Comment détoxifier le corps et l’environnement du quotidien, avec Debra Lynn Dadd (5/5)

D’autres choix de mode de vie – modifier son alimentation, éviter l’alcool pendant la grossesse, réduire l’utilisation de certains produits de consommation – peuvent renforcer notre protection contre l’exposition à (et l’action de) certains polluants. – Pr Barbara Demeneix

Certains polluants non seulement persistent au niveau de l’environnement, mais en outre s’accumulent dans les organismes vivants au point dans certains cas de les rendre toxiques. Par exemple, l’Anses déconseille la consommation trop fréquente de poissons sauvages aux femmes enceintes. – Olivier Kah

 

Chronique du livre « Alerte aux produits toxiques »

polluants environnement Debra Dadd

de Debra Lynn Dadd, 304 pages, publié en 2012

 

Debra Lynn Dadd a été diagnostiquée d’une hypersensibilité chimique multiple. En collaboration avec des toxicologues et des médecins, elle a écrit Alerte aux produits toxiques, succès de librairie aux Etats-Unis, pour sensibiliser la population générale à la présence de substances dangereuses dans l’environnement du quotidien.

Ce livre porte sur comment réduire son exposition et comment éliminer les substances qui sont déjà présentes dans le corps.

 

Quelques informations et points de vue intéressants, concernant la thématique « Santé des enfants et environnement »

Voici une liste d’informations et de points de vue issus du livre, en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement », et que je souhaite partager avec vous.

  • Pour tenir compte de l’apport limité en micronutriments des aliments modernes, des compléments alimentaires complets peuvent être régulièrement consommés ; ils fournissent les éléments nutritifs tels qu’ils existent dans la nature, avec tous les cofacteurs qui aident à leur assimilation. Ces compléments comprennent la luzerne et l’orge – en jus ou en poudre –, le pollen, la poudre d’os, la levure de bière, la chlorophylle, l’herbe de blé – en jus ou en poudre –, l’huile de foie de morue, le foie séché, les algues de mer, les algues d’eau douce (chlorella, spiruline), l’huile de lin, la lécithine, les enzymes, l’huile de germe de blé…
  • Le fonctionnement des émonctoires peut être soutenu et stimulé. Par exemple :
    • pour accompagner le fonctionnement des reins, on peut boire :
      • du jus de canneberge (« cranberries»),
      • de la tisane de gingembre,
      • de la tisane de pissenlit ;
    • pour accompagner le fonctionnement du foie, on peut consommer des légumes crucifères : roquette, brocolis, chou de Bruxelles, chou vert, chou-fleur, chou chinois, chou frisé, chou-rave, radis, rutabaga, navet, cresson, etc.
    • pour accompagner le fonctionnement de la peau, il est utile :
      • de transpirer. Les antitranspirants, les vêtements synthétiques et le manque d’exercice contribuent à entraver la sécrétion de sueur. A l’inverse, l’activité physique, le sauna, les bains de vapeur et les bains chauds favorisent la production de sueur,
      • se frotter la peau et ainsi activer le mouvement de la lymphe, typiquement avec une éponge ou avec une brosse de bain ;
    • pour accompagner le fonctionnement des poumons, on peut pratiquer des exercices de respiration profonde et pratiquer une activité physique au grand air.
  • Certains aliments sont connus pour leur capacité à stimuler la détoxification de polluants. Par exemple, l’ail, la coriandre et la chlorella sont largement connus pour leur actions sur diverses substances neurotoxiques : métaux lourds, dioxines, phtalates, PCB, certains insecticides, certains conservateurs alimentaires, etc.
  • Certaines périodes de vie, appelée “fenêtres de vulnérabilité”, correspondent à une sensibilité accrue aux substances toxiques. Par exemple, une exposition à des polluants pendant la vie fœtale peut générer des séquelles graves, pouvant apparaître avec un décalage de nombreuses années, à différents âges de vie.
  • Les trois premières années de vie constituent une autre fenêtre de vulnérabilité bien connue. L’exposition des enfants doit être réduite autant que possible, sachant que leur système de détoxification est encore immature et donc inefficace.
  • Pourtant, les parents créent souvent, avec les meilleures intentions, un environnement très toxique autour de leurs enfants : chambre fraîchement repeinte, ou couverte de papier peint en vinyle, jouets en plastique mous, matelas neuf rembourré de matières synthétiques, produits de soin fabriqués industriellement, etc.
  • Les bonnes pratiques recommandées par l’auteur comprennent :
    • filtrer l’eau qui est utilisée pour la consommation ;
    • adopter un régime alimentaire riche en fibres ;
    • pour fixer de la moquette, préférer le scotch double face à l’encollage ;
    • tester les smoothies mélangeant légumes crus et fruits : la douceur du fruit couvre l’astringence des légumes verts ;
    • préférer les poissons se trouvant au bas de la chaîne alimentaire aquatique : sardines, hareng, maquereau, anchois, etc.
    • consommer en routine des aliments riches en antioxydants – poudre de cacao, fruits rouges, baies, légumes, épices, etc. – les moins transformés possibles ;
    • choisir des jouets labelisés « Spiel Gut ».

