Un air respirable ? L’avis du Pr Francelyne Marano (4/5)

La pollution de l’air, qui résulte avant tout de la production et de l’utilisation de l’énergie, entraîne des maladies cardiaques et pulmonaires et le cancer, avec environ 6,5 millions de décès chaque année. - Dr Margaret Chan, alors Directrice générale de l'OMS

La pollution de l’air est un tueur invisible. L’indice sur la qualité de l’air est donc nécessaire pour informer les citoyens européens sur l’état de l’air qu’ils respirent. - Karmenu Vella, 2017, alors Commissaire européen à l’Environnement

Chronique de « Notre air est-il respirable ? »

air respirable Marano 0

de Lise Loumé, avec le Pr Francelyne Marano, 168 pages, publié en 2018

.

Lise Loumé est journaliste scientifique, spécialisée dans le domaine de la santé. Francelyne Marano est professeur émérite de biologie cellulaire et de toxicologie à l’université Paris Diderot ; elle a été lauréate du Prix Environnement-Santé du ministère de l’environnement, pour ses travaux sur les mécanismes de toxicité respiratoire des polluants atmosphériques.

Ce livre vise à distinguer « le vrai du faux » concernant la pollution de l’air, en extérieur et à l’intérieur de bâtiments. Il présente également les  bonnes pratiques permettant de diminuer son exposition. 

Cet article est le quatrième d’une série qui débute ici : Un air respirable ? L’avis du Pr Francelyne Marano (1/5).

.

Quelques informations et points de vue intéressants, concernant la thématique « Santé des enfants et environnement »

Voici une liste d’informations et de points de vue issus du livre, en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement », et que je souhaite partager avec vous.

  • L’humidité d’une pièce peut augmenter après certaines activités : se laver, cuisiner, sécher du linge… une humidité excessive favorise le développement de moisissures et d’acariens, ce qui augmente le risque d’être affecté par des allergies et par de l’asthme. Les bonnes pratiques permettant de limiter ce développement incluent une aération régulière et le maintien d’une température ambiante entre 18 et 22 °C.
  • D’après l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), environ 20 000 décès par an peuvent être attribués aux six polluants intérieurs les mieux étudiés : monoxyde de carbone (CO), benzène, particules fines, le trichloréthylène, la fumée de tabac et le radon.
  • Le radon est un gaz radioactif naturel, issu des sols incluant certaines roches granitiques et volcaniques. Inodore et incolore, il est classé cancérigène certain par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) : en France, l’impact sanitaire du radon est estimé entre 1 200 et 3 000 décès par an. Les régions de France les plus concernées par ce risque sont celles situées sur certains massifs anciens : le centre de la France, la Bretagne, les Vosges, les Alpes et la Corse.
  • Le radon peut pénétrer par les failles d’étanchéité : fissuration de la surface en contact avec le sol adjacent, matériaux poreux… Par conséquent, les sous-sols et les rez-de-chaussée sont les zones présentant classiquement les concentrations les plus élevées : elles peuvent devoir nécessiter une aération renforcée, en attendant de potentiels travaux visant une meilleure étanchéité.
  • Concernant la qualité de l’air intérieur des écoles élémentaires, des écoles maternelles et des crèches, depuis 2018, la réglementation impose une évaluation des moyens d’aération et une évaluation de la qualité de l’air dans les bâtiments. Concrètement, cette évaluation peut être réalisée par des mesures de concentrations dans l’air pour certaines substances (benzène, formaldéhyde…) ou par un autodiagnostic conduisant à un plan d’actions. Ces obligations s’étendront aux accueils de loisir, collèges et lycées en 2020, puis aux autres établissements accueillant du public en 2023.
  • Pour limiter les concentrations en polluants dans les habitacles de voitures, les bonnes pratiques incluent :
    • garder ses vitres fermées et couper l’arrivée d’air extérieur en cas d’environnement pollué à proximité : tunnel, parking, embouteillage, véhicule très polluant devant soi, etc.
    • éviter d’utiliser des parfums d’intérieur dans la voiture.
  • Inclus dans la plupart des systèmes de climatisation automobile, un filtre à charbon actif s’avère efficace contre la majorité des gaz nocifs, contre les particules fines et contre la majorité des odeurs désagréables.
  • Pour éviter que son efficacité diminue, la FEDA (Fédération des syndicats de la distribution automobile) recommande de renouveler un filtre à charbon actif une fois par an.
  • Concernant les techniques de purification de l’air autres que la filtration (ozonation, plasma, photocatalyse, etc.), les données disponibles ne permettent pas de démontrer leur efficacité et leur innocuité en conditions réelles d’utilisation.
  • Pire, selon l’agence sanitaire française (Anses), leur utilisation peut conduire à la formation de nouvelles substances, potentiellement plus toxiques que celles visées par le traitement.

