Connaitre les polluants chimiques qui mettent nos enfants en danger, avec Anne-Corinne Zimmer (1/4)

L’accroissement des cancers ne peut s’expliquer seulement par le vieillissement de la population, puisque – l’OMS l’a démontré et rendu public dans le Lancet en 2004 – le cancer des enfants et des adolescents est un de ceux qui ont enregistré l’augmentation la plus forte depuis 1970. – David Servan Schreiber

Il s’agit de mettre fin à cette expérience à grande échelle sur la santé de nos enfants. – Jacqueline McGlade, alors directrice exécutive de l’Agence européenne de l’environnement (AEE)

 

Chronique du livre « Polluants chimiques. Enfants en danger »

 polluants enfants danger Zimmer

D’Anne-Corinne Zimmer, 288 pages, publié en 2009

 

Anne-Corinne Zimmer est journaliste scientifique et journaliste d’investigation, spécialisée en santé environnementale.

Ce livre porte sur les substances dangereuses auxquelles les enfants sont exposés par leur environnement quotidien. Il fait l’objet d’une chronique en quatre parties. Cet article est la première partie de la chronique.

.

Quelques informations et points de vue intéressants, concernant la thématique « Santé des enfants et environnement »

Voici une liste d’informations et de points de vue issus du livre, en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement », et que je souhaite partager avec vous.

  • En transformant l’environnement, nous exposons les prochaines générations à des produits toxiques qui peuvent entraîner de graves effets sanitaires.
  • Les premiers stades de la vie, de la conception aux deux premières années, sont des périodes de très grande vulnérabilité.
  • Avant de pouvoir agir réglementairement pour diminuer les expositions à des substances préoccupantes, le niveau de preuve exigé est si élevé qu’il faut plusieurs dizaines d’années pour pouvoir l’atteindre. Pendant ce temps, les enfants sont toujours exposés… et les moyens de recherche sur les milliers d’autres substances insuffisamment étudiées en sont réduits d’autant.
  • Les effets négatifs induits par les pollutions environnementales affectent rarement les statistiques sanitaires habituelles. Ils peuvent se manifester lentement et mettre des années à être détectés. Parfois ils ne sont jamais détectés ; c’est le cas des pertes de QI par exemple, qui sont hors du champ des diagnostics médicaux classiques. On parle de « pandémie silencieuse » : les parents doivent agir sans attendre, à leur propre niveau.
  • Lorsque les effets sanitaires d’une substance sont suffisamment démontrés, la question de la toxicité des substituts se pose car, le plus souvent, ils ont été moins étudiés que la substance initiale.
  • La réglementation européenne sur les produits chimiques est la plus exigeante au monde. Elle est cependant très insuffisante au regard des enjeux et des besoins d’études de toxicité.
  • Certaines bonnes pratiques permettent de diminuer les expositions des enfants aux substances toxiques. Celles présentées dans le livre incluent :
    • laisser couler l’eau froide quelques minutes le matin avant de la consommer. Les femmes enceintes préféreront l’eau en bouteille, surtout si l’habitation comprend des tuyaux en plomb ;
    • éviter d’utiliser des ustensiles de cuisson en céramique émaillée, ou encore des plats à tajine traditionnels, sauf preuve de l’absence de plomb dans leur composition ;
    • en cas de présence de peintures contenant du plomb dans l’habitation, nettoyer régulièrement les sols avec une serpillière humide
    • ôter ses chaussures en rentrant à la maison ;
    • éviter pose et la dépose d’amalgames dentaires pendant la grossesse, l’allaitement et, par mesure de prudence, lorsqu’on essaye d’avoir un enfant. En cas de carie dentaire, exiger de son dentiste la pose d’un composite ;
    • aérer régulièrement l’air intérieur des bâtiments, pendant une quinzaine de minutes ;
    • préférer les meubles en bois massif aux meubles en bois aggloméré. Lorsque l’information est disponible, éviter les bois traités, vernis ou encollés ;
    • n’effectuer aucun travaux de peinture ou de vitrification de parquet si on est enceinte.

