Comment protéger les enfants des effets de la pollution atmosphérique (1/6)

La lutte contre la pollution de l’air ne constitue pas, de fait, une priorité de l’action publique. – Cour des Comptes (2015)

La pollution de l’air est un phénomène insuffisamment connu. Seuls une quinzaine de polluants sont surveillés. – Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques (Assemblée nationale)

 

Bonjour à touspollution atmosphérique air enfants

Cet article est le premier d’une série portant sur la pollution de l’air extérieur, envisagée du point de vue de parents souhaitant protéger la santé de leurs enfants. Dans cette série, j’apporterai des éléments de réponses aux questions suivantes :

  • Qu’est-ce que la pollution de l’air extérieur ? Qui concerne-t-elle ?
  • Quelles sont les substances classiquement étudiées ? Quelles sont celles qui font l’objet d’un intérêt plus émergent ?
  • Quels sont les enjeux sanitaires identifiés à ce jour ?
  • Quelles sont les fausses croyances les plus classiques ?
  • Quelles bonnes pratiques peuvent permettre de diminuer les expositions des enfants ?

Ce premier article a pour objectif de présenter les principaux éléments à connaitre concernant la pollution de l’air extérieur.

 

Qu’est-ce que la pollution de l’air extérieur ?

La « pollution de l’air extérieur », parfois aussi appelée « pollution de l’air ambiant », désigne la présence dans l’air, à l’extérieur des bâtiments, de gaz et de particules ayant des effets néfastes sur la santé et sur l’environnement. En cohérence avec la thématique de ce blog, cette série d’articles se focalisent sur les aspects sanitaires liés à un air pollué ; elle les met en regard des sensibilités spécifiques aux enfants.

Les concentrations en polluants caractérisent la qualité de l’air. Le plus souvent, elles sont exprimées en microgrammes par mètre cube d’air (μg.m-3).

 

Quels sont les types d’effets associés à la pollution de l’air extérieur ?

D’une manière générale, les risques sanitaires dépendent des polluants présents dans l’air, de leurs interactions, de leurs concentrations respectives, de la durée des expositions, ainsi que de l’état de santé et des prédispositions génétiques des personnes exposées.

Les effets sanitaires liés à un air pollué peuvent se manifester à court ou à long terme. Ils incluent :

  • des affections bénignes : fatigue ; nausées ; irritations respiratoires, oculaires et cutanées ;
  • des maladies associées à une forte pénibilité : asthme (aggravation et, avec un plus faible niveau de preuve, apparition), pneumonies, allergies diverses ;
  • des pathologies mortelles : cancers, maladies cardiovasculaires.

En 2013, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé comme cancérigènes la pollution de l’air en général, ainsi que les particules fines en particulier.

 

A titre d’information complémentaire, les effets néfastes sur l’environnement incluent :

  • l’acidification des eaux, des sols et leur eutrophisation,
  • la baisse des rendements agricoles.

 

Quelles sont les différences entre pollution de l’air extérieur et pollution de l’air intérieur ?

Classiquement, pollution de l’air extérieur et pollution de l’air intérieur sont distinguées. La plupart des bâtiments ne sont pas hermétiques : la qualité de l’air intérieur est donc directement dépendante de la qualité de l’air extérieur ; mais elle est également influencée par des sources de pollution spécifiques aux intérieurs des bâtiments : produits de construction et de décoration, peintures, meubles, activités de cuisson, produits ménagers, désodorisants, etc.

Cette série d’article porte spécifiquement sur l’air extérieur. Pour en savoir plus sur les bonnes pratiques permettant de préserver la qualité de l’air intérieur, vous pouvez consulter les articles suivants :

 

D’où proviennent les polluants atmosphériques ?

Des gaz et des particules sont directement émis à l’atmosphère par certaines activités humaines : transports, industries, chauffage résidentiel, agriculture, etc. D’autres sources d’émissions directes sont liées à des phénomènes naturels : éruptions volcaniques, feux de forêts, embruns marins, brumes de sable, etc. Les contributions relatives de ces sources sont spécifiques à chaque zone géographique considérée.

Ces émissions directes sont appelées « émissions primaires » ; les polluants correspondants sont appelés « polluants primaires ». Les « émissions secondaires », elles, désignent la formation dans l’air de substances par des réactions entre, d’une part, des polluants primaires et, d’autre part, des substances déjà présentes dans l’air. Par exemple :

  • l’ozone (O3) ne présente pas de source d’émission directe : il se forme uniquement sous l’effet du rayonnement solaire et de réactions chimiques complexes, impliquant différentes substances (O2, NO, NO2, hydrocarbures, etc.). En d’autres termes, l’ozone est un polluant exclusivement secondaire ;
  • des particules peuvent être produites par la transformation de gaz dans l’air. Par exemple, dans certaines conditions, le dioxyde d’azote peut générer des particules de nitrates et le dioxyde de soufre des particules de sulfates. Les nitrates d’ammonium et les sulfates d’ammonium sont des exemples connus, car ils sont influencés par les émissions agricoles d’ammoniac (NH3).

