Comment diminuer l’exposition des enfants aux polluants issus des meubles

Prenez soin d’achever les travaux de rénovation et d’aménagement longtemps avant l’arrivée de votre enfant. [...] Les meubles ne doivent plus dégager de substances toxiques et la pièce doit avoir été longtemps et durablement aérée. - Pr René Frydman

Les produits d’ameublement [...] peuvent émettre de multiples substances volatiles ou semi-volatiles auxquelles peut être exposée la population générale. [...] 41 substances ont été identifiées comme substances d’intérêt, dont 31 prioritaires. Ces substances sont toutes classées cancérogènes, mutagènes et/ou reprotoxiques. - Anses, 2015.

 

Bonjour à tous
Cet article porte sur les polluants issus des meubles. Il fait partie du défi que je me suis lancé, lorsque l’arrivée de mon second enfant a été confirmée par l’échographie du premier trimestre. Cliquez sur le lien suivant pour consulter les autres articles de mon défi Santé des enfants et environnement publiés à ce jour.

Polluants meubles - exemple d'une chambre d'enfants

 

L’arrivée d’un nouvel enfant nécessite parfois d’augmenter la capacité de rangement de la maison. De nouveaux meubles peuvent être achetés à cette occasion. C’est mon cas 😉

Cet article synthétise le résultat de mes recherches sur les meubles pour enfants. Plus particulièrement, il porte sur les expositions aux polluants que ces meubles peuvent générer.

.

Préambule

Les informations et les recommandations ci-dessous proviennent d’un ensemble de sources variées, décrites dans le paragraphe « Références », à la fin de l’article. Produire un travail d’expertise critique pour chaque information et chaque recommandation représenterait un travail lourd, notamment du fait des recherches bibliographiques associées : je ne suis pas actuellement en mesure de le réaliser, principalement pour des raisons de temps disponible.

Dans ce cadre, les objectifs de cet article sont les suivants :

  • informer sur les enjeux identifiés par les différents acteurs de la thématique ;
  • fournir un panorama des recommandations existantes ;
  • permettre un premier niveau d’analyse pour chaque recommandation existante, sur la base des deux caractéristiques suivantes :
    • le nombre de sources proposant la recommandation. Ces sources sont énumérées entre [] après chaque recommandation ;
    • le type de ces sources : magazines/journaux, association/ONG, livres, organismes publiques, articles scientifiques examinés par des pairs, etc. Le type de source est facilement identifiable à l’aide d’un code-couleurs.

.

Polluants issus des meubles : quels sont les enjeux identifiés pour les meubles d’enfants ?

Les colles utilisées pour fabriquer des meubles émettent des Composés Organiques Volatils (COV). Les meubles en bois aggloméré, stratifié ou contreplaqué sont ceux qui contiennent le plus de colle [1, 3, 4, 10,-12, 14-23, 25-39].

Les revêtements des meubles (peintures, vernis, etc.) peuvent également émettre des COV [1, 3, 4, 11, 12, 14, 15, 17, 18, 20, 22, 23, 25-39].

Le formaldéhyde se trouve souvent parmi ces COV. Cette substance est classée « cancérigène certain » depuis 2004 par le Centre International de Recherche contre le Cancer (CIRC). Le Haut Conseil de Santé Public (HCSP) a demandé aux pouvoirs publics de mettre en place des mesures de gestion [18], permettant de diminuer les concentrations actuellement mesurées dans les logements français [2].

Certains composants des meubles, s’ils ne résistent pas à la salive et à la transpiration, pourraient à l’usage générer des poussières contenant des produits dangereux, comme par exemple les phtalates de certains plastiques [11, 20].

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié un avis en 2015 [20], dont voici deux extraits :

  • « Plus de 600 substances ont été recensées comme pouvant être émises par les produits d’ameublement » ;
  • « Le CES [Comité d’experts spécialisés] recommande [de] prévenir l’exposition de la population générale aux substances prioritaires identifiées émises par les produits d’ameublement compte tenu du caractère cancérogène, mutagène, et/ou reprotoxique de ces substances. »

Les lieux de vie d’enfants et d’adolescents sont plus particulièrement concernés, car ces âges correspondent à des périodes où l’organisme est plus vulnérable aux effets des substances chimiques [37, 38, 40-44].

.

Polluants meubles - exemple d'une salon

.

Polluants issus des meubles : quelles sont les recommandations existantes pour les meubles d’enfants ?

