Comment rendre les enfants moins vulnérables aux pollutions

Les enfants sont toujours plus vulnérables que les adultes. – Pr Barbara Demeneix

Pour se protéger des effets de la pollution, il faut aussi être…en bonne santé  ! – Pr René Frydman

.

Bonjour à tous !

Pour les évaluateurs de risques en santé environnementale, plusieurs ouvrages sont considérés comme des manuels techniques de référence ; ils guident les pratiques des experts du domaine [1-6]. Parmi ces ouvrages figurent un livre écrit par le Conseil national sur la recherche (National Research Council (NRC)) de l’Académie des sciences américaine : Science and Decisions: Advancing Risk Assessment [4], ce qui peut être traduit par « Sciences et Décisions : faire progresser l’évaluation des risques ». Au quotidien, ce livre est couramment appelé Silver Book, soit le Livre d’argent en français, une référence à la couleur dominante de sa couverture.

Dans cet article, je souhaiterais présenter un graphique issu du Silver Book. Ce graphique porte sur la vulnérabilité individuelle et sur sa variabilité au sein de la population générale.

.

Graphique 5-9 du Silver Book [4] intitulé Population vulnerability distribution, soit Distribution de la vulnérabilité de la population en français.

.

Des corps plus ou moins fonctionnels

Le Silver Book ne fournit pas de définition précise de ce qu’il désigne par « déclin fonctionnel ». Voici la définition qui me semble être considérée ici : niveau de diminution des capacités du corps, par rapport à un fonctionnement optimal de référence, « en pleine santé, en pleine possession de ses capacités ». Dans la littérature médicale, cette notion est souvent utilisée pour décrire l’état de santé de personnes âgées, notamment celles qui sont hospitalisées, mais ici je crois que la notion de déclin fonctionnel est utilisée dans un champ plus large. Les échelles fournies par le graphique sont arbitraires, l’idée ici est de faire comprendre la logique de certains phénomènes corporels. A titre d’illustration, par exemple, on pourrait supposer que :

  • présenter des carences pour quelques micronutriments, de relativement faibles ampleurs, correspond à un déclin fonctionnel de « 1 » ;
  • ne pas pouvoir monter cinq étages tout en ayant une discussion normale correspond à un déclin fonctionnel de « 2 » ;
  • l’impossibilité de faire un footing de 30 minutes en ville un jour de pollution, à cause d’un fort essoufflement ou d’une forte toux, correspond à un déclin fonctionnel de « 4 » ;
  • ne plus pouvoir marcher 100 m sans l’aide d’une autre personne correspond à un déclin fonctionnel de « 6 », etc.

En résumé, le déclin fonctionnel et une diminution du bon fonctionnement du corps. Dans le graphique du Silver Book, le déclin fonctionnel est un indicateur de vulnérabilité.

Comme son nom l’indique, ce graphique présente une courbe qui traduit comment serait distribué le déclin fonctionnel dans une population : chaque valeur de déclin fonctionnel est associée à une fréquence dans la population considérée. Le graphique fait l’hypothèse simple d’une distribution dite « normale », qui suppose que la vulnérabilité est répartie de manière régulière et symétrique autour de la valeur la plus fréquente. Par exemple, le déclin fonctionnel égal à 3 (associé à fréquence de 50) est 2 fois plus fréquent que le déclin fonctionnel de 2 ou de 4 (associés à une fréquence de 25).

.

Des corps plus ou moins sensibles

Une deuxième information est superposée sur le graphique : pour une même exposition à un polluant, les longueurs des flèches représentent les niveaux de réponse corporelle associés à différents niveaux de déclin fonctionnel. On peut observer que plus on se décale vers la droite, plus la longueur de la flèche est grande ; en d’autres termes, plus un corps présente un fort déclin fonctionnel, plus sa réponse à une exposition préoccupante sera élevée. Au quotidien, cette corrélation s’observe assez bien pour les agents infectieux : par exemple, pour une même exposition à un virus, le niveau de réponse dépendra de la personne et du niveau de fonctionnement de son système immunitaire : absence de symptômes, symptômes légers, symptômes sévères, etc.

La ligne verticale représente un seuil présumé entre l’apparition d’un effet sanitaire (à droite de la ligne) et l’absence d’effet sanitaire (à gauche de la ligne). Bien entendu, ce seuil sanitaire varie également selon les personnes : il peut donc lui aussi faire l’objet d’une distribution de fréquence dans la population, ce qui est traduit sur le graphique par la courbe dont la surface inférieure est grisée.

