Plantes dépolluantes : sont-elles efficaces pour la maison ?

La présence de plantes dans un environnement clos pourrait avoir des effets bénéfiques intéressants (diminution du stress, amélioration du bien-être, meilleure productivité au travail…) sans qu’on puisse lier ces effets à une diminution de la pollution intérieure. - Agence de la transition écologique (ADEME)

Aucune étude scientifique sérieuse n’a pu confirmer ces dires ; par ailleurs, certaines espèces d’azalée et de lierre peuvent être toxiques en cas d’ingestion, ainsi que le ficus, à un moindre degré. - Dr Laurent Chevallier

Bonjour à tous,
Voici une nouvelle vidéo publiée sur la Chaîne YouTube Santé des enfants et environnement, intitulée “Plantes dépolluantes : sont-elles efficaces pour la maison ?”, ainsi que la transcription et le podcast associés.

 

 

 

Transcription de « Plantes dépolluantes : sont-elles efficaces pour la maison ? »

Bonjour les parents verts et prudents.

Comment entourer vos enfants d’un environnement favorisant la santé. Aujourd’hui, je réponds à la question de Karine, qui me demande mon avis sur les plantes dépolluantes et sur leur efficacité.

 

Sortie d’A la recherche du savon magique

Bonjour à tous, et bienvenue dans cette nouvelle vidéo de mon défi « une vidéo par jour pendant 30 jours ». Un défi pour fêter la sortie d’À la recherche du savon magique. Je suis Guillaume, et sur cette chaine je partage des conseils et des astuces pour vous aider à entourer les enfants d’environnements plus sains. Des environnements avec moins de pollutions et plus de nature.

Si c’est votre première visite, alors je vous invite à télécharger mon guide offert. Ce guide vous donne les essentiels pour bien démarrer en santé environnementale pour parents. Le lien est notamment dans la description.

Aujourd’hui, je réponds à la question de Karine. Elle me demande « Est-ce que les plantes sont efficaces pour dépolluer la maison ? Est-ce qu’elles peuvent protéger des pics de pollution de l’air ? »

 

Plantes dépolluantes efficaces pour la maison ?

Merci pour ta question Florence, effectivement ya pas mal d’articles et de livres sur le sujet, qui d’ailleurs s’appuient souvent sur des études réalisées par la NASA dans les années 1980. J’ai vu aussi des auteurs qui invitent à mettre des plantes à la maison, et notamment dans la salle de bain, dans l’objectif de dépolluer l’air intérieur. Et puis j’ai vu également des sélections de plantes en fonction des différents polluants que l’on trouve classiquement dans l’air des maisons. Donc ta question me semble très légitime.

D’ailleurs l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) et l’Agence de la transition écologique (ADEME) ont étudié cette question au travers d’un programme de recherche, et ils y ont répondu au début des années 2010. Cette réponse, elle est résumée ainsi par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) :

« Si certains végétaux ont prouvé leur capacité d’épuration en laboratoire, il n’y a pas d’efficacité réelle démontrée en conditions réelles. En outre, si les impacts sanitaires restent faibles, les végétaux présents dans les logements peuvent présenter une certaine toxicité et être à l’origine de troubles allergiques ». Ce type de troubles est soit directement lié aux plantes, comme avec le ficus par exemple, soit lié à un potentiel développement de moisissures dans leur substrat.

 

Plantes dépolluantes efficaces maison - ficus

 

Faible niveau de preuves

L’Anses a jugé que le niveau de preuves disponibles était si faible, que les plantes dépolluantes n’ont même pas été retenues dans le champ de son expertise de 2017, qui portaient sur « les différentes techniques d’épuration d’air intérieur émergentes ».

Par la suite, en 2019, l’Ademe a confirmé ces premières conclusions : « quelques plantes dans une pièce ne suffisent pas à la dépolluer ». Par ailleurs, une revue de littérature scientifique, datée de 2019, conclut également à une faible capacité de dépollution.

Le même type de conclusions est mis en avant sur le site des Conseillers Médicaux en Environnement intérieur (CMEI), et aussi par le CEREMA, qui utilise même l’ironie dans son Guide Grand Air : « Les arguments commerciaux qui font généralement la promotion des plantes dites « dépolluantes » ne sont fondés sur aucune étude scientifique. Pour améliorer la qualité de l’air dans une pièce de surface moyenne (25 m2) il faudrait au minimum 100 plantes en pot, ce qui réduit considérablement la possibilité de se mouvoir, à moins de les accrocher toutes au plafond… ». Et ainsi, l’OQAI rappelle que, dans l’air des maisons, le plus efficace pour diminuer la présence de polluants, cela reste de limiter les sources d’émissions et de renouveler l’air intérieur régulièrement.

Pour aller plus loin sur ce sujet, je vous conseille de visiter SCIENCE-ENVIRONNEMENT.COM, le site d’Elodie Lapierre, qui a particulièrement approfondi ce thème des plantes dépolluantes.

