Comment préserver la qualité de l’air intérieur : les meilleures astuces des écoles et des crèches

Musique par Ronan Vernon

 

Nos enfants sont particulièrement sensibles à la qualité de l’air intérieur, compte tenu du temps qu’ils passent dans des lieux clos, 90% de leurs journées en moyenne. Or, les sources de pollution y sont potentiellement nombreuses […] et peuvent être responsables de symptômes tels que des maux de tête, de la fatigue, des manifestations allergiques ou encore de l’asthme. Or des actions de préventions simples et peu coûteuses permettent souvent des progrès considérables en la matière. – Ségolène Royal, alors Ministre en charge de l’environnement (2015)

 

Qualite air interieur ecoles creches

Bonjour à tous !

Cet article participe au carnaval d’articles du groupe de blogueurs « Forme Vitalité Bien-être ». Tous les mois, chaque blogueur publie un article sur un thème commun. Pour septembre, le thème retenu est ‘en forme pour la rentrée’, proposé par Murielle du blog Retrouver son énergie vitale, qui ouvre le carnaval avec son article 6 astuces pour rester en forme à la rentrée.

 

Le Guide Pratique pour une meilleure qualité de l’air dans les lieux accueillant des enfants [1] a été publié en 2015 par le Ministère en charge de l’environnement. Dans l’objectif de protéger la santé des enfants, ce guide présente des actions permettant de préserver la qualité de l’air intérieur dans les écoles et les crèches… autant d’atouts pour une rentrée d’enfants en pleine forme ! 😉

 

Voici une sélection de recommandations issues ou déduites de ce guide, que l’on peut appliquer soi-même, dans un cadre privé, pour protéger la santé de ses enfants :

  • lors du choix d’un nouveau logement, évitez les emplacements se trouvant :
    • à moins de 100 m d’une gare routière,
    • à moins de 200 m d’un axe routier à fort trafic. Le guide propose comme référence un trafic moyen journalier annuel (TMJA) de plus de 7 000 véhicules par jour. Cette information peut être obtenue auprès de différents organismes, en fonction du type d’axe routier considéré : sociétés d’exploitation des autoroutes, Directions Départementales des Territoires (et de la Mer) (DDT(M)), Conseils Généraux, etc. Un appel auprès de votre mairie vous permettra d’être orienté vers l’interlocuteur approprié,
    • à moins de 200 m d’un parking à fort trafic. Par exemple : centre commercial (> 1 000 places) ou centre-ville à forte rotation,
    • à moins de 200 m d’une station-service,
    • à moins de 3 km d’une installation industrielle pouvant générer de fortes émissions atmosphériques. Par exemple : industrie chimique, parachimique, pétrochimique, métallurgique, sidérurgique ; installation de combustion du type centrale thermique, chaufferie collective, incinérateur ; parc de stockage d’hydrocarbures ; industrie du bois, papier ou carton ; etc.
  • privilégier des produits de construction et de décoration étiquetés A+, pour les travaux en cours ou à venir ;
  • lors d’un renouvellement de mobilier, privilégier des meubles peu émissifs ; par exemple ceux labélisés NF Environnement Education, Ecolabel européen, etc.
  • en cas d’achat de meubles neufs, les déballer et les stocker dans une pièce ventilée, pour qu’ils puissent « dégazer » avant de les introduire dans une pièce occupée. Le guide évoque un délai minimum de 4 semaines ;

 

creche ecole air intérieur

 

