La nature peut calmer les enfants

Il y a quelque chose d’infiniment apaisant dans les refrains répétés de la nature – l’assurance que l’aube vient après la nuit, et le printemps après l’hiver. – Rachel Carson
Ce que nous appelons sentiment de la nature [est ce] qui nous saisit à l’aspect du ciel, des prairies, des rochers, des forêts, des orages, des étoiles, des mers, des paysages, du printemps. – Friedrich Nietzsche

Nature calme enfants

.

Bonjour à tous

Voici un article au format « questions/réponses », portant sur les effets apaisants de la nature sur les enfants.

.

Passer du temps dans la nature, ça peut calmer les enfants ?

Les environnements présentant diverses formes de végétations sont couramment appelés « environnements verts ».

Plusieurs études ont associé, notamment chez les enfants, le temps passé dans des environnements verts avec :

  • une diminution des symptômes du TDAH (trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité) [1-12], de l’anxiété [13, 14], de l’agressivité [15] et des marqueurs physiologiques du stress (ex : niveaux de cortisol dans les urines ; fréquence cardiaque) [10, 16-32];
  • une augmentation de la capacité d’attention [9, 10, 24, 33-45] et de l’auto-discipline [44, 46], un état émotionnel stabilisé [19, 24, 25, 27, 35, 38-40, 43, 47-55] et une meilleure résilience au stress [10, 18, 53, 55-57].

Les types d’environnements verts considérés varient grandement selon les études : de zones de nature “sauvage” à de simples espaces verts en milieu urbain [51]. Au global, les résultats obtenus semblent suggérer [27, 49] que :

  • plus des éléments de nature sont présents autour des enfants, plus les effets bénéfiques attendus sont élevés ;
  • des effets bénéfiques se produisent dès que de premiers éléments de nature sont présents dans l’environnement du quotidien ;
  • la présence d’eaux de surface (cours d’eau, lacs, mer…) accentue les effets bénéfiques observés.

.

Nature calme enfants2

.

Comment la nature peut calmer les enfants ?

Selon les auteurs, différentes explications sont proposées. Les explications les plus courantes incluent les suivantes.

  • Passer du temps dans la nature est une attirance spontanée [40, 58]: il s’agit un besoin de base de l’être humain [10, 31, 52-54, 59-61], fréquemment appelé « Biophilie ».

Nos ancêtres préhistoriques vivaient dans des environnements naturels peu transformés. L’apparition d’environnements urbains peut être considérée comme très récente, au regard du processus d’évolution depuis l’apparition de l’Homme (genre Homo) il y a environ 2,8 millions d’années [62, 63] : le temps et la pression de sélection peuvent avoir été insuffisants pour que le corps (le cerveau en particulier) se soit pleinement adapté à ces nouveaux environnements.

Passer du temps dans des environnements naturels permettrait de compenser ce « syndrome de manque de nature »[10], et ainsi contribuer à apaiser certains enfants.

.

  • Les environnements naturels sont propices à l’activité physique et au jeu [52, 53, 55, 59]

L’activité physique est un autre besoin de base du corps humain. En particulier, elle produit des hormones favorisant le calme : endorphines, sérotonine…

Le jeu semble également être une activité essentielle au développement et au bien-être des enfants [64-67].

.

  • Les environnements urbains classiques peuvent être sur-stimulants

Une sensation de dépassement due au « trop d’objets, trop d’activités, trop d’informations » peut être contrebalancée par des temps dans la nature [33, 52, 68, 69]. Ces temps permettent notamment de restaurer de la capacité d’attention des enfants.

.

  • La nature invite spontanément à des états contemplatifs [3, 4, 9, 10, 52, 53, 69-75]

Il est classique qu’un enfant regarde « pendant des heures » des fourmis transportant des morceaux de feuilles, le jeu d’ombres et de lumières dans un sous-bois, des feuilles en train de virevolter près du sol, ou encore le flux et le reflux des vagues.

.

  • L’air des environnements naturels contient des substances apaisantes

Les substances associées à des effets apaisants incluent les ions négatifs, trouvés notamment à proximité d’eaux de surface, et certains phytoncides émis par des arbres [27, 31, 53, 76].

Nature calme enfants3

.

Comment faire en pratique pour calmer ses enfants avec la nature ?

Rester simple est tout à fait possible : faire l’expérience de la nature ne requiert ni protocole spécifique ni accompagnateur érudit [4, 27, 33, 75].

La pratique la plus adaptée est spécifique à chaque enfant : elle pourra être progressivement affinée, par « essais et erreurs » et en étant attentif à ses réactions.

