Santé enfants environnement - logo
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Quelle confiance accorder aux experts, avec Irène Frachon (lanceuse d’alerte – affaire du Mediator)

L'omniprésence de l'industrie pharmaceutique à tous les stades de la décision est un fait, avant d'être une critique. - Rony Brauman, 2010

L’affaire du Mediator a été un électrochoc pour le système de santé français. [...] La révélation de ce scandale a permis une prise de conscience des dérives des agences sur la question des conflits d’intérêts. - Irène Frachon, 2020

Bonjour à tous,
Voici une nouvelle vidéo publiée sur la Chaîne YouTube Santé des enfants et environnement, intitulée “Quelle confiance accorder aux experts, avec Irène Frachon (lanceuse d’alerte – affaire du Mediator)”, ainsi que le podcast associés et quelques points clés de l’échange, selon moi.

 

 

 

Présentation du Dr. Irène Frachon (CHU de Brest) – échange sur la confiance à accorder aux experts

Bonjour les parents verts et prudents,

Aujourd’hui j’échange avec Irène Frachon. Irène est pneumologue au Centre hospitalier universitaire de Brest. Elle est notamment connue pour son rôle de lanceuse d’alerte dans l’affaire du Médiator.

On discute notamment de la confiance éclairée dans les experts, d’écueils à éviter comme la défiance systématique, de pratiques concrètes d’esprit critique, et d’autres sujets.

Voilà, j’espère que vous y trouverez des choses utiles. Et je vous amène Irène Frachon.

 

NB : dans le cadre de cet échange, la personne interviewée s’exprime à titre personnel, intuitu personae, et ne vise à représenter aucun de ses organismes d’affiliation. Les points de vue exprimés ne reflètent pas nécessairement les décisions ou la politique déclarée de ces organismes.

 

Irène Frachon confiance experts

 

Quelques points clés selon moi, issus de la vidéo « Quelle confiance accorder aux experts, avec Irène Frachon (lanceuse d’alerte – affaire du Mediator) » 

  • Depuis l’affaire du Mediator, et notamment depuis un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), la gestion des liens d’intérêt par les agences sanitaires françaises s’est nettement améliorée. En particulier, les experts qui siègent dans ces agences doivent remplir une déclaration publique d’intérêts (DPI).

[Selon le ministère de la Santé, « le dispositif de DPI répond à deux grandes finalités :

    • Renforcer la transparence de l’action publique, en assurant la publicité des liens d’intérêts entretenus par les décideurs et experts sanitaires,
    • Permettre à l’administration de garantir l’impartialité et l’objectivité des personnes qui participent à la décision et à l’expertise sanitaires, en procédant en amont à l’analyse des liens d’intérêts déclarés au regard des dossiers examinés ou des fonctions exercées. » ]
  • Néanmoins, dans le domaine médical, avoir des liens avec l’industrie pharmaceutique était une pratique si courante que les habitudes ont encore du mal à évoluer. En particulier, encore aujourd’hui, beaucoup de médecins pensent qu’avoir des liens d’intérêt avec l’industrie n’est pas de nature à influencer leurs jugements et leur esprit critique. Ce biais classique est appelé « illusion de l’unique invulnérabilité » .

 

Indépendance de l’expertise

  • Les liens avec l’industrie restant la norme, l’actuelle Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Haute Autorité de santé (HAS) rencontrent de grandes difficultés à pouvoir trouver des experts indépendants.
  • En opposition à une gestion plus stricte des liens d’intérêt, les arguments fréquemment utilisés incluent une baisse de la compétitivité française et une plus grande lourdeur administrative, qui rend la France moins attractive et freine l’innovation.
  • Il ne faut pas être naïf et garder en tête que la rentabilité économique est un critère majeur dans l’action des entreprises. Néanmoins, en miroir, un écueil classique est de tomber dans le « tous pourris», qui est également très dangereux. Il y a un équilibre à trouver, une capacité de discernement à travailler.
  • Il serait utile d’insister à l’école sur ce qu’est la démarche scientifique, sur comment construire des preuves, sur comment développer son esprit critique, etc. afin que tout le monde bénéficie d’un minimum de formation sur ces aspects. Et si ce n’est pas suffisamment fait à l’école, les parents ont tout intérêt à utiliser les outils pédagogiques disponibles pour sensibiliser leurs enfants à leur niveau.