  • s’assurer que les bouches ou les grilles d’aération sont libres de toute obstruction. Les nettoyer régulièrement (une fois par an minimum) pour que le flux d’air extérieur reste maximal ;
  • privilégier des produits de nettoyage dont les émissions attendues sont les moins toxiques : pas pictogramme de danger, écolabel européen, non-parfumés, etc.
  • limiter le nombre de produits d’entretien utilisés. Un nombre limité de produits permet de diminuer les risques de mélanges dangereux, la diversité de substances émises dans l’air, les quantités consommées et le nombre de produits stockés (produisant des émissions diffuses si l’étanchéité du contenant est imparfaite, ce qui est classiquement observé). Dans ce cadre, certains produits multi-usages peuvent être utiles ;
  • limiter l’utilisation d’Eau de Javel à des cas spécifiques de désinfection, comme une éradication de moisissures par exemple ;
  • éviter les produits ménagers se présentant sous forme de vaporisateurs ;
  • dans la mesure du possible, faire le ménage dans une pièce lorsque des enfants ne s’y trouvent pas ;
  • mettre en place de quoi essuyer ses pieds à chaque entrée de la maison, afin de réduire les apports de poussières provenant de l’extérieur ;
  • maintenir un taux d’humidité entre 30 et 60 %. Des hygromètres (capteurs mesurant le taux d’humidité) sont facilement trouvables dans le commerce aujourd’hui ;
  • minimiser l’application de pesticides : étude des alternatives possibles, utilisation localisée et à une fréquence aussi faible que possible, etc.
  • éviter d’utiliser des bougies parfumées ou de l’encens quand des enfants sont présents dans la pièce ;
  • limiter l’utilisation de désodorisants non-combustibles : bombes aérosols, « épurateurs d’air », etc.

 

Le contenu de ce guide me parait bien utile, même en dehors des écoles et des crèches ! Si vous suivez le blog Santé des enfants et environnement, il aura été l’occasion de quelques rappels intéressants (produits ménagers, aération, meubles, poussières, etc.), mais aussi d’un premier aperçu de sujets que j’aurai l’occasion d’approfondir par la suite : les sources de pollutions de proximité (stations-services, axes routiers à fort trafic, installations industrielles, etc.) et les désodorisants d’intérieur (bougies, encens, spray, etc.).

 

Y-a-t-il des recommandations nouvelles pour vous ? Rencontrez-vous certaines difficultés pour les mettre en oeuvre ? Vos retours d’expériences m’intéressent : partagez-les dans les commentaires ! 

Photo par  Allison Meier et Jon Kline

Référence :

  1. Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Guide Pratique pour une meilleure qualité de l’air dans les lieux accueillant des enfants – version mise à jour en février 2016 – http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Guide_pratique_QAI_ecoles_et_creches_2015.pdf (Consulté le 5/09/2016) –> https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/Guide-complet-QAI-web.pdf
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article :air interieur, comment préserver son enfant dans une pièce pleine dhumidité?

17 Commentaires

  1. Pingback: Pollutions de l’air intérieur et santé des enfants : conseils pour des « desperate housemen » ;)

  2. Pingback: Pollution de l’air intérieur : comment bien choisir ses produits ménagers ?

  3. Pingback: 7 astuces pour réduire l’exposition des femmes enceintes à la pollution de l’air

  4. Yum

    Merci Guillaume de nous rappeler l’existence et les recommandations de ce guide!
    Je me demande comment il a été diffusé aux établissements scolaires, j’espère qu’il l’a été largement!
    Parmi les recommandations, je ne trouve pas la recommandation no 1, ouvrir les fenêtres 10 minutes par jour? 😉 (en faisant bien attention à la sécurité des enfants bien sûr)
    Dans la crèche de ma fille, je vois rarement des fenêtres ouvertes, je me demande souvent si le système de ventilation est efficace… La directrice de la crèche nous dit qu’il y a des mesures de contrôle de qualité de l’air faits régulièrement qui montrent qu’il n’y a pas de problème… A-t-on un REX chiffré avec mesures à l’appui sur l’efficacité des systèmes de ventilation par rapport à la problématique de la qualité de l’air intérieur?

    Répondre
  5. Guillaume (Auteur de l'article)

    Je ne sais pas trop à quoi fait référence la directrice de la crèche de ta fille.
    Une campagne « pilote » de mesure de la qualité de l’air à été réalisée il y a quelques années, pour préparer le nouveau dispositif de surveillance, dont les textes sont sortis il y a quelques mois. Seulement deux polluants sont concernés : formaldéhyde et benzène.