.

.

Plus d’effets sanitaires pour les plus vulnérables

D’après le graphique, pour une même exposition à un polluant, plus un corps dysfonctionne, plus le risque de pathologie est grand, pour deux raisons :

  • plus le niveau de déclin fonctionnel est grand, plus on est proche du seuil sanitaire, en l’absence même d’exposition ;
  • plus le niveau de déclin fonctionnel est grand, plus l’amplitude de la réponse à l’exposition sera élevée, rapprochant d’autant plus du seuil sanitaire.

.

.

Par exemple, dans la situation entourée en vert, la personne ne présentera pas d’effet sanitaire (la flèche ne franchit pas la ligne verticale), alors que ce sera le cas dans la situation entourée en rouge (la flèche franchit la ligne verticale). Le déclin fonctionnel présente donc deux dimensions de vulnérabilité : la situation de base et la sensibilité en cas d’exposition.

A mon sens, ce graphique illustre une idée clé de santé environnementale : le risque sanitaire dépend du niveau d’exposition et de la robustesse du corps exposé.

.

Rendre les enfants moins vulnérables aux pollutions

Selon le Silver Book, de nombreux facteurs influencent la sensibilité à un polluant, c’est-à-dire le manque de robustesse : patrimoine génétique, pathologies existantes, sexe, âge, réserve fonctionnelle (sans définition précise ici non plus ; j’imagine que c’est la capacité fonctionnelle restante, après avoir soustrait le déclin fonctionnel à la capacité fonctionnelle de référence), capacités des mécanismes de défense (par exemple, liés aux niveaux de glutathion ou à la capacité de clairance pulmonaire), capacités des mécanismes de réparation, activité du système immunitaire, exposition cumulée avec d’autre polluants.

A partir de cette liste, dans une logique toute stoïcienne 😉, notre énergie pourrait se focaliser sur ce qui est en notre pouvoir ; à notre niveau de parents, dans l’objectif d’augmenter le niveau de protection de nos enfants face aux pollutions environnementales, nous pouvons agir pour les rendre moins vulnérables :

  • en les aidant à développer un corps robuste, qui fonctionne bien (avec les mots du Silver Book : avec une grande « réserve fonctionnelle »), par exemple à l’aide de bonnes pratiques de médecine évolutionniste : alimentation peu transformée, activité physique adaptée, sommeil réparateur, présence dans la nature, etc.
  • en favorisant l’action de leur système de détoxification corporel ;
  • en diminuant leur exposition aux pollutions environnementales. Cette bonne pratique a donc un double effet bénéfique : elle diminue à la fois le niveau de réponse et, en amont, le besoin de réponse.

Donc un grand merci, Silver Book, pour suggérer indirectement aux parents des moyens d’augmenter leur niveau de maitrise de la situation ! 

.

Références

1. Institut de veille sanitaire (InVS) – aujourd’hui intégré à Santé publique France. Guide pour l’analyse du volet sanitaire des études d’impact.  2000. https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guide_pour_l_analyse_du_volet_sanitaire_des_etudes_d_impact.pdf

2. Institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS). Évaluation des risques sanitaires dans les études d’impact des ICPE – substances chimiques.  2003.

3. Institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS). Évaluation de l’état des milieux et des risques sanitaires – Démarche intégrée pour la gestion des émissions de substances chimiques par les installations classées – Impact des activités humaines sur les milieux et la santé.  2013. INERIS – DRC – 12 – 125929 – 13162B. https://www.ineris.fr/sites/ineris.fr/files/contribution/Documents/Ineris-DRC-12-12592-13162B-Evaluation-de-l-Etat-des-milieux-et-des-risques-sanitaires.pdf

4. National Research Council (NRC), Committee on Improving Risk Analysis Approaches Used by the U.S. EPA – Board on Environmental Studies and Toxicology – Division on Earth and Life Studies. Science and Decisions: Advancing Risk Assessment. The National Academies Press 2009. https://www.nap.edu/catalog/12209/science-and-decisions-advancing-risk-assessment

5. National Research Council (NRC). Understanding risk: Informing decisions in a democratic society. National Academies Press 1996. https://www.nap.edu/catalog/5138/understanding-risk-informing-decisions-in-a-democratic-society

6. National Research Council (NRC) – Committee on the institutional means for assessment of risks to public health. Risk assessment in the Federal government: managing the process. The National Academies Press 1983. https://www.nap.edu/catalog/366/risk-assessment-in-the-federal-government-managing-the-process

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.