Comment protéger la santé des enfants du mercure présent dans certains poissons

La sensibilité face aux impacts potentiels de substances chimiques environnementales augmente en cas d’exposition lors de périodes « critiques » et « sensibles » du développement, par exemple la grossesse, l’enfance et l’adolescence. – Fédération internationale des gynécologues obstétriciens (FIGO)

L’exposition de l’homme aux polluants organiques persistants (POP) passe essentiellement par l’alimentation. Le lait, les œufs, les graisses animales, les poissons… sont les principaux vecteurs de ces substances. - Pr Jean-François Narbonne

Bonjour à tous !
Cet article porte sur comment protéger la santé des enfants du mercure présent dans certains poissons.

mercure poissons - exemple de platLe mercure est une substance toxique pour le système nerveux. Les risques les plus élevés portent sur la période prénatale et les premières années de l’enfant, quand le système nerveux se développe activement. Une exposition au mercure peut générer différents types d’effets. Par exemple : troubles comportementaux, baisse du quotient intellectuel, retard dans l’apprentissage de la marche, coordination motrice déficiente, défaut d’élocution, etc.

.
Le mercure est considéré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme « l’un des dix produits chimiques ou groupes de produits chimiques extrêmement préoccupants pour la santé publique ».

 

Mercure dans les poissons : émissions industrielles et bioaccumalation

Certaines activités industrielles rejettent du mercure dans l’environnement. Dans les milieux aquatiques, des micro-organismes peuvent transformer le mercure en méthylmercure. Le méthylmercure est une forme de mercure qui est persistante et bioaccumulable, c’est-à-dire capable de s’accumuler dans les organismes vivants.
Dans un poisson, en règle générale, la concentration en méthylmercure augmente notamment :

  • avec la concentration présente dans l’environnement aquatique. Par exemple : eau, plancton, sédiments, etc.
  • avec la durée de vie du poisson ;
  • à mesure que l’on monte dans la chaîne alimentaire, à chaque fois qu’une espèce aquatique en mange une autre : un prédateur ingère le méthylmercure accumulé par sa proie, et ainsi de suite.

 

Eviter les grands prédateurs

En première approche, la taille d’un poisson peut servir d’indicateur approximatif pour caractériser une potentielle contamination au mercure. En particulier, cette approximation est cohérente avec les mesures de concentrations réalisées dans plusieurs études scientifiques.

.
La consommation de poissons constitue notre principale source d’exposition alimentaire au méthylmercure. Les poissons « grands prédateurs », qui se trouvent dans la partie haute de la chaîne alimentaire aquatique, peuvent présenter des concentrations significatives en mercure. Pour protéger la santé des enfants et des femmes enceintes ou allaitantes, par mesure de prudence, il est recommandé de limiter la consommation de certains poissons.

 

mercure poissons - sardines

 

Quelles sont les recommandations pour protéger la santé des enfants des risques liés au mercure dans les poissons ?

Concernant les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants de moins de 30 mois, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) recommande notamment :

  • d’éviter de consommer les poissons suivants : espadon, marlin, siki, requins et lamproies ;
  • de limiter, à 150 g par semaine pour les femmes enceintes ou allaitantes et à 60 g par semaine pour les enfants de moins de 30 mois, la consommation des poissons suivants : baudroies ou lottes, loup de l’Atlantique, bonite, anguille et civelle, empereur, hoplostète orange ou hoplostète de Méditerranée, grenadier, flétan de l’Atlantique, cardine, mulet, brochet, palomète, capelan de Méditerranée, pailona commun, raies, grande sébaste, voilier de l’Atlantique, sabre argent et sabre noir, dorade, pageot, escolier noir ou stromaté, rouvet, escolier serpent, esturgeon, thon.

.

Mercure dans les poissons : logique de prudence

Par mesure de prudence, ces recommandations peuvent être extrapolées à l’ensemble des enfants. Des poissons classiquement recommandés se trouvent plus bas dans la chaine alimentaire aquatique. Par exemple : harengs, maquereaux, sardines, anchois, etc. Ces espèces font généralement partie des poissons les moins chers.
Une consommation de poissons adéquate est associée à de nombreux bénéfices pour la santé.

.