Pour supprimer ou réduire les risques associés aux meubles d’enfants, les mesures suivantes peuvent être mises en œuvre :

  • privilégier les meubles en bois massif (bois « brut ») [33, 43, 49] aux meubles en bois aggloméré, stratifié ou contreplaqué [3, 4, 11, 13, 22, 23, 26, 29, 31, 33, 38] et aux meubles en plastique contenant du PVC [11,36, 40, 41, 50] ;
  • préférer l’achat de meubles d’occasion [1, 4, 5, 11], comme ceux que l’on peut trouver sur eBay ou sur Le Bon Coin par exemple, qui auront déjà “dégazé” pendant un certain temps ;
  • privilégier les meubles peints avec des peintures à l’eau plutôt que ceux peints avec des peintures à l’huile (solvants) [4, 19, 23] ;
  • Eviter les meubles incluant des revêtements textiles et des parties rembourrés [25, 29, 40-43, 51, 52] ;
  • privilégier les finitions faites d’huiles végétales, de résines d’arbres, de cire d’abeille, etc. [4, 11, 23] ;
  • en cas d’utilisation de produits bénéficiant d’un étiquetage (peintures, vernis, etc.), privilégier ceux émettant peu de COV (ex : classés A+) [4, 11, 17, 22, 86] ;
  • Dans la mesure du possible, privilégier les finitions réalisées avec des produits écolabellisés [53] et contenant des matières « naturelles » brutes ou peu transformées : huiles végétales (ex : lin), cire d’abeille, etc.

 

Meubles neufs

  • en cas d’achat de meubles neufs :
    • les laisser dégazer dans une pièce autre que la chambre d’enfant, idéalement au garage ou à l’extérieur. Le temps de dégazage recommandé varie selon les sources d’informations, de quelques jours à quelques mois [1, 3, 4, 5, 11, 14, 16, 17, 22, 24, 31, 36, 52, 59, 60, 61]. Au minimum, il doit permettre la disparition des odeurs de produits chimiques [4, 5, 22],
    • privilégier les meubles qui ne présentent pas de parties nues, si elles sont faites de bois aggloméré, stratifié ou contreplaqué. Si le meuble acheté en comprend, les recouvrir d’une finition émettant peu de COV (ex : classée A+) [4, 5, 19, 56],
    • si les meubles ne sont pas en bois massif, les choisir de classe « 1/2E1 », « E1 » à défaut, moins émetteurs de formaldéhyde [11, 33, 46, 52, 54-56],
    • « Privilégier les meubles répondant aux labels suivants :
      • NF Environnement Ameublement [45, 46] ou Ecolabel européen Mobilier en bois [45, 47], de préférence, dont les référentiels portent sur certaines substances préoccupantes : phtalates, retardateurs de flamme, formaldéhyde etc.
      • NF Ameublement [48] dont le référentiel porte sur la présence de formaldéhyde et de métaux lourds,
  • Préférer les meubles présentant des surfaces lisses, pour réduire l’accumulation de poussières et pour faciliter le nettoyage.

 

Meubles d’occasion

  • en cas d’achat de meubles d’occasion :
    • ne pas sélectionner un meuble :
      • présentant des traces ou des odeurs de moisi [4] ;
      • s’il est peint et qu’il date d’avant l’interdiction du plomb dans les peintures – en France : 1948 [4, 17] ;
    • dans la mesure du possible, démonter les éléments en tissu et les laver à l’eau chaude [4, 11, 13] ;
    • avec une éponge humide, nettoyer les meubles avant de les installer dans la chambre d’enfant [11].

Un système d’étiquetage des meubles portant « sur leurs émissions en polluants volatils » est en cours d’élaboration [26, 30, 57, 58]. Une fois en vigueur, cet étiquetage constituera une référence essentielle dans le choix de nouveaux meubles.

 

En pratique, je vais voir comment je peux mettre en application ces recommandations dans les prochaines semaines (Certains de mes retours d’expérience se trouvent ici). Et pour conclure cet article sur comment gérer les polluants issus des meubles, j’aimerais avoir votre avis. Quelles sont les recommandations qui vous paraissent les plus intéressantes ? Dites-le moi dans les commentaires !

.

.

