Hyperactivité des enfants : protégeons-les des pollutions environnementales

Selon l’OCDE, entre 1995 et 2020, la production mondiale de produits chimiques aura augmenté de 85 %. Ces chiffres en constante augmentation nous imposent de nous interroger sur les effets néfastes de telles substances et sur les moyens de les limiter. – Roselyne Bachelot, alors Ministre de la santé

 

Bonjour à tousHyperactivité pollutions environnementales enfants

Le Trouble du Déficit de l’Attention avec Hyperactivité (TDAH) est une des pathologies  comportementales les plus fréquemment diagnostiquées chez l’enfant. Pourtant les causes du TDAH restent encore aujourd’hui mystérieuses. L’origine héréditaire a été proposée [1], mais seul un faible nombre de cas a pu être relié à des gènes spécifiques [2], conduisant de nombreux chercheurs à explorer l’impact de certaines expositions environnementales.

En plus de mettre à disposition des articles scientifiques, le site Internet de la revue Environment Health Perspectives [3] propose des interviews de chercheurs, auteurs de certains articles. Dans ce cadre, Susan Schantz a été interviewée en 2010 [4]. Susan Schantz est professeur de biosciences à l’Université de l’Illinois. L’interview portait sur deux revues de littérature scientifique, publiées en 2010 [5, 6], traitant du lien entre le TDAH et l’exposition environnementale à deux polluants, le plomb et les PCB (PolyChloroBiphényles).

 

Eléments clés de l’interview, concernant la thématique « Santé des enfants et environnement »

Voici une liste d’informations et de points de vue issus de l’interview, en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement », et que je souhaite partager avec vous.

  • Les PCB et le plomb semblent significativement affecter les « fonctions d’exécution» : mémoire à court terme, capacité à planifier, gestion de l’information, etc. Cet effet a pu être mesuré sur des rats et des singes. Les mâles sont plus touchés que les femelles.
  • Un parallèle peut être fait avec le TDAH : les troubles des fonctions d’exécution sont des symptômes classiques, et les garçons sont plus touchés que les filles.
  • Les PCB et le plomb partagent un même mécanisme d’action : ils perturbent et réduisent l’activité de la zone du cerveau qui produit la dopamine, un neurotransmetteur (une molécule chargée de transmettre l’information entre les neurones) associé au plaisir [7]. Or cette zone du cerveau est également perturbée chez les enfants souffrant de TDAH. Les médicaments qui sont efficaces pour atténuer les symptômes du TDAH, le méthylphénidate (la fameuse Ritaline®) et les amphétamines, ont pour effet d’augmenter la production de dopamine. « Donc l’hypothèse dominante est que [le TDAH] est un problème de sous-production de dopamine par le cerveau, très similaire à ce qui se passe avec l’exposition au plomb et aux PCB.»
  • Ce parallèle entre animaux et enfants permet de proposer l’hypothèse suivante : une exposition à certaines pollutions environnementales, comme par exemple des pollutions au plomb ou aux PCB, pourrait constituer un facteur de risque pour le TDAH. Cette hypothèse est actuellement en cours d’approfondissement, dans le cadre de suivis de cohortes humaines.

 

Comment protéger les enfants de ces pollutions environnementales

Les bonnes pratiques suivantes permettent de diminuer l’exposition des enfants au plomb [8, 9] :

  • lisez le diagnostic plomb de votre logement, pour identifier d’éventuels revêtements contenant du plomb. Si oui, empêchez toute mise en contact des enfants avec des écailles de ces revêtements, et faites la poussière régulièrement (avec un linge humide et/ou un aspirateur équipé d’un filtre HEPA) ;
  • séparez-vous des jouets rappelés par leurs fabricants à cause de leur teneur en plomb ;
  • ne consommez que l’eau froide du robinet ;
  • si vous travaillez au contact du plomb, changez de vêtements et prenez une douche avant de rentrer chez vous.

Les bonnes pratiques suivantes permettent de diminuer l’exposition des enfants aux PCB [10, 11] :

  • évitez la consommation de poissons accumulateurs de PCB : anguille, barbeau, brème, carpe, silure [12] ;
  • séparez vous des éclairages fluorescents et des appareils électriques (télévisions, réfrigérateurs, etc.) fabriqués il y a plus de 30 ans ;
  • éviter de passer du temps à proximité d’installations gérant des déchets dangereux : stockage, incinération, etc.
  • si vous travaillez au contact de PCB, changez de vêtements et prenez une douche avant de rentrer chez vous.

 

Connaissiez ces recommandations ? Si oui, rencontrez-vous des difficultés à les mettre en œuvre ? Peut-être avez-vous d’autres conseils à appliquer en complément. Dites-le moi dans les commentaires !