Par exemple, le rôle de l’accompagnateur pourrait inclure les aspects suivants :

  • instaurer des temps d’autonomie pour les enfants, afin de les laisser vivre leur propre expérience, à leur rythme ;
  • donner la possibilité de pratiquer des jeux libres et non structurés ;
  • les informer des dangers potentiels – terrain accidenté, plantes et insectes piquants, potentielle rencontre avec un animal sauvage, etc. – et leur indiquer les bonnes pratiques correspondantes ;
  • proposer une approche basée sur l’émerveillement et le respect, plutôt que sur la peur (des insectes, des serpents, de tigres imaginaires, de catastrophes naturelles, du futur écologique…)
  • le cas échéant, garder avec soi les appareils électroniques des enfants 😉

.

Avec iamo’i’s, mon ami dessinateur, nous avons créé une série de livres pour enfants, dans le but de permettre une première sensibilisation à la santé environnementale. Le tome 8 « Louis et la magie de la nature » porte sur les aspects abordés dans cet article. Si vous souhaitez sensibiliser votre enfant avec ce livre, cliquez ici !

.Photos par David VINSO, klp et a.otge

.

Références 

  1. Louv R. Vitamin N: The Essential Guide to a Nature-Rich Life. Algonquin Books 2016.
  2. Pizzorno JE et al. The Clinician’s Handbook of Natural Medicine – third edition. Elsevier, Inc. 2016.
  3. Wilson EO. Biophilia. Harvard University Press. 1984.
  4. Carson R. The sense of wonder. Harper Perennial 1956 (première édition).
  5. Ministère chargé de la santé. Charte nationale de l’expertise scientifique et technique. 2010. https://sante.fr/charte-nationale-de-lexpertise-scientifique-et-technique [Consulté le : 23/04/2019]
  6. Institut de veille sanitaire (InVS) – aujourd’hui intégré à Santé publique France. Guide pour l’analyse du volet sanitaire des études d’impact. 2000.
  7. Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, 2014. Note d’information n° DGS/EA1/DGPR/2014/307 du 31 octobre 2014 relative aux modalités de sélection des substances chimiques et de choix des valeurs toxicologiques de référence pour mener les évaluations des risques sanitaires dans le cadre des études d’impact et de la gestion des sites et sols pollués. http://circulaires.legifrance.gouv.fr/pdf/2014/11/cir_38905.pdf
  8. Linkov I et al. Weight-of-evidence evaluation in environmental assessment: review of qualitative and quantitative approaches. Science of the Total Environment, 2009. 407(19): p. 5199-5205.
  9. Taylor AF et al. Is contact with nature important for healthy child development? State of the evidence. Children and their environments: Learning, using and designing spaces, 2006. 124.
  10. Louv R. Last Child in the Woods. Atlantic Books 2010.
  11. Van den Berg A, Van den Berg C. A comparison of children with ADHD in a natural and built setting. Child: care, health and development, 2011. 37(3): p. 430-439.
  12. Faber Taylor A, Kuo FE. Could exposure to everyday green spaces help treat ADHD? Evidence from children’s play settings. Applied Psychology: Health and Well‐Being, 2011. 3(3): p. 281-303.
  13. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Valeurs toxicologiques de référence (VTR). https://www.anses.fr/fr/content/valeurs-toxicologiques-de-r%C3%A9f%C3%A9rence-vtr [Consulté le : 23/07/2018]
  14. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Tableau des VTR construites ou sélectionnées par l’Anses https://www.anses.fr/system/files/Affichage_VTR_VF_mai2018.xlsx 14/05/2018 [Consulté le : 01/07/2018]
  15. Bard Denis. Principes de l’évaluation des risques pour la santé publique liés aux expositions environnementales. Rev. épidémiol. santé publique, 1995. 43: p. 423-431.
  16. Institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS). Portail Substances Chimiques – Fiches de données toxicologiques et environnementales. http://www.ineris.fr/substances/fr/page/21 [Consulté le : 01/07/2018]
  17. Commission Européenne. EU-LCI Working Group. https://ec.europa.eu/growth/sectors/construction/eu-lci_en [Consulté le : 27/07/2018]
  18. Association française de normalisation (AFNOR). Fascicule de documentation FD X 50-046 : Qualité en expertise – Recommandations pour I’application de la norme NF X 50-110:2003 (Prescriptions générales de compétences pour une expertise). 2011.
  19. Micozzi MS. Fundamentals of Complementary, Alternative, and Integrative Medicine – 6th Edition. 2018.
  20. Cosserat J et al. Ross et Wilson. Anatomie et physiologie normales et pathologiques – 12th Edition. Elsevier Masson 2015.
