Protéger les enfants des pollutions du dehors, avec le chercheur Rémy Slama (3/5)

La signification en termes de risques reste largement à déterminer, mais chacun comprend […] qu’il serait préférable que ce type de substances ne soit pas présent en permanence dans nos organismes. – André Cicolella

Car la réalité originale d’un danger n’est perçue que dans cette chose nouvelle, irréductible à ce qu’on sait déjà, qui s’appelle une impression. – Marcel Proust

Chronique du livre « Le mal du dehors »

Mal dehors Remy Slama

de Rémy Slama, 376 pages, publié en 2017

Rémy Slama est directeur de recherche à l’Inserm, où il pilote une équipe spécialisée en épidémiologie environnementale. Par ailleurs, il est président du comité scientifique du Programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens.

Ce livre propose une synthèse des connaissances sur l’influence de l’environnement sur la santé.

Quelques informations et points de vue intéressants, concernant la thématique « Santé des enfants et environnement »

Voici une liste d’informations et de points de vue issus du livre, en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement », et que je souhaite partager avec vous.

  • Le résultat des études d’impact sanitaire peut prendre la forme d’un nombre de décès ou de pathologies, attribuable au facteur de risque étudié. D’autres types d’indicateurs peuvent aussi être utilisés. Par exemple, puisque l’impact sociétal d’un excès de décès n’est pas le même s’il touche des personnes âgées ou des nouveaux nés, le nombre attribuable d’années de vie perdues est aussi un indicateur d’intérêt.
  • La diminution de la qualité de vie et le handicap générés par une exposition, par exemple du fait d’une pathologie, peut également être pris en compte, par un autre indicateur : le nombre d’années de vie perdues en bonne santé, ou les années de vie ajustées sur le handicap (ou Daly, pour Disability-Adjusted Life Years).
  • Une suite peut être donnée en traduisant ces effets sanitaires en coût financier. Une telle démarche a été menée pour le tabac, les polluants atmosphériques et les perturbateurs endocriniens. Par exemple, à l’échelle de l’Union européenne, le coût induit par les effets sanitaires des perturbateurs endocriniens a été estimé entre 100 et 200 milliards d’euros par an.
  • Une autre suite consiste à mettre en regard les bénéfices attendus par la mesure (ex : nombre de cas de décès et de maladies évités par l’interdiction d’une substance) et le coût de cette mesure (ex : coût financier pour un secteur industriel). Ces analyses « coût-bénéfice » sont particulièrement utiles dans le cadre d’une prise de décision, par exemple dans le cadre de politiques de santé publique.
  • Du point de vue scientifique, un lien de causalité entre une exposition et une pathologie est difficile à établir rigoureusement. En pratique, chaque étude apporte certains types d’informations, toujours associées à un niveau d’incertitude, plus ou moins élevé. Une étude isolée ne peut généralement pas prouver un lien de causalité.
  • Une approche classiquement retenue par les agences sanitaires est le processus d’expertise collective : un groupe d’experts pluridisciplinaire analyse l’ensemble des études existantes, puis fournit un avis sur « le poids de la preuve » en faveur d’un lien de causalité. Si ce poids est jugé suffisant, la prise de mesures de gestion des risques est alors recommandée.
  • En pratique, une telle conclusion est atteinte si, à la fois :
    • des études humaines documentent une association robuste entre l’exposition et la maladie considérée ;
    • un mode d’action de l’exposition sur l’organisme a été identifié (ex : un processus inflammatoire dans le poumon). Si ce mécanisme a été identifié sur l’animal, par exemple dans des études de toxicologie, il doit être plausible chez l’humain (ex : le gène impliqué existe et a un rôle similaire chez l’humain).
  • Le terme « exposome » désigne l’ensemble des expositions environnementales subies par un sujet au cours de sa vie, depuis la conception. Ce mot a été choisi par analogie avec « génome », qui désigne la séquence complète des paires de bases de l’ADN des cellules d’un individu.
  • La notion d’exposome invite à
    • considérer simultanément toutes les expositions d’un sujet. Des synergies de toxicité peuvent exister entre elles ;
    • sortir de la logique de mesure et d’étude de substances considérées individuellement.

Remy slama dehors sante environnement3

Quelques extraits en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement »

Le système endocrinien a un rôle direct dans de nombreuses fonctions, telles que la régulation de la fonction cardiaque, de la température, du métabolisme, de la fertilité, le contrôle du développement fœtal durant la grossesse et il interagit étroitement avec d’autres fonctions de l’organisme comme la défense immunitaire et le système nerveux. Une substance agissant sur le système endocrinien peut donc avoir des conséquences sur la fertilité, la survenue de malformations congénitales, de surpoids (le tissu adipeux peut être vu comme un tissu endocrinien, qui se développe selon les messages hormonaux qu’il reçoit), de troubles du comportement et de pathologies du système nerveux central, de pathologies immunitaires et auto-immunes, voire de cancers avec une contrôle hormonal (sein, prostate…).