 

Plantes dépolluantes et biophilie

Bon, et Karine, si tu avais pour projet d’introduire plus de plantes dans ta maison, cela m’ennuierait quand même que ces différents éléments te freinent de trop. D’une manière générale, je pense que réintroduire de la nature dans notre quotidien, et notamment dans les habitations, peut générer de nombreux bienfaits. C’est le cas en particulier pour la santé des enfants.

Avoir des plantes chez soi, cela aide certainement à nourrir notre biophilie, notre « amour de la nature », pour reprendre l’hypothèse proposée par Edward Wilson. Je crois que sur ce sujet, il y a certainement un juste équilibre à trouver. Du « ni trop, ni trop peu ».

 

A la recherche du savon magique : de préférence dans une librairie physique

Voilà pour ces éléments de réponse. S’ils vous paraissent utiles, alors je vous invite à mettre un pouce bleu. Vous pouvez laisser un commentaire et surtout vous abonner en activant la cloche. C’est important, afin que Youtube comprenne que le contenu de cette chaîne est utile et favorise sa diffusion. Je vous rappelle que je fais cette série de vidéos afin de fêter la publication d’À la recherche du savon magique. Le livre est disponible dans toutes les bonnes librairies francophones.

Je vous rappelle aussi que je vous offre un cadeau si vous l’achetez dans une librairie physique. Envoyez-moi une photo de votre ticket de caisse à l’adresse mail qui apparaît à l’écran et qui se trouve dans la description. Et je vous enverrai une check-list pour agir sur les autres sources potentielles de polluants dans la salle de bain. Il s’agit donc d’un bon complément au livre pour réduire les expositions préoccupantes du quotidien.

 

Santé environnementale pour parents – la suite

Une bonne partie de ce défi de 30 jours sera consacrée à répondre à vos questions. Donc vous pouvez m’indiquer en commentaire les questions que vous avez. Des questions en lien avec un problème ou une frustration, par rapport à l’environnement de vos enfants. J’essaierai de faire un maximum de vidéos-réponses.

Je vous dis à demain pour la prochaine vidéo. Et en attendant, je vous invite à faire partie des parents verts et prudents. Des parents qui notamment ne compte pas sur les plantes dépolluantes pour assurer une bonne qualité de l’air à la maison.

A demain !

 

Plantes dépolluantes efficaces maison - vignette

 

Références. Plantes dépolluantes : sont-elles efficaces pour la maison ?

  • Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema), Medieco, et IllustrePresse. « GUIDE GRAND AIR – Des idées pour inspirer ceux qui aspirent à changer d’air intérieur », 2016. Notamment : lien. Et aussi :
  • Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). « Identification et analyse des différentes techniques d’épuration d’air intérieur émergentes – Avis de l’Anses et Rapport d’expertise collective », 2017. Notamment : lien. Et également :
  • Programme de recherche PHYTAIR. CSTB, LSVF de la Faculté de Pharmacie de Lille et Association Plant’Air Pur. Etude des capacités d’épuration des polluants par les plantes via leurs feuilles de façon passive, sans dispositif de biofiltration, notamment. Et aussi :
  • Loumé, Lise, et Francelyne Marano. Notre air est-il respirable ? – Le vrai du faux sur la pollution intérieure et extérieure. Éditions Quæ, 2018. Et également :
  • Agence de la transition écologique (ADEME). Au quotidien – un air sain chez soi, 2019. Notamment : lien. Et aussi :
  • Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI). « Bulletin de l’OQAI n°2 – Pollution de l’air intérieur : quel potentiel d’épuration par les plantes ? », 2010. Et également :
  • Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI), Agence de la transition écologique (ADEME), et Faculté de Pharmacie de Lille. « Programme de recherche PHYTAIR – L’épuration de l’air intérieur par les plantes », 2010. Et aussi :
  • Cummings, B.E. et al. Potted plants do not improve indoor air quality: a review and analysis of reported VOC removal efficiencies. J Expo Sci Environ Epidemiol 30, 253–261 (2020). Notamment : doi.

Photos notamment par HydaspisChaos

Vous avez aimé cet article ? Alors entrez votre prénom et votre email pour recevoir d’autres conseils, et notamment le guide gratuit

« 7 moyens simples pour réduire l’exposition de vos enfants aux polluants du quotidien »

[aweber listid=3878455 formid=1512845692 formtype=webform]

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Partagez les bonnes pratiques qui protègent les enfants !

Ces articles pourraient vous intéresser aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement le guide « 7 moyens simples pour réduire l’exposition de vos enfants aux polluants du quotidien »

[aweber listid=3878455 formid=54673424 formtype=webform]

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Pour me suivre
Articles populaires

 

S’ABONNER AUX ARTICLES

Autres éclairages

Attendez ! Ne partez pas sans votre mini-guide ! :) « 7 moyens simples pour réduire l’exposition de vos enfants aux polluants du quotidien »

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement Les essentiels por débuter : « 7 moyens simples pour réduire l’exposition de vos enfants aux polluants du quotidien »

 

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement Les essentiels por débuter : « 7 moyens simples pour réduire l’exposition de vos enfants aux polluants du quotidien »

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.