Plus généralement, une fois émis, les polluants atmosphériques évoluent en fonction des conditions météorologiques rencontrées. Par exemple, en plus des réactions évoquées ci-dessus, leur évolution dépend de l’influence du vent, de la pluie, des gradients de températures, du rayonnement solaire, etc. Par conséquent, le lien entre émissions dans l’air et concentrations dans l’air n’est pas proportionnel. Par exemple, baisser les émissions de particules de 10 % ne résultera pas forcément en une diminution de 10 % des concentrations.

pollution atmosphérique air enfants12

 

Quels sont les polluants préoccupants les plus classiques ?

En France, 12 polluants font l’objet d’une réglementation : dioxide d’azote (SO2), dioxide d’azote (NO2), ozone (O3), arsenic (As), cadmium (Cd), nickel (Ni), plomb (Pb), benzo[a]pyrène (B[a]P), benzène (C6H6), monoxyde de carbone (CO), particules de diamètre inférieur à 2,5 μm et 10 µm (PM10 et PM2,5PM vient de l’anglais Particulate Matter, soit matière particulaire en français). L’ammoniac (NH3) peut également être considéré comme un polluant classique, notamment pour sa capacité à favoriser la formation de particules secondaires.

Les mesures de concentrations disponibles portent principalement sur ces substances. Au regard de leur nombre réduit, une première conclusion me semble s’imposer : le pollution de l’air est un phénomène insuffisamment connu.

 

En 2016, cinq de ces polluants présentaient des dépassements de normes fixées pour la protection de la santé. Pour les PM10, le Ni et le B[a]P, ces dépassements sont relativement localisés : ils ne concernent que quelques agglomérations. Pour le NO2 et l’ozone, les dépassements sont plus nombreux et concernaient respectivement 16 et 26 agglomérations.

 

Plus généralement, au regard des données de toxicité et de riques disponibles, ainsi que des niveaux d’expositions actuels, les trois polluants classiques qui me paraissent faire l’objet des plus fortes préoccupations sont le dioxyde d’azote (NO2), l’ozone (O3) et, tout particulièrement, les particules fines (PM). Le prochain article de la série présentera :

  • les principaux éléments à connaitre sur ces polluants classiques ;
  • les polluants émergents, ne faisant actuellement pas l’objet de réglementations ou de mesures de surveillance régulière.

 

Ce prochain article se trouve ici : Comment protéger les enfants des effets de la pollution atmosphérique (2/6)

 

Références

  1. Ministère de la transition écologique et solidaire – Commissariat général au développement durable. Bilan de la qualité de l’air en France en 2016. Octobre 2017. http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/Datalab/2017/Datalab-26-bilan-de-la-qualite-de-l-air-en-france-en-2016-oct2017.pdf
  2. European Environment Agency. Air quality in Europe — 2017 report. EEA Report No 13/2017. Publications Office of the European Union, 2017. https://www.eea.europa.eu//publications/air-quality-in-europe-2017
  3. NIEHS/EPA Children’s Environmental Health and Disease – Prevention Research Centers. Impact Report – Protecting Children’s Health Where They Live, Learn, and Play. U.S. Environmental Protection Agency (EPA), 2017. EPA/600/R-17/407. https://www.epa.gov/sites/production/files/2017-10/documents/niehs_epa_childrens_centers_impact_report_2017_0.pdf
  4. Préfecture de la région Île-de-France. Comprendre les enjeux de la qualité de l’air – Qu’est-ce que la pollution de l’air ? https://www.maqualitedelair-idf.fr/c-est-quoi/
  5. Organisation mondiale de la santé (OMS). Effects of air pollution on children’s health and development – A review of the evidence. World Health Organization, Regional Office for Europe, 2005. http://apps.who.int/iris/handle/10665/107652
  6. Organisation mondiale de la santé (OMS). Review of evidence on health aspects of air pollution — REVIHAAP Project, Technical Report. World Health Organization, Regional Office for Europe, 2013. http://www.euro.who.int/en/health-topics/environment-and-health/air-quality/publications/2013/review-of-evidence-on-health-aspects-of-air-pollution-revihaap-project-final-technical-report
  7. Assemblée nationale. Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques. Rapport d’information n° 3772 sur l’évaluation des politiques publiques de lutte contre la pollution de l’air. 2016. http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-info/i3772.asp#P169_11085
  8. Université Paris Descartes, Université Sorbonne Paris Cité. MOOC Environnement et santé : un homme sain dans un environnement sain – Les polluants de l’air extérieur et intérieur et les pathologies associées. 2016.
  9. American Academy of Pediatrics (AAP). Pediatric Environmental Health. Library of Congress 2012.

Photo par Bill Dickinson et MarocStoun

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 Commentaires

  1. Pingback: Comment protéger les enfants des effets de la pollution atmosphérique (3/6)

  2. Pingback: Comment protéger les enfants des effets de la pollution atmosphérique (2/6)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.