Références – polluants issus des meubles

1. Halimi P. La Grande détox : Comment éviter les poisons du quotidien ? Calmann-Lévy 2015. Et aussi : 

2. Kirchner S, et al. Campagne nationale logements : état de la qualité de l’air dans les logements français. Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) 2007. Notamment : lien. Et également : 

3. Association santé environnement France (ASEF). Notamment : lien. Et aussi :   

4. Healthy Child Healthy World. Notamment : lien. Et également :   

5. Eartheasy. Notamment : lien. Et aussi :

6. Center for Environmental Health (CEH). Notamment : lien. Et également :

7. Environmental Health Perspective (EHP). Notamment : lien. Et aussi :

8. Environmental Working Group (EWG). Notamment : lien. Et également : 

9. Health and Environmental Funders Network (HEFN). Notamment : lien. Et aussi :   

10. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Notamment : lien. Et également :

Davantage de références – 1

11. Projet Nesting. Notamment : lien. Et aussi :

12. Cicolella A. Toxique planète : Le scandale invisible des maladies chroniques. Le Seuil 2013. Et également :

13. Children’s Environmental Health Network (CEHN). Notamment : lien. Et aussi :

14. Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES). Guide Air intérieur. Notamment : lien. Et également :

15. Institut de Veille Sanitaire (InVS) – Guide pour la « gestion de la qualité de l’air intérieur dans les établissements recevant du public ». Notamment : lien. Et aussi : 

16. Observatoire de la Qualité de l’air Intérieur (OQAI) – Guide Les bons gestes pour un bon air. Notamment : lien. Et également :

17. Ministère en charge du développement durable, notamment Brochure Qualité Air écoles ; Etiquette COV ; Guide risques sanitaires et environnementaux. Et aussi :

18. Haut Conseil de Santé Publique (HCSP). Valeurs repères d’aide à la gestion dans l’air des espaces clos. Le formaldéhyde. Notamment : lien. Et également :

19. Agence de Protection de l’Environnement des Etats-Unis d’Amérique (US EPA). Reducing Emissions from the Wood Furniture Industry with Waterborne Coatings. Notamment : lien. Et aussi :

20. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Avis de l’Anses relatif à « Appui à l’étiquetage des produits d’ameublement » – Saisine n° « 2013-SA-0040 ». Notamment : lien. Et également :

Davantage de références – 2

21. Marano F, Barouki R, Zmirou D. Toxique Santé et environnement : de l’alerte à la décision. BUCHET CHASTEL 2015. Et aussi :

22. Frydman R. Environnement et grossesse. Hachette Pratique 2011. Et également :

23 Belpomme D. Comment naissent les maladies: … Et que faire pour rester en bonne santé. Éditions Les Liens qui libèrent 2016. Et aussi :

24. 60 Millions de consommateurs n°523. Le guide pour bien protéger bébé. Février 2017. Et également :

  1. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Évaluation des risques liés à l’exposition aux retardateurs de flamme dans les meubles rembourrés – Partie 2 – Evaluation des effets sur la santé et sur l’environnement, et estimation qualitative du rapport bénéfices/risques, 2015. Notamment : lien. Et aussi :
  2. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Avis de l’Anses relatif à « Appui à l’étiquetage des produits d’ameublement » – Saisine n° « 2013-SA-0040 ». 2015. Notamment : lien. Et également :
  3. Ministère en charge de l’environnement, Ministère en charge de la santé. Plan d’actions sur la Qualité de l’Air Intérieur (PQAI). 2013. Notamment : lien. Et aussi : 
  4. Haut Conseil de la santé publique (HSCP). Dossier de presse – Pollution atmosphérique (air intérieur et extérieur) : quelles mesures adopter pour s’en prémunir. 2009. Notamment : lien. Et également :
  5. Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). Au quotidien – un air sain chez soi. 2017. Notamment : lien. Et aussi :
  6. Ministère chargé de l’environnement. Qualité de l’air intérieur – Réduction de l’exposition aux principales sources de pollution de l’air intérieur. 2018. Notamment : lien [Consulté le : 11/02/2019]. Et également :

Davantage de références – polluants issus des meubles

  1. Institut national de prévention et d’éducation à la santé (INPES) – Ministère en charge du développement durable et Ministère en charge de la santé. Guide de la pollution de l’air intérieur. 2009. Notamment : lien. Et aussi :
  2. Dab W. Le Praticien et l’environnement, 2010. Et également :
  3. Baecher C et al. Benchmark international des politiques publiques pour préserver et améliorer la qualité de l’air intérieur. Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), 2017. Notamment : lien. Et aussi :
  4. Yrieix C. Contribution du MOBilier à la qualité de l’Air IntérieuR – Synthèse des études MOBAIR. Institut technologique FCBA, 2015. Notamment : lien. Et également :
  5. Cormerais B et al. INCITAIR et IMPACTAIR : deux projets au cœur des établissements scolaires de La Rochelle. 2018. Notamment : lien. Et aussi :
  6. Pluschke P, Schleibinger H. Indoor Air Pollution – The Handbook of Environmental Chemistry 64. Springer 2018. Et également :
  7. Rivas I et al. How to protect school children from the neurodevelopmental harms of air pollution by interventions in the school environment in the urban context. Environment International, 2018. 121: p. 199-206. Et aussi :
  8. Institut de veille sanitaire (InVS) – aujourd’hui intégré à Santé publique France, Ministère chargé de la santé. Gestion de la qualité de l’air intérieur – Guide pratique – Établissements recevant du public. 2010. Notamment : lien. Et également :
  9. Schriver-Mazzuoli L. La pollution de l’air intérieur : Sources. Effets sanitaires. Ventilation. Dunod 2009. Et aussi :
  10. Wong KH, Durrani TS. Exposures to Endocrine Disrupting Chemicals in Consumer Products—A Guide for Pediatricians. Current Problems in Pediatric and Adolescent Health Care, 2017. 47(5): p. 107-118. Et également :