 

Expert analysant des graphiques

 

Sources de financement

  • Lorsqu’on considère la fiabilité d’une information, il est notamment utile de regarder qui a financé la production de cette information. Ce critère d’analyse s’applique également quand on considère la confiance à accorder aux organismes qui produisent des données : « qui paye ?».
  • L’association Que Choisir et la revue médicale Prescrire n’ont pas de lien avec des industriels.
  • Le monde dans lequel nous vivons est complexe, et nous avons besoin de pouvoir faire confiance à des experts pour éclairer nos choix, en particulier sur ce qui a une influence sur la santé de nos enfants. Et plutôt qu’une confiance aveugle – ou à l’opposé, une défiance systématique – il faut viser une confiance éclairée.
  • La base de données publique Transparence – Santé (https://transparence.sante.gouv.fr/pages/accueil/), pilotée par le ministère français chargé de la Santé, permet notamment de consulter des informations concernant les conventions, les rémunérations et les avantages liant les entreprises et les acteurs du secteur de la santé. Par exemple : les médecins.
  • D’une manière générale, les médicaments présentent des bénéfices et des risques. Se renseigner – par exemple en dialoguant avec son médecin, potentiellement sur la base d’informations trouvées sur Internet, et en lisant les notices des médicaments –  pour comprendre et comparer ces bénéfices et ces risques permet d’éclairer nos choix de prise de médicaments.

 

Balance bénéfices / risques

  • Et même au-delà du domaine du médicament, après avoir pris des mesures pour réduire les risques, considérer la « balance bénéfices/risques » permet de prendre de meilleures décisions.
    • Irène Frachon a proposé l’image de l’utilisation d’une voiture : ce n’est jamais sans risque, donc on va faire des contrôles techniques réguliers, on va mettre sa ceinture, on va s’adapter aux conditions météorologiques et à son état de forme, etc. Et ensuite, on prend sa voiture si on est confiant que les bénéfices sont nettement plus élevés que les risques.
    • S’informer sur les potentiels effets sanitaires permet aussi parfois de les éviter, et au minimum d’être vigilant à l’apparition de premiers symptômes suspects, pour pouvoir réagir le plus en amont possible si nécessaire.
  • L’affaire du Mediator est un cas d’école éclairant, qui ne doit pas conduire à des amalgames. La conclusion n’est pas « tous pourris », mais plutôt quelque chose comme « il y a des choses à améliorer pour se protéger de pourris et de certains produits pourris ».

 

————-

Voilà pour cet entretien intitulé « Quelle confiance accorder aux experts, avec Irène Frachon (lanceuse d’alerte – affaire du Mediator)« . S’il vous paraît utile, alors vous pouvez liker, vous abonner et clocher si vous ne l’avez pas encore fait. C’est notamment pour que YouTube favorise sa diffusion.

À bientôt !

 

un scientifique parmi ses pairs

 

Bibliographie. Quelle confiance accorder aux experts, avec Irène Frachon (lanceuse d’alerte – affaire du Mediator)

  • Faculté de Santé Sorbonne Université. Conférence d’Irène Frachon sur le Médiator. 2024. Notamment : lien.
  • Espace des sciences. [Irène Frachon] Le Mediator. 2011. Notamment : lien. [Irène Frachon et Virginie Gimbert] Du bon usage des médicaments : tous concernés. 2014. Notamment : lien.
  • Conférence Irène Frachon – 9 septembre 202. Ordre des avocats de Saint-Quentin. Notamment : lien.
  • Frachon I. Médiator 150 mg : Combien de morts ? Éditions dialogues, 2010.
  • Giacometti E, Frachon I, Duprat F. Mediator, un crime chimiquement pur. Editions Delcourt, 2023. Un court extrait est montré à l’écran.
  • Commission nationale de la déontologie et des alertes en matière de santé publique et d’environnement (cnDAspe). Analyse comparative des règles de gestion des liens d’intérêts au sein des autorités compétentes en matière d’évaluation des risques et d’autorisation de la mise sur le marché des pesticides dans les Etats membres de l’UE. Actualisation et extension du document publié en juin 2022. 11 avril 2023. 2023. Notamment : lien.
  • Karr G, Prete G, Duboc S, Zmirou-Navier D. Management of links of interest in European Union expertise authorities dealing with plant protection products: comparative analysis and recommendations. Environmental Sciences Europe 2023. Notamment : DOI.