.

pollution-air-respirable-marano-4

.

Quelques extraits en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement »

Pour aider le consommateur à s’y retrouver, tous les produits de construction et de décoration (cloisons, revêtements de sols, isolants, peintures ou encore vernis) possèdent depuis 2013 un étiquetage des polluants qu’ils émettent. Le niveau d’émission du produit est indiqué par une classe allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions). Il est donc conseillé de s’orienter vers ceux ornés d’un A+, ce qui est le cas de la grande majorité des produits en rayon.

Appréciées pour leur esthétisme, les cheminées à foyer ouvert réchauffent peu la pièce et émettent quantités de particules fines. Huit fois plus qu’un foyer fermé avec un insert performant ! D’autres systèmes de chauffage à combustion, comme les chauffages et chauffe-eau vétustes ou mal entretenus, ou des appareils de chauffage mobiles d’appoint à gaz ou à pétrole sont à éviter, car ils peuvent produire un gaz incolore, inodore et mortel à forte concentration et en milieu confiné : le monoxyde de carbone.

Chaque année en France, plus d’un millier de personnes sont intoxiquées par le monoxyde de carbone, et une centaine en décèdent.

En 2012, des travaux d’Airparif ont montré qu’un dépassement des normes pour le dioxyde d’azote, les particules fines (PM10 et PM2,5) et le benzène est observé dans les écoles, crèches, hôpitaux et hébergements pour personnes âgées qui sont en moyenne implantés à moins de 40 m d’un axe routier important. Parfois, les municipalités doivent déplacer crèches et écoles quand elles ont été construites sur des sols pollués et que l’air intérieur est contaminé au trichloréthylène, au plomb ou encore aux hydrocarbures, émis par des polluants du sol provenant d’usines ou commerces disparus depuis longtemps.

En m’installant confortablement dans ma voiture, je ne me retrouve pas subitement protégée de la pollution de l’air extérieur : les entrées d’air de mon véhicule captent une partie des émissions des pots d’échappement des autres autour. En particulier de celui situé juste devant moi lorsque je patiente à un feu rouge ou lors d’un embouteillage. Dioxyde d’azote, particules fines et benzène pénètrent dans la voiture et y restent, à moins d’aérer régulièrement en ouvrant les fenêtres.

De manière contre-intuitive, l’exposition d’un automobiliste à la pollution est plus importante que celle d’un piéton ou d’un cycliste qui effectue le même trajet. Son air est en moyenne quatre fois plus pollué que celui dans la rue ! Car dans un faible volume d’air, les polluants venant de l’extérieur se concentrent et rencontrent ceux émis dans l’habitacle.

Si l’un des passagers fume, les particules dégagées s’ajoutent à celles déjà présentes, même si les vitres sont ouvertes : elles s’incrustent dans les sièges et peuvent être émises pendant des jours, voire des mois.

De manière générale, ce qui émet des odeurs — surtout issues d’une combustion — peut générer des polluants. […] L’Ademe conseille donc de limiter la fréquence d’utilisation de ces produits parfumants, d’éviter d’en brûler plusieurs simultanément et d’inhaler directement la fumée, ainsi que d’aérer la pièce après utilisation pendant au moins dix minutes. Dès janvier 2019, les emballages des « désodorisants à combustion », dont font partie bougies parfumées et encens, devront comporter des avertissements sur leur nocivité.

.

.La fin de cette chronique se trouve ici : Un air respirable ? L’avis du Pr Francelyne Marano (5/5)

Cette chronique met en avant l’importance de protéger les enfants des substances préoccupantes, présentes dans leur environnement, car les effets potentiels pourraient être graves ou pérennes. Ce blog a pour mission de vous aider et de vous accompagner dans votre démarche ! Pour vos premiers pas, vous pouvez vous appuyer sur le guide gratuit téléchargeable ci-dessous.

.

Photo par 君勇 林

Vous avez aimé cet article ? Alors entrez votre prénom et votre email pour recevoir d’autres conseils, et notamment le guide gratuit « 7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses »

[aweber listid=3878455 formid=1512845692 formtype=webform]

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Partagez les bonnes pratiques qui protègent les enfants !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Ces articles pourraient vous intéresser aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement le guide « 7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses »

[aweber listid=3878455 formid=54673424 formtype=webform]

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Pour me suivre
Articles populaires

 

S’ABONNER AUX ARTICLES

Autres éclairages

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement le guide « 7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses »

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.