Pour conclure cet article sur le mercure présents dans certains poissons, je souhaiterais faire une annonce. Avec iamo’i’s, mon ami dessinateur, nous avons créé une série de livres pour enfants, dans le but de permettre une première sensibilisation à la santé environnementale. Le tome 1 « Louis apprend à choisir les bons poissons » porte sur les aspects abordés dans cet article. Cliquez ici pour le découvrir !

Photo notamment par Bun Oshita et Dana L. Brown

.

Références – méthylmercure dans les poissons

  • Site Internet de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Consommation de poissons et exposition au méthylmercure. Notamment : lien. Consulté le 28 mai 2016. Et aussi :
  • Fiche de données toxicologiques et environnementales des substances chimiques (FDTE) de l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS). Mercure et ses dérivés – Version N°4, 2010. Notamment : lien. Consulté le 28 mai 2016. Et également :
  • Site Internet de Santé Canada – Gouvernement du Canada. Questions et réponses sur la présence de mercure dans le poisson. Notamment : lien. Consulté le 28 mai 2016. Et aussi : Le mercure – Votre santé et l’environnement. Notamment : lien. Consulté le 28 mai 2016. Et aussi :
  • Site Internet de l’Agence Américaine de Protection de l’Environnement – United States Environmental Protection Agency (USEPA). What You Need to Know about Mercury in Fish and Shellfish. Page consultée notamment le 28 mai 2016. Et aussi : How People are Exposed to Mercury. Notamment : lien. Consulté le 28 mai 2016. Et également :
  • Site Internet d’Environnement Canada – Gouvernement du Canada. Mercury in the Food Chain. Notamment : lien. Consulté le 28 mai 2016. Et aussi :

Davantage de références 1

  • Site Internet de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux – Food and Drug Administration (FDA). Fish: What Pregnant Women and Parents Should Know. Notamment : lien. Consulté le 28 mai 2016. Et également :
  • Site Internet de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Mercure et santé – Aide-mémoire N°361 – Septembre 2013. Notamment : lien. Consulté le 28 mai 2016. Et aussi :
  • Mercury Study Report to Congress. Vol. IV: An Assessment of Exposure to Mercury in the United States. EPA-452/R-97-006. U.S. Environmental Protection Agency, Office of Air Quality Planning and Standards and Office of Research and Development ; 1997. Et également :
  • Cheng Z, Liang P, Shao DD et al. Mercury biomagnification in the aquaculture pond ecosystem in the Pearl River Delta. Arch Environ Contam Toxicol 2011. Notamment : doi. Et aussi :
  • Burger J, Gochfeld M. Mercury and selenium levels in 19 species of saltwater fish from New Jersey as a function of species, size, and season. Sci Total Environ 2011. Et également :

Davantage de références 2

  • Di Renzo GC, Conry JA, Blake J et al. International Federation of Gynecology and Obstetrics opinion on reproductive health impacts of exposure to toxic environmental chemicals. Int J Gynaecol Obstet 2015. Notamment : doi. Et aussi :
  • Hammond D. Mercury Poisoning: The Undiagnosed Epidemic. CreateSpace Independent Publishing Platform. Et aussi :
  • Chevallier L. Le livre antitoxique. Fayard Et également :
  • Servan Schreiber D. Anticancer. Robert Laffont version rééditée de 2014. Et aussi :
  • Cordain L. The Paleo Diet Revised. Houghton Mifflin Harcourt. Et également :
  • Sisson M. Le modèle paléo. Thierry Souccar Editions. Et aussi :
  • Brown MJ. Should You Avoid Fish Because of the Mercury? – Authority Nutrition – 2016.

Vous avez aimé cet article ? Alors entrez votre prénom et votre email pour recevoir d’autres conseils, et notamment le guide gratuit « 7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses »

[aweber listid=3878455 formid=1512845692 formtype=webform]

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Partagez les bonnes pratiques qui protègent les enfants !

Ces articles pourraient vous intéresser aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement le guide « 7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses »

[aweber listid=3878455 formid=54673424 formtype=webform]

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Pour me suivre
Articles populaires

 

S’ABONNER AUX ARTICLES

Autres éclairages

Attendez ! Ne partez pas sans votre mini-guide ! :) « 7 moyens simples pour réduire l’exposition de vos enfants aux polluants du quotidien »

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement Les essentiels por débuter : « 7 moyens simples pour réduire l’exposition de vos enfants aux polluants du quotidien »

 

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement Les essentiels por débuter : « 7 moyens simples pour réduire l’exposition de vos enfants aux polluants du quotidien »

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.