Davantage de références 4

  1. American Academy of Pediatrics (AAP). Pediatric Environmental Health. Library of Congress 2012. Et également :
  2. NIEHS/EPA Children’s Environmental Health and Disease – Prevention Research Centers. Impact Report – Protecting Children’s Health Where They Live, Learn, and Play. U.S. Environmental Protection Agency (EPA), 2017, EPA/600/R-17/407. Notamment : lien. Et aussi :
  3. Landrigan PJ, A ER. Textbook of Children’s Environmental Health. Oxford University Press 2014. Et également :
  4. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Les enfants, une population sensible. Notamment : lien [Consulté le : 12/02/2019]. Et aussi :
  5. Institut technologique FCBA (Forêt, Cellulose, Bois-construction, Ameublement). NF Environnement Ameublement, Ecolabel européen Mobilier en bois : pas les mêmes exigences…. 2010. Notamment : lien. Et également :
  6. Institut technologique FCBA (Forêt, Cellulose, Bois-construction, Ameublement). La marque NF Environnement pour l’ameublement. 2015. Notamment : lien. Et aussi :
  7. Commission Européenne. The EU Ecolabel promotes more sustainable furniture production. Notamment : lien [Consulté le : 11/02/2019]. Et également :
  8. Institut technologique FCBA (Forêt, Cellulose, Bois-construction, Ameublement). La marque NF Ameublement – des meubles plus sûrs, plus solides, plus durables et plus sains. Notamment : lien [Consulté le : 11/02/2019]. Et aussi :
  9. American Academy of Pediatrics (AAP) et al. National Health and Safety Performance Standards; Guidelines for Early Care and Education Programs, Third Edition. American Academy of Pediatrics 2011. Et également :
  10. Ministère chargé de l’environnement, Ministtère chargé du logement. Construire sain – Guide à l’usage des maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre pour la construction et la rénovation. 2013. Notamment : lien. Et aussi :

Davantage de références 5

  1. Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI). Premier état de la contamination des logements français en composés organiques semi-volatils : pesticides, phtalates, retardateurs de flamme, etc. Bulletin de l’OQAI n°9, 2015. Et également :
  2. Noley P, Barles P. Ecol’Air – Les outils pour une bonne gestion de la qualité de l’air dans les écoles. Ministère chargé de l’environnement – Ministère chargé de l’éducation – Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), 2018. Notamment : lien. Et aussi :
  3. Association française de normalisation (AFNOR). Norme NF Environnement – peintures, vernis et produits connexes (NF 130) – écolabels. Notamment : lien [Consulté le : 12/02/2019]. Et également :
  4. Association française de normalisation (AFNOR). Norme NF EN 13986 « Panneaux à base de bois destinés à la construction ». 2015. Et aussi :
  5. Institut technologique FCBA (Forêt, Cellulose, Bois-construction, Ameublement). Composants d’Ameublement CTB 510 – référentiel de certification « Marque CTB – Composants ameublement », 2016. Notamment : lien. Et également :
  6. Yrieix C. Contribution de l’ameublement à l’air intérieur -Stratégies pour qualifier les produits d’ameublement selon leurs émissions de COV et de formaldéhyde. Colloque Adebiotech – La qualité de l’air intérieur enjeu majeur de santé publique, 2017. Notamment : lien. Et aussi :
  7. Code de l’Environnement, 2010. Article L221-10. Notamment : lien. Et également :
  8. Ministère chargé de l’environnement. Projet de décret – Etiquetage des produits d’ameublement sur leurs émissions en polluants volatils, 2017. Notamment : lien [Consulté le : 11/02/2019]. Et aussi :
  9. Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI). Les bons gestes pour un bon air – Quelques conseils pour améliorer la qualité de l’air à l’intérieur des logements, 2009. Notamment : lien. Et également :
  10. Ministère chargé de l’environnement. Recenser, prévenir et limiter les risques sanitaires environnementaux dans les bâtiments accueillant des enfants – Guide à l’usage des collectivités territoriales, 2007. Notamment : lien. Et aussi :

D’avantages de références – polluants issus des meubles

  1. Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), Ministère chargé de l’environnement. La qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments : effets, causes, prévention et gestion des pollutions – Synthèse des résultats de recherches menées dans le cadre du programme PRIMEQUAL. 2013. Notamment : lien.