 

polluants enfants danger Zimmer2

 

Quelques extraits en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement »

Ce livre traite d’un sujet essentiel, peut-être tellement essentiel que nous commençons tout juste à en saisir l’importance.

Pour atteindre une structure normale au moment de la naissance, le cerveau doit produire près de 12 000 cellules à chaque minute pendant le troisième trimestre de la grossesse. Le processus de développement du cerveau ne peut se faire que d’une manière bien spécifique et selon une chronologie précise. Si une substance chimique toxique interfère avec ces processus, le développement pourra être incomplet ou anormal, laissant alors peu de temps et de possibilités pour réparer ces dommages. En d’autres termes, vous n’avez qu’une chance, une seule, de développer un cerveau. Les atteintes subies par un cerveau en développement, sont susceptibles de perdurer chez cet enfant pour le reste de sa vie.

On réalise maintenant que de nombreuses technologies ont été introduites sans qu’aucune évaluation des risques n’ait été réalisée. Mais pourquoi une substance chimique devrait-elle être légalement considérée comme innocente ou inoffensive tant que le contraire n’a pas pu être prouvé ? Cette logique a de moins en moins de sens.

Nous sommes ici face à un paradoxe. D’un côté, on pourrait faire l’hypothèse que la preuve ultime pourrait facilement être obtenue par une étude comparative, en administrant quotidiennement une certaine dose d’un produit chimique testé à des femmes enceintes et des enfants. Mais de telles expérimentations seraient clairement contraires à toute éthique et ne seraient jamais approuvées par les autorités compétentes, si quiconque venait à proposer un tel protocole de recherche. Au lieu de cela, compte tenu des lacunes de nos données, nous en arrivons à exposer de manière insidieuse et inconsidérée, enfants et femmes enceintes à ces mêmes substances chimiques. Dans la plupart des cas, nous ne gardons même pas trace des potentiels effets néfastes sur la santé.

La majorité des polluants chimiques n’a été jusqu’à présent qu’insuffisamment étudiée, nous n’avons qu’une compréhension très incomplète des effets nocifs de chacun d’eux. Alors que les effets toxiques des nouveaux produits chimiques doivent être examinés, de telles informations n’étaient pas exigées au moment où la plupart des produits chimiques industriels actuellement utilisés ont été introduits.

Aucune génération dans l’histoire de l’humanité n’a été exposée de façon aussi nette que celles d’aujourd’hui, dès le stade fœtal puis en permanence, à des milliers de composés totalement étrangers au règne naturel que sont les substances chimiques. Mais comment est-il possible, compte tenu des données dont nous disposons sur l’action toxique d’un nombre croissant de ces substances sur l’organisme et le développement des enfants, comment est-il possible que rien, ou si peu, ne soit entrepris ?

 

La suite de cette chronique se trouve ici : Connaitre les polluants chimiques qui mettent nos enfants en danger, avec Anne-Corinne Zimmer (2/4)

 

Cette chronique met en avant l’importance de protéger les enfants des substances préoccupantes, car les effets potentiels pourraient être graves et pérennes. Ce blog a pour mission de vous aider et de vous accompagner dans votre démarche ! Pour vos premiers pas, vous pouvez vous appuyer sur le guide gratuit téléchargeable ci-dessous.

Photo par Nina Hale

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

3 Commentaires

  1. Pingback: Connaitre les polluants chimiques qui mettent nos enfants en danger, avec Anne-Corinne Zimmer (2/4)

  2. Pingback: Connaitre les polluants chimiques qui mettent nos enfants en danger, avec Anne-Corinne Zimmer (3/4)

  3. Pingback: Connaitre les polluants chimiques qui mettent nos enfants en danger, avec Anne-Corinne Zimmer (4/4)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.