticides, tu ferais mieux de concentrer tes efforts sur acheter de la salade bio plutôt que de l’eau en bouteille
      – Mon choix perso : principalement l’eau des fruits et légumes crus (bios) et un peu d’eau du robinet
      Et toi, où en es-tu de tes réflexions ?

  3. Le petit bateau n’est pas à ma connaissance un label mais désigne une pêche artisanale, côtière et une vente directe du pêcheur au consolateur. On les trouve à la criée des ports de pêche, pour moi sur étapes, Boulogne sur mer ou Dunkerque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement le guide “7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses”

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Pour me suivre
Articles populaires

 

S’ABONNER AUX ARTICLES

Autres éclairages

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement le guide “7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses”

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.