  21. Koren H, Bisesi MS. Handbook of environmental health, volume I: Biological, chemical, and physical agents of environmentally related disease. CRC press 2002.
  22. Koren H, Bisesi MS. Handbook of Environmental Health, Volume II: Pollutant Interactions in Air, Water, and Soil. CRC Press 2012.
  23. Haut Conseil de la santé publique (HSCP). Facteurs contribuant à un habitat favorable à la santé – État des lieux des connaissances et recommandations pour asseoir des politiques publiques pour un habitat sain. 2019.
  24. Kondo MC et al. Urban Green Space and Its Impact on Human Health. Int J Environ Res Public Health, 2018. 15(3).
  25. van den Berg MM et al. Autonomic Nervous System Responses to Viewing Green and Built Settings: Differentiating Between Sympathetic and Parasympathetic Activity. Int J Environ Res Public Health, 2015. 12(12): p. 15860-74.
  26. Brown DK et al. Viewing nature scenes positively affects recovery of autonomic function following acute-mental stress. Environ Sci Technol, 2013. 47(11): p. 5562-9.
  27. Wirth N. Tout ce qu’il faut savoir sur la naturopathie – Dossier spécial. Les dossiers de Solutions Naturopathie, 2018.
  28. Louv R. The Nature Principle. Algonquin Books of Chapel Hill 2012.
  29. Park BJ et al. The physiological effects of Shinrin-yoku (taking in the forest atmosphere or forest bathing): evidence from field experiments in 24 forests across Japan. Environmental health and preventive medicine, 2010. 15(1): p. 18.
  30. Park B-J et al. Physiological effects of shinrin-yoku (taking in the atmosphere of the forest)—using salivary cortisol and cerebral activity as indicators—. Journal of Physiological Anthropology, 2007. 26(2): p. 123-128.
  31. Lee J et al. 2012. Nature therapy and preventive medicine, dans Public Health-Social and Behavioral Health. InTechOpen.
  32. South EC et al. Neighborhood blight, stress, and health: a walking trial of urban greening and ambulatory heart rate. American Journal of Public Health, 2015. 105(5): p. 909-913.
  33. Payne KJ, Ross LM. Simplicity Parenting: Using the Extraordinary Power of Less to Raise Calmer, Happier, and More Secure Kids. Ballantine Books 2010.
  34. National Research Council. Reference manual on scientific evidence. National Academies Press 2011.
  35. Oh Y-A et al. Real Foliage Plants as Visual Stimuli to Improve Concentration and Attention in Elementary Students. International journal of environmental research and public health, 2019. 16(5): p. 796.
  36. Kaplan R, Kaplan S. The experience of nature: A psychological perspective. CUP Archive 1989.
  37. Ausschuss für Innenraumrichtwerte (soit en français, Comité pour des valeurs guides de l’intérieur). Guide values (I and II, in milligrams per cubic meter of air) for the concentration of specific substances in indoor air. 2019. https://www.umweltbundesamt.de/sites/default/files/medien/4031/bilder/dateien/0_ausschuss_fur-innenraumrichtwerte_empfehlungen_und_richtwerte_20190128_en_003.pdf 28/01/2019 [Consulté le : 25/04/2019]
  38. Rakel D. Integrative Medicine – fourth edition. Elsevier 2018.
  39. Nichols WJ. Blue Mind: How Water Makes You Happier, More Connected and Better at What You Do. Abacus 2018.
  40. Klenerman P. The Immune System: A Very Short Introduction. OUP Oxford 2017.
  41. Stirling A. Keep it complex. Nature, 2010. 468: p. 1029.
  42. Berto R. Exposure to restorative environments helps restore attentional capacity. Journal of environmental psychology, 2005. 25(3): p. 249-259.
  43. Pretty J et al. Green Mind Theory: How Brain-Body-Behaviour Links into Natural and Social Environments for Healthy Habits. Int J Environ Res Public Health, 2017. 14(7).
  44. Taylor AF et al. Views of nature and self-discipline: Evidence from inner city children. Journal of environmental psychology, 2002. 22(1-2): p. 49-63.
  45. Mårtensson F et al. Outdoor environmental assessment of attention promoting settings for preschool children. Health & Place, 2009. 15(4): p. 1149-1157.
  46. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Mise à jour de valeurs guides de qualité d’air intérieur – Le formaldéhyde – Avis de l’Anses et Rapport d’expertise collective. 2018. https://www.anses.fr/fr/system/files/AIR2017SA0041Ra.pdf
  47. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Valeurs Guides de qualité d’Air Intérieur (VGAI). https://www.anses.fr/fr/content/valeurs-guides-de-qualit%C3%A9-d%E2%80%99air-int%C3%A9rieur-vgai [Consulté le : 25/04/2019]