    Le nouveau dispositif propose soit de réaliser des mesures soit de mettre en place les bonnes pratiques décrites dans ce guide. Autant dire que l’on s’attend à peu de mesures effectivement réalisées 🙂

    Dans ce cadre, à quoi fait référence la directrice ? Peut être à des mesures de confinement (genre concentration en O2 et en monoxyde de carbone), surtout si tu as évoqué l’efficacité de la ventilation dans ta question

    Répondre
  6. Pingback: Ce que nos ancêtres peuvent nous apprendre en santé-environnement (2/2)

  7. Pingback: Comprendre la notion de Bénéfices/Risques et comment elle peut être utile au quotidien

  8. Pingback: Le Principe de nature pour nos enfants (3/3)

  9. Pingback: Les meilleures astuces des Conseillers en Environnement Intérieur

  10. faddel

    J ai achetée des meubles pour ma fille de 4 ans, car dans la description de ceux-ci il était écrit bois, mais en retournant sur le site Maisons du monde, je me suis appercu qu il y avais des info complémentaire, et la je vois qu il sont en panneaux de particules.
    Entre temps je les reçois, et je demande de suite le retour en leur expliquant que il n y avait aucunes info sur le taux de COV, donc aucunes classification.
    J ai été jointe par une résponsable qualité qui m affirme que tout leur mobilier etait classés et qu il répondait a la réglementation REACH je lui ai alors demandée pourquoi cela n apparaissait nulle part, que cela donnerait une valeur ajoutée a leur produits, elle a répondue qu elle ne savait pas.
    Elle m a envoyée un mail me redonnant toutes ces normes et en ajoutant EN717, mais ne ma fournis aucuns doc officiel garantissent la vérité de ces allégations,
    J ai fait des recherches,et je n ai rien trouvée sur un quelqunque engagement de Maison du monde guarentissant que leur mobilier etait emmeteur d un faible taux de Cov hormis un article sur leur site qui ne donne aucunes classification, ni aucuns chiffres en ce qui concerne la preservation de la qualité de lair interieur

    Répondre
    1. Guillaume

      Bonjour Faddel
      Merci pour ce retour d’expérience très intéressant.
      L’étiquetage des meubles selon leurs émissions dans l’air intérieur est inscrit dans la loi Grenelle depuis plusieurs années.
      Le texte réglementaire d’application est actuellement en consultation publique, jusqu’au 10 février de mémoire.
      Je vous invite à y participer, par exemple en partageant cette expérience. Les professionnels du mobilier participeront activement…

      Répondre
  11. faddel

    Bonjour,
    Merci pour votre réponse.
    Je n ai pas connaissance de cette réglementation, en revanche je sais que les seuls a avoir une obligation d étiquetage sont les fabricants de matériaux destinés au BTP revêtements de sol, peintures, vernis…)

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      Voici le lien vers la consultation publique : http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/etiquetage-des-produits-d-ameublement-sur-leurs-a1648.html
      Vous pourrez consulter le texte concerné.
      L’étiquetage existant, également issu des lois Grenelle, porte effectivement sur les produits de construction et de décoration.
      Concernant votre problématique sur les meubles, j’ai eu l’occasion de me pencher sur le sujet il y a quelques mois : http://sante-enfants-environnement.com/comment-diminuer-lexposition-des-enfants-aux-polluants-issus-des-meubles/
      En espérant que vous y trouverez des choses utiles ! 🙂

      Répondre
  12. Pingback: Des « alertes santé » pour se protéger des pollutions environnementales (3/4)

  13. Pingback: Un moyen simple de réduire l’exposition des enfants aux pics de pollution de l’air

  14. Pingback: Santé des enfants et environnement : des citations qui pourraient vous inspirer – août 2017

  15. Pingback: Santé des enfants : moins de médicaments et plus de plantes, avec le Dr Laurent Chevallier (1/2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.