.

.

Type de sources – code couleurs :

  • organismes vendant des produits liés à l’information donnée ;
  • magazines/journaux ;
  • association/ONG ;
  • livres ;
  • organismes publiques ;
  • articles scientifiques examinés par des pairs – revues associées.

Photos notamment par Ruth Lozano

Et aussi : Musique par Ronan Vernon

Vous avez aimé cet article ? Alors entrez votre prénom et votre email pour recevoir d’autres conseils, et notamment le guide gratuit « 7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses »

[aweber listid=3878455 formid=1512845692 formtype=webform]

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Partagez les bonnes pratiques qui protègent les enfants !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Ces articles pourraient vous intéresser aussi

4 réponses

  1. Dans mon quartier on trouve des boutiques où faire son matelas en laine, par exemple vers (je ne suis pas sûre du numéro mais c’est par là) le 20 rue André del Sarte dans le 18° arrondissement de Paris,la Literie St Pierre. Mais il faudrait voir ce que la laine a subi comme traitement ???

  2. Effectivement la laine présente de bonnes propriété ignifuges en elle-même, c’est-à-dire sans qu’il soit nécessaire d’y rajouter des retardateurs de flamme chimiques. Merci pour le « bon plan » Isabelle Z !

  3. Bonjour. Merci pour votre article. je cherche des informations sur ces polluants : est ce qu’un meuble en agglo arrête de dégazer ? Si oui, à partir de combien de temps un meuble en agglo arrête de dégazer (meuble d’occasion de 6 mois? plusieurs années) ?
    Est ce qu’en peignant un meuble avec de la peinture A+, on encapsule les polluants qui ne dégazent plus ?
    Est ce qu’un meuble « fait maison » avec des planches de pins achetés dans un magasin de bricolage dégaze moins qu’un meuble ancien en MDF ?
    Quelle est la meilleure fréquence pour aérer son logements ? Est ce qu’aérer 1 heure le samedi revient à aérer 5 minutes par jour ?

    1. Bonjour Magali
      Quelques éléments de réponses pour chaque question :
      * les données que j’ai pu trouver correspondaient à des mesures faites sur quelques semaines ou quelques mois, et sur un nombre réduit de polluants : elles ne peuvent pas répondre à votre question. Je soupçonne de plus une forte variabilité selon le type de meubles. Ces données suggèrent que les meubles répondant aux normes NF Crèches et NF Environnement pourraient être moins émissifs. Enfin, à titre indicatif, une courbe issue de « La qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments : effets, causes, prévention et gestion des pollutions Synthèse des résultats de recherches menées dans le cadre du programme PRIMEQUAL » montre une concentration en COVT (Composés Organiques Volatils Totaux) qui décroît de 40 % dans les 14 premiers jours puis de 25 % dans les 14 suivants ; la concentration en formaldéhyde décroît plus lentement pour représenter 75 % du niveau initial après 14 jours et 68 % après 28 jours.
      * c’est une recommandation classique, qui repose sur un mécanisme plausible. Je ne connais pas de données de mesures de confirmation. J’imagine aussi que le degré d’ « encapsulage » dépend de la composition de la peinture.
      * Ça dépend des caractéristiques des deux, je ne suis pas sûr qu’on puisse dresser une règle générale. Derrière le « fait maison », par exemple, il peut y avoir différents types de colle. Sur le principe, je m’attends à plus de meilleures cas avec l’option 1.
      * Le principe est de renouveler l’air des pièces régulièrement. L’ordre de grandeur recommandé par les pouvoirs publics est 10 minutes tous les jours. Une fois l’air renouvelé dans une pièce, il y a moins d’intérêt à continuer à aérer (au regard du sujet considéré ici)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement le guide « 7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses »

[aweber listid=3878455 formid=54673424 formtype=webform]

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Pour me suivre
Articles populaires

 

S’ABONNER AUX ARTICLES

Autres éclairages

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement le guide « 7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses »

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.