 

polluants environnement Debra Dadd6

 

Quelques extraits en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement »

Le système excréteur est responsable de l’élimination des déchets du métabolisme cellulaire. En circulant, le sang ne fait pas que distribuer de l’oxygène et des nutriments à toutes les cellules, il recueille aussi leurs déchets. En passant dans les reins, il se débarrasse des déchets collectés. Autrement dit, chacune de nos cellules dépend du système excréteur. Si ce dernier commence à dysfonctionner, tout l’organisme s’en ressent et les pathologies risquent de se multiplier.

Toutes les enquêtes sur les femmes enceintes confirment qu’elles portent dans leur sang un cocktail qui constitue une menace pour leur futur bébé : PCB, pesticides organochlorés, PFC, phénols, PBDE, phtalates, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et perchlorate font partie des substances le plus souvent partagées.

L’asthme, le cancer (du cerveau en particulier), les troubles de l’apprentissage et le déficit d’attention… Bien que d’autres facteurs soient impliqués, toutes ces maladies et d’autres ont été associées à l’exposition aux produits toxiques.

Les études de médecine ne préparent pas les médecins à rechercher la cause d’une maladie (autre qu’infectieuse ou biologique) mais à en traiter les symptômes.

Le corps est conçu pour être en bonne santé s’il est bien entretenu et si ses fonctions naturelles sont protégées contre des expositions aux toxiques qui les enrayent.

Sous la pression des consommateurs qui portent leur choix vers des articles exempts de toxiques, les principales marques commencent déjà à proposer de tels produits, par exemple des cosmétiques sans parabènes. […] C’est donc à nous, consomm’acteurs, d’agir : à travers nos achats, nous avons le pouvoir d’aller vers un monde sans produits toxiques.

Ceux qui ont vécu la révolution pasteurienne, au XIXe siècle, ont dû apprendre à se laver les mains régulièrement et à adopter des mesures d’hygiène pour réduire la prolifération des bactéries. Les médecins n’ont pas toujours été les premiers à les appliquer, le respect des règles d’asepsie entre chaque patient leur paraissant fastidieux, voire délirant […]. Mais aucun d’eux n’imaginait qu’un jour, leurs descendants devraient accomplir une autre révolution : apprendre à se protéger des nouvelles substances toxiques, elles aussi invisibles et impitoyables, devenues envahissantes.

Nous voici devant l’obligation de devoir intégrer l’urgente nécessité de nous battre contre un ennemi tout aussi insidieux. Qui plus est, un ennemi créé par l’homme, du moins par les industries qui redéfinissent notre univers ordinaire pour “notre confort”.

  

Mon avis

Les « + » :

  • Un panorama très complet des différentes substances préoccupantes dans l’environnement du quotidien. On sent que l’auteure a approfondi ce sujet depuis plusieurs années. Le résultat est tellement riche qu’il est difficile à synthétiser : une raison de plus pour lire le livre entièrement !
  • De nombreuses recommandations pratiques, clairement décrites et directement applicables.
  • Un des rares livres a présenter les deux versants de la gestion des substances chimiques : diminuer son exposition et éliminer les substances qui ont pénétré dans le corps.

 

Les « – » :

  • Les différences entre la notion de danger et la notion de risque auraient mérité d’être explicitées, puisque ces notions sont utilisées à plusieurs reprises et de manière proche. Cette discussion aurait peut-être pu déboucher sur une sorte de hiérarchisation entre les nombreuses recommandations du livre, pour orienter les premiers pas du lecteur vers l’essentiel.
  • Trop d’affirmations peu ou pas argumentées, ce qui empêche de pouvoir apprécier leur robustesse. Par exemple, à ce stade de ma compréhension, l’affirmation « une urine inodore et incolore indique généralement que vos reins fonctionnent bien » me semble inexacte ; mais comment mettre en question ma compréhension si aucune source/référence n’est précisée ?
  • Comme le dit l’auteure elle-même, les effets sanitaires potentiels dépendent de l’organisme qui est exposé… Les actions de protection suggérées, considérées dans leur ensemble, font partie des plus exigeantes que j’ai lues jusqu’à présent. Il aurait été intéressant de discuter en quoi un tel niveau de protection est pertinent pour la population générale, au-delà des personnes souffrant d’hypersensibilité aux produits chimiques.
  • Les huiles essentielles font l’objet de plusieurs recommandations, sans préciser les bonnes pratiques associées. Or certaines utilisations peuvent présenter des risques significatifs, en particulier auprès des populations les plus sensibles : enfants, femmes enceintes, personnes souffrant de troubles respiratoires, etc.

 

Cette chronique met en avant l’importance de protéger les enfants des substances préoccupantes, car les effets potentiels pourraient être graves et pérennes. Ce blog a pour mission de vous aider et de vous accompagner dans votre démarche ! Pour vos premiers pas, vous pouvez vous appuyer sur le guide gratuit téléchargeable ci-dessous.

Photo par Matthieu Luna

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1 Commentaire

  1. Pingback: Comment détoxifier le corps et l'environnement du quotidien, avec Debra Lynn Dadd (4/5)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.