Protéger ses enfants des pollutions du quotidien, avec le docteur Halimi (2/2)

La durée et la fenêtre de l’exposition (grossesse, enfance, etc.) sont des paramètres qui peuvent fortement conditionner la survenue de pathologies. – troisième Plan national santé environnement (PNSE3)

 

Cet article fait partie d’un « carnaval d’articles » organisé par Jennifer du blog Astuces bienveillantes, dont le thème est « définir l’éducation bienveillante ». Classiquement, cette définition comprend plusieurs composantes : gestion des émotions, recherche de la coopération, adaptation aux stades de développement, exemplarité, droit à l’erreur, progression vers l’autonomie, etc. Je propose ici une autre composante à la bienveillance, orientée « santé-environnement » : protéger les enfants des pollutions du quotidien ! 🙂

 

Chronique du livre « La Grande détox : Comment éviter les poisons du quotidien ? »

Grande detox halimi sante pollutions

Du Dr Patrice Halimi, 144 pages, publié en 2015

Patrice Halimi est chirurgien-pédiatre à Aix-en-Provence. Il est secrétaire général et co-fondateur de l’ASEF, l’Association Santé Environnement France.

Ce livre a pour but d’aider chacun à évaluer, de lui-même, très concrètement, ce qu’il peut changer dans son quotidien pour limiter l’exposition de sa famille aux pollutions du quotidien. La chronique comprend deux parties ; cet article en est la deuxième partie ; la première partie se trouve ici : Protéger ses enfants des pollutions du quotidien, avec le docteur Halimi (1/2)

.

Quelques informations et points de vue intéressants, concernant la thématique « Santé des enfants et environnement »

Voici une liste d’informations et de points de vue issus du livre, en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement », et que je souhaite partager avec vous.

  • Même de faibles doses peuvent s’avérer dangereuses, en raison de l’effet d’accumulation et de l’« effet cocktail ».
  • Concernant la nocivité des ondes des antennes-relais, les éléments de preuve sont aujourd’hui peu nombreux.
  • Avec environ 30 000 morts par an associées à la pollution atmosphérique, il est très étonnant de constater une grande inertie des Pouvoirs publics, mais aussi de la société en général. Trois explications peuvent être avancées :
    • l’aspect invisible et un peu abstrait de cette pollution, dont les conséquences se manifestent à long terme, ce qui rend la prise de conscience plus difficile ;
    • une action individuelle perçue comme impuissante, « une goutte d’eau dans la mer », ce qui peut décourager certaines personnes ;
    • des changements qui impliqueraient de modifier des habitudes auxquelles la plupart des gens sont attachés. Par exemple : utiliser une voiture pour se déplacer.
  • La consommation de sel en France dépasse les recommandations de l’OMS. Or l’essentiel du sel que nous avalons provient des aliments transformés (75 %).
  • Voici quelques exemples de bonnes pratiques recommandées par l’auteur :
    • pour une femme enceinte ou allaitante : limiter le nombre de produits de beauté ;
    • pendant la grossesse, privilégier une alimentation bio afin de limiter la contamination des denrées, aux pesticides notamment : ceux-ci peuvent entraîner des perturbations hormonales. Pour la même raison, les futures mamans qui aiment jardiner doivent bannir les herbicides et les insecticides chimiques de leurs pratiques ;
    • choisir des crèmes solaires contenant des filtres minéraux, sans nanoparticule. En plus d’être moins préoccupantes du point de vue sanitaire, ces crèmes ont l’avantage d’agir dès l’application, alors que les filtres chimiques ne sont efficaces qu’au bout de 20 à 30 minutes ;
    • choisir des jouets présentant des labels qui garantissent l’absence des polluants les plus répandus : Spiel Gut, Oko-Test et Nordic Swan. Certains fabricants peuvent mentionner « sans phtalates » ou « sans PVC », mais les produits de substitution ne sont pas toujours sûrs ;
    • déballer les jouets à l’avance afin de les aérer ;
    • ne pas acheter de jouets parfumés ;
    • privilégier les jouets en bois brut non vernis, sans plastique ;
    • laver les peluches avant leur utilisation.