Photo par Stefano Montagner

Références :

  1. National Institute of Mental Health (NIMH). Attention Deficit Hyperactivity Disorder. http://tinyurl.com/asvh7f.
  2. Faraone SV et al. Molecular Genetics of Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder. Biol Psychiatry 2005 ; 57(11):1313–1323. Doi:10.1016/j.biopsych.2004.11.024.
  3. En français : Perspectives en Santé Environnementhttp://ehp.niehs.nih.gov/
  4. Ahearn A. ADHD and environmental risk factors, with Susan Schantz. Environ Health Perspect 2010 ; http://dx.doi.org/10.1289/ehp.trp120110
  5. Eubig PA et al. Lead and PCBs as Risk Factors for Attention Deficit/Hyperactivity Disorder. Environ Health Perspect 2010 ; 118(12):1654–1667. Doi:10.1289/ehp.0901852.
  6. Aguiar A et al. Attention Deficit/Hyperactivity Disorder: A Focused Overview for Children’s Environmental Health Researchers. Environ Health Perspect 2010 ; 118(12) : 1646–1653. Doi:10.1289/ehp.1002326.
  7. Site Internet de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) – dopamine – http://www.inserm.fr/dossiers-d-information/dopamine (Consulté le 01/08/2015).
  8. Fiche de données toxicologiques et environnementales des substances chimiques de l’INERIS – Plomb – http://www.ineris.fr/substances/fr/substance/cas/7439-92-1
  9. Site Internet des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des Etats-Unis – http://www.cdc.gov/nceh/lead/tips.htm
  10. Fiche de données toxicologiques et environnementales des substances chimiques de l’INERIS – Polychlorobiphényles (PCB) – http://www.ineris.fr/substances/fr/substance/cas/1336-36-3
  11. Site Internet de l’Agence Américaine des Substances Toxiques et du Registre des Maladies (ATSDR) – http://www.atsdr.cdc.gov/toxfaqs/TF.asp?id=140&tid=26
  12. Site Internet de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) – https://www.anses.fr/fr/content/manger-du-poisson-pourquoi-comment

Vous avez aimé cet article ? Alors entrez votre prénom et votre email pour recevoir d’autres conseils, et notamment le guide gratuit “7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses”

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Partagez les bonnes pratiques qui protègent les enfants !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Ces articles pourraient vous intéresser aussi

12 réponses

  1. Article très intéressant !
    Pour ma part, je ne connaissais pas ces recherches sur le lien entre le TDAH et l’exposition au plomb et aux PCB…
    En tout cas, en ce qui concerne les aspects pratiques, même si ce lien n’est pas encore complètement démontré aujourd’hui, ce qu’on sait déjà par ailleurs sur la dangerosité de ces deux substances doit déjà nous pousser à agir pour en protéger nos enfants !

  2. Tout a fait d’accord Mi-Ko 😉 C’est super que tu fasses cette précision importante dans les commentaires : la suspicion décrite dans cet article se rajoute à une longue liste d’effets avérés !

  3. Merci pour l’article, c’est très instructif! le danger de ces substances est réel, et on doit toujours inspecter l’environnement dans lequel nos enfants grandissent.

    1. 🙂

      Bien d’accord avec toi, et il le semble ce n’est pas toujours évident d’avoir les bonnes informations, je veux dire à la fois les connaître et s’avoir où les trouver. Ce blog est l’occasion pour moi d’augmenter mes connaissances sur ces sujets, puis de les partager. Je suis content de lire que ces informations peuvent t’être utiles 🙂

  4. Très intéressant !

    Je me suis engagé avec une collègue de travail d’écrire un article scientifique d’ici la fin de l’année par rapport à l’influence de l’alimentation sur l’impulsivité et problèmes de conduite.

    Pendant mon doctorat, on a trouvé que les enfants âgées de 6-8 ans avaient tendance à avoir plus de difficulté d’arrêter un comportement (inhibitory control – en anglais) à 12-13 ans. Et ceux qui avaient plus de compétence pour arrêter soudainement un comportement avaient choisi plus de fruits et légumes que de sucrés/salés dans un contexte expérimental.

    Je te tiendrai au courant si ça t’intéresses ! 😉

  5. oui ça m’intéresse ! Ca pourrait faire l’objet d’une chronique probablement très intéressante, en lien avec le thème de ton (nos) blog(s).
    Si tu souhaites mettre en regard ton analyse avec le contenu de cet article, tu dois pouvoir trouver les teneurs en plomb et PCB dans l’alimentation avec l’étude EAT2 de l’ANSES.
    Si tu as une idée dès aujourd’hui, je serais intéressé par savoir les revues que tu vises pour ce type d’article.

  6. Articles très intéressant.
    Des études ont elles montrées des rapports entre hyperactivité et temps d’exposition devant des écrans?
    J’avais également lu que la prématurité pouvait avoir un lien avec les TDHA.

    1. Merci Yann 🙂
      Je n’ai pas l’information et elle n’est pas “sortie” spontanément de mes recherches. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de lien, car mes recherches sont très axées sur les pollutions environnementales, le thème du blog.
      Ce fait plaisir de te revoir dans les commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement le guide “7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses”

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Pour me suivre
Articles populaires

 

S’ABONNER AUX ARTICLES

Autres éclairages

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement le guide “7 moyens simples et rapides pour réduire l’exposition de vos enfants aux substances chimiques dangereuses”

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.