Davantage de références

  • Affaire du Mediator – Page Wikipédia. Notamment : lien.
  • Frachon I et al. (2010) Benfluorex and Unexplained Valvular Heart Disease: A Case-Control Study. PLoS ONE 5(4):e10128. Notamment : DOI.
  • Door JP. Commission des affaires sociales. Rapport d’information – travaux de la mission sur le Mediator et la pharmacovigilance. 2011. Notamment : lien.
  • Autain F. Rapport de la Mission commune d’information « Mediator : évaluation et contrôle des médicaments ». 2011. Notamment : lien.
  • Ministère français chargé de la Santé. Le site « Déclarations publiques d’intérêts ». Notamment : lien. [Consulté le 31/03/2024].
  • Bensadon AC, Marie E, Morelle A. Inspection générale des affaires sociales (IGAS). Enquête sur le Mediator. 2011. Notamment : lien.

 

Photo boite de Mediator : © AFP/Archives / FRED TANNEAU

Images notamment par Guillaume et Sayumi

 

 

« Résumé enrichi » de cet échange avec Irène Frachon sur la confiance envers les experts

Voici un résumé de l’échange, produit par une intelligence artificielle (IA). J’y ai supprimé les « hallucinations » les plus évidentes et j’ai laissé les enrichissements introduits à partir des données collectées par l’IA.

 

Introduction

Irène Frachon est médecin pneumologue au CHU de Brest. Elle est devenue une figure emblématique de la lutte pour la transparence dans le domaine de la santé, suite à son rôle déterminant dans la révélation de l’affaire du Mediator. Dans cette interview, elle revient sur son parcours. Puis elle aborde la question cruciale de la confiance dans les experts, mise à mal par ce scandale sanitaire.

Au cœur de la discussion se trouve le thème de l’indépendance de l’expertise. En effet, il s’agit d’un enjeu majeur pour garantir la sécurité des patients et la prise de décisions éclairées en matière de santé publique.

Irène Frachon nous invite à réfléchir sur les leçons à tirer de l’affaire du Mediator. L’objectif est notamment de restaurer la confiance dans les instances d’expertise et de renforcer leur impartialité.

 

Parcours d’Irène Frachon

Irène Frachon exerce en tant que médecin hospitalier au CHU de Brest. Elle s’est spécialisée dans la prise en charge de l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP). L’HTAP une maladie rare et grave qui affecte les artères pulmonaires. Son expertise dans ce domaine l’a amenée à travailler au sein d’un réseau national dédié à cette pathologie, le réseau français de l’HTAP.

Ce réseau, comme beaucoup d’autres structures médicales, bénéficiait de subventions de l’industrie pharmaceutique, afin de soutenir ses activités de recherche et de formation. Cette situation, courante dans le milieu médical, soulève néanmoins des questions sur l’indépendance des professionnels de santé. De potentiels conflits d’intérêts peuvent en découler.

 

Irène Frachon, confiance dans les experts : l’affaire du Mediator

C’est dans ce contexte qu’Irène Frachon s’est retrouvée, malgré elle, au cœur de l’affaire du Mediator. Elle découvert les problèmes majeurs liés à ce médicament. Il s’agit notamment de son rôle dans la survenue de valvulopathies et d’hypertension artérielle pulmonaire. Irène Frachon a donc choisi de rompre ses liens avec l’industrie pharmaceutique en 2010.

Cette prise de position n’a pas été sans conséquences pour la pneumologue. En devenant lanceuse d’alerte, elle s’est exposée à des pressions diverses. Egalement, elle a rencontré des tentatives de discrédit de la part des laboratoires pharmaceutiques et de certains de ses confrères. Mais Irène Frachon est restée déterminée à faire éclater la vérité sur le Mediator et à obtenir justice pour les victimes.

 

Hippocrate

 

Le combat pour les victimes

Depuis plus de 10 ans, Irène Frachon se bat aux côtés des victimes du Mediator pour obtenir leur indemnisation. Elle assume pleinement son engagement, estimant qu’il est de son devoir de médecin de défendre les intérêts des patients lésés.

Son implication a permis de faire reconnaître les dommages causés par le Mediator. Il a aussi permis d’obtenir des avancées significatives dans la prise en charge des victimes. Cependant, la bataille est loin d’être terminée. Irène Frachon continue de se mobiliser pour que toutes les personnes affectées par ce médicament obtiennent réparation.