Par exemple une substance comme le bisphénol A peut agir sur la fertilité, le neurodéveloppement et le comportement (induisant notamment des phénomènes d’anxiété), la croissance et la prise de poids, la fonction cardiaque, l’induction de tumeurs mammaires, la perméabilité de l’intestin… Cette absence de spécificité chimique et clinique fait de la question des perturbateurs endocriniens une question aux vastes contours.

Le nombre de substances potentiellement concernées est important, et il n’y a pas à l’heure actuelle d’organisme officiellement en charge de la classification des perturbateurs endocriniens qui ferait un travail d’expertise équivalent à celui du CIRC pour les substances potentiellement cancérigènes.

Seules les particules de diamètre inférieur à une dizaine de microns (notées PM10) peuvent pénétrer dans les poumons et sont préoccupantes pour la santé (par comparaison, le diamètre d’un cheveu est de l’ordre de 50 à 70 microns). En dessous des 2 microns de diamètre […], elles peuvent atteindre les alvéoles pulmonaires. Cette taille de l’ordre du micron correspond à celle de nombreuses bactéries, qui peuvent pénétrer dans notre organisme à travers les alvéoles pulmonaires, le lieu d’échange de l’oxygène entre l’air et la circulation sanguine. Une fraction des PM2,5, probablement assez faible (de l’ordre du pourcent), peut ainsi pénétrer dans notre circulation et atteindre certains organes. La pénétration dans l’organisme peut aussi se faire par le nerf olfactif, voie d’entrée connue de certains virus, qui permettrait ainsi aux particules ultrafines d’atteindre le cerveau.

On n’a pas identifié de seuil en dessous duquel les polluants atmosphériques cesseraient d’avoir un effet.

[La pollution atmosphérique] peut non seulement aggraver les symptômes des pathologies respiratoires et cardiovasculaires chez des sujets déjà malades, mais aussi entraîner la survenue de pathologies chez des sujets initialement en bonne santé. C’est en particulier le cas pour le cancer du poumon et le développement de l’athérosclérose (facteur de risque d’infarctus, d’insuffisance coronarienne, d’accident vasculaire cérébral). Il est aussi probable que l’exposition aux polluants atmosphériques dans l’enfance contribue au développement de l’asthme.

[Concernant la pollution atmosphérique,] les cohortes mettent l’accent sur l’effet de l’exposition chronique, celle subie au jour le jour, même en l’absence de pic, et démontrent qu’une exposition faible subie sur le long terme est plus nocive qu’une dose élevée subie très brièvement. Dans ce cas, pour paraphraser Paracelse, ce n’est pas la dose maximale mais la dose moyenne qui fait le poison.

La dernière directive européenne en date fixe des limites sur les moyennes annuelles pour les particules fines, un des polluants les plus préoccupants du point de vue sanitaire, à 25 μg/m3. Cette limite européenne correspond à plus du double de la limite réglementaire en vigueur aux États-Unis, et à 2,5 fois la valeur de 10 μg/m3 préconisée par l’OMS. Cet écart majeur, entre deux pays à niveaux de vie équivalents, et pour des polluants pour lesquels les connaissances scientifiques ne sont pas équivoques, est frappant. Du fait de l’effet sanitaire sans seuil des particules fines — et en supposant qu’elle serait respectée sur tout le territoire, ce qui n’est pas le cas en France et dans d’autres pays — la réglementation européenne est loin de garantir une absence d’effet sanitaire. Au contraire, la gamme de 10 à 25 μg/m3 dans laquelle se situent la plupart des grandes villes européennes correspond à un fardeau de maladie très important.

En France, l’estimation est que le coût sanitaire de la pollution atmosphérique est de l’ordre de 80 milliards d’euros par an.

La suite de cette chronique se trouve ici : Protéger les enfants des pollutions du dehors, avec le chercheur Rémy Slama (4/5)

Cette chronique met en avant l’importance de protéger les enfants des substances préoccupantes, car les effets potentiels pourraient être graves et pérennes. Ce blog a pour mission de vous aider et de vous accompagner dans votre démarche ! Pour vos premiers pas, vous pouvez vous appuyer sur le guide gratuit téléchargeable ci-dessous.

Photo par Nykaule

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1 Commentaire

  1. Pingback: Protéger les enfants des pollutions du dehors, avec le chercheur Rémy Slama (2/5)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.