  48. Commission Européenne. Agreed EU-LCI values – substances with their established EU-LCI values and summary fact sheets. 2018. https://ec.europa.eu/docsroom/documents/33642/attachments/1/translations/en/renditions/native  [Consulté le : 25/04/2019]
  49. Greenhalgh T. How to Read a Paper – The Basics of Evidence‐Based Medicine and Healthcare – 6th edition. Wiley-Blackwell 2019.
  50. Association française de normalisation (AFNOR). Fascicule de documentation FD X 50-045 : Qualité en expertise – Utilisations possibles de la norme NF X 50-110 (Prescriptions générales de compétence pour une expertise). 2010.
  51. Cox DT et al. Doses of Nearby Nature Simultaneously Associated with Multiple Health Benefits. Int J Environ Res Public Health, 2017. 14(2).
  52. Landrigan PJ, A ER. Textbook of Children’s Environmental Health. Oxford University Press 2014.
  53. Logan AC, Selhub EM. Your Brain on Nature. Collins 2013.
  54. Sisson M. The Primal Connection Primal Nutrition 2013.
  55. James P et al. A review of the health benefits of greenness. Current epidemiology reports, 2015. 2(2): p. 131-142.
  56. Commission Européenne. EU-LCI value facts and information document. 2018. https://ec.europa.eu/docsroom/documents/30841/attachments/6/translations/en/renditions/native [Consulté le : 27/07/2018]
  57. Ausschuss für Innenraumrichtwerte (soit en français, Comité pour des valeurs guides de l’intérieur). German Committee on Indoor Guide Values – Guide values I and II. 2018. https://www.umweltbundesamt.de/en/topics/health/commissions-working-groups/german-committee-on-indoor-guide-values#textpart-3 24/04/2018 [Consulté le : 25/04/2019]
  58. Finn S. Environmental Health Literacy. Springer 2018.
  59. Cardinal F. Perdus sans la nature : pourquoi les jeunes ne jouent plus dehors et comment y remédier. Éditions Québec Amérique inc. 2010.
  60. Institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS). Bilan des choix de VTR disponibles sur le portail des substances chimiques de l’INERIS – Mise à jour fin 2017. 2018. INERIS-DRC-17-163632-11568A. https://substances.ineris.fr/uploads/content/DRC-17-163632-11568A_Choix%20VTR%20sur%20PSC_fin%202017.pdf
  61. Espinassous L. Besoin de nature. Editions Hesse 2014.
  62. Villmoare B et al. Early Homo at 2.8 Ma from Ledi-Geraru, Afar, Ethiopia. Science, 2015. 347(6228): p. 1352-1355.
  63. Orians GH. Snakes, Sunrises, and Shakespeare: How Evolution Shapes Our Loves and Fears. University of Chicago Press 2014.
  64. Hue O et al. Increased plasma levels of toxic pollutants accompanying weight loss induced by hypocaloric diet or by bariatric surgery. Obes Surg, 2006. 16(9): p. 1145-54.
  65. Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). FÊTE MONDIALE DU JEU : JOUER, UN DROIT ESSENTIEL DES ENFANTS ! 2011. HTTPS://WWW.UNICEF.FR/ARTICLE/FETE-MONDIALE-DU-JEU-JOUER-UN-DROIT-ESSENTIEL-DES-ENFANTS [Consulté le : 17/04/2019]
  66. Grenoble Ad. Le rôle du jeu dans le développement de l’enfant. Non daté. http://www.ac-grenoble.fr/ecole/74/maternelle74/IMG/pdf/le_role_du_jeu_dans_le_developpement_de_l_enfant_ageem2.pdf
  67. Ceccato F. 1 à 3 ans, la grande aventure de l’autonomie ! MANGO 2016.
  68. Fédération Connaître et Protéger la Nature (CPN). Cahier Technique « La Nature avec les tout-petits ». Fédération des clubs CPN 2013.
  69. Kaplan S. The restorative benefits of nature: Toward an integrative framework. Journal of environmental psychology, 1995. 15(3): p. 169-182.
  70. Cornell J. Sharing Nature With Children. Dawn Publications 1999 (édition initiale : 1979).
  71. Espinassous L. Pistes – Pour découvrir la nature avec les enfants. Plume de carotte 2013.
  72. Hart R. Children’s experience of place. Irvington 1979.
  73. Moore RC. The power of nature orientations of girls and boys toward biotic and abiotic play settings on a reconstructed schoolyard. Children’s Environments Quarterly, 1986.
  74. Moore R. Before and after asphalt: Diversity as an ecological measure of quality in children’s outdoor environments. The Ecological Context of Children’s Play. Norwood, NJ: Ablex Publishers, 1989.
  75. Sampson SD. Comment élever un enfant sauvage en ville. Éditions des Arènes 2016.
  76. Peck A. The Green Cure: How shinrin-yoku, earthing, going outside, or simply opening a window can heal us. CICO Books 2019.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1 Commentaire

  1. Ann

    Bon article comme d’habitude et combien vrai !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.