 

Grande detox halimi sante pollutions3

 

Quelques extraits en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement »

Les bouteilles, fabriquées à partir de PET (polyéthylène téréphtalate, qui présente l’avantage d’être quasi inaltérable, résistant, léger et flexible), contiennent ainsi des perturbateurs endocriniens que l’on soupçonne de migrer vers le contenu liquide.

Avez-vous remarqué que, pour être sûrs que la maison est parfaitement nettoyée, nous avons besoin que ça sente le « propre » ? Quelle idée saugrenue : le propre aurait donc une odeur… Encore une belle invention des « pros » du marketing.

Le meilleur assainisseur d’air, c’est la fenêtre.

Nous ne sommes pas égaux face à la pollution. Et s’il y a bien une personne à protéger, c’est l’enfant, particulièrement vulnérable.

Pourquoi ne dit-on pas aux futures mères que repeindre elles-mêmes la chambre de l’enfant est une très mauvaise idée ? Ou encore que les crèmes antivergetures classiques peuvent contenir des conservateurs nocifs pour le bébé ? La composante environnementale doit faire partie du discours médical, des gynécologues en particulier.

Est-on vraiment obligée de se décolorer les cheveux ou de s’offrir un lissage brésilien lorsque l’on est enceinte ?… Pendant cette période, demandez-vous si tel ou tel produit est indispensable et ne gardez que l’essentiel.

Les phtalates n’étant pas liés au plastique qu’ils visent à assouplir, ils sont facilement libérés et absorbés par les enfants qui sucent et mâchouillent leurs jouets.

Je recommande de boire de l’eau du robinet, sauf dans certaines régions où la contamination est importante. Pour savoir si vous êtes concernés, consultez le site internet www.sante.gouv.fr/ qualite-de-l-eau-potable. On y trouve des mesures détaillées, par bassin de population. Si les résultats sont mauvais, optez alors pour l’eau en bouteille.

« On dirait qu’ils conçoivent l’homme dans la Nature comme un empire dans un empire », a écrit le philosophe hollandais Baruch Spinoza, dont les travaux me sont chers. Nous faisons partie d’un écosystème, de la nature qui nous entoure. Ce qui a un impact sur elle a un impact sur nous.

 

Mon avis 

Les + :

  • un panorama utile de l’ensemble des pollutions du quotidien ;
  • une approche très concrète et des conseils pratiques, directement applicables ;
  • un médecin qui prend le temps de lire et d’analyser des publications scientifiques ;
  • pas d’excès de pessimisme : on ne pourra pas atteindre « une exposition 0 », mais cela n’enlève rien à la grande importance de la réduire au maximum, surtout pour les femmes enceintes et les enfants.

Les – :

  • un ton militant qui pourra gêner certains lecteurs ;
  • le format « grand public » m’a un peu frustré, car j’ai envie d’avoir plus de détails sur l’analyse des études citées. Un des principes de l’association est « se baser sur les études scientifiques existantes », un positionnement que j’apprécie. De même j’aurais apprécié que plus de travaux scientifiques soient cités pour appuyer le propos. Les propositions apparaîtraient plus robustes si elles s’appuyaient sur un faisceau d’études convergentes.
  • j’aurais bien aimé que le livre comprenne aussi une session du type « ces mythes qui ne reposent sur rien de solide et qui font l’objet de discours alarmistes ».

Photo par Loïc GERBAUD

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

3 Commentaires

  1. Manue

    Je suis enceinte et je préfère ne plus mettre du tout de cosmétique… Et je me rends compte que la vie n’est pas plus mal comme ça

    Répondre
  2. Guillaume (Auteur de l'article)

    Je suis aussi assez fan de la beauté « au naturel » haha. A la maison utilise assez peu de cosmétiques, et ceux qu’elle utilise sont assez simple, ils comportent peu d’ingrédients. Par contraste, maintenant, une femme maquillée me parait souvent « très » maquillée.

    Autour de moi, je constate que l’intérêt pour la thématique « santé environnement » augmente à l’occasion de l’arrivée d’un nouvel enfant… et souvent devient pérenne par la suite, peut être que ce sera également le cas pour ta « routine beauté » ! 😉

    Répondre
  3. Pingback: Protéger ses enfants des pollutions du quotidien, avec le docteur Halimi – Pourquoi?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.