 

L’expertise indépendante en question

L’affaire du Mediator a mis en lumière certaines failles du système d’expertise dans le domaine de la santé. Ces failles portent notamment sur les liens d’intérêt des experts avec l’industrie pharmaceutique. Pour Irène Frachon, il est essentiel de garantir la transparence sur ces liens et de renforcer l’indépendance des instances d’expertise.

Mais concilier expertise de haut niveau et financement privé s’avère être un défi complexe. Les pouvoirs publics doivent trouver des solutions pour assurer une recherche et une évaluation des médicaments libres de toute influence, tout en maintenant un niveau d’excellence scientifique. C’est à cette condition que la confiance dans les experts pourra être restaurée. En complément, les décisions de santé publique seront prises avec plus d’impartialité.

 

Les leçons de l’affaire du Mediator

L’affaire du Mediator a mis en évidence la nécessité d’un contrôle accru sur les médicaments et les dispositifs médicaux. Les autorités sanitaires doivent renforcer leurs procédures d’autorisation de mise sur le marché et de suivi des produits de santé. Pour cela, elles doivent s’appuyer sur une expertise indépendante et transparente.

La pharmacovigilance vise à détecter et prévenir les effets indésirables des médicaments. Elle doit également être renforcée. Les professionnels de santé et les patients doivent être encouragés à signaler tout effet suspect. Par ailleurs, les données recueillies doivent être analysées de manière rigoureuse et impartiale.

Enfin, les pouvoirs publics doivent assumer leur responsabilité dans la protection de la santé des citoyens. Ils doivent garantir l’indépendance des agences sanitaires. Ils doivent aussi allouer les moyens nécessaires à leur bon fonctionnement. Et enfin, ils doivent prendre des mesures fermes lorsque des manquements sont constatés.

 

Irène Frachon : pour la confiance dans les experts

 

Reconstruire la confiance dans l’expertise

Pour restaurer la confiance dans l’expertise en matière de santé, il est essentiel d’opérer une séparation claire entre les instances d’évaluation et les intérêts privés. Les experts doivent être sélectionnés sur la base de leurs compétences scientifiques et de leur impartialité. En particulier, leurs liens d’intérêt doivent être rendus publics.

La valorisation des lanceurs d’alerte, comme Irène Frachon, est également cruciale. Ces personnes mettent en lumière des dysfonctionnements et des scandales sanitaires. Elles doivent être protégées et soutenues dans leur démarche. Leur rôle est essentiel pour garantir la transparence et la défense de l’intérêt général.

Enfin, la reconstruction de la confiance passe par une vigilance citoyenne accrue. Les patients, les associations de malades et la société civile dans son ensemble doivent s’impliquer dans les débats sur la santé publique. Ils doivent exiger des autorités qu’elles prennent les mesures nécessaires pour garantir la sécurité des produits de santé. En particulier, cette exigence doit porter sur l’indépendance de l’expertise.

En tirant les leçons de l’affaire du Mediator et en mettant en place des réformes ambitieuses, il est possible de rétablir une relation de confiance entre les citoyens, les experts et les pouvoirs publics. Cette relation de confiance sert une santé publique de qualité, ainsi qu’une médecine plus éthique et transparente.

 

Le rôle des médias et de la société civile

Les médias jouent un rôle crucial dans la diffusion des alertes lancées par des personnes comme Irène Frachon. En relayant ces informations auprès du grand public, ils contribuent à faire émerger la vérité et à mobiliser l’opinion. Les journalistes d’investigation, en particulier, sont essentiels pour enquêter sur les dysfonctionnements et les scandales sanitaires. Ces journalistes visent à en exposer les tenants et aboutissants.

Mais le travail des médias ne s’arrête pas là. Ils doivent également maintenir une certaine pression sur les pouvoirs publics. L’objectif est que des actions concrètes soient entreprises. Ils doivent suivre de près les avancées des procédures judiciaires, les débats parlementaires et les décisions des autorités sanitaires. Ainsi, ils pourront exercer un contre-pouvoir indispensable à la démocratie.

Enfin, les médias ont un rôle d’éducation et d’information auprès des citoyens. Ils doivent vulgariser les enjeux complexes de la santé publique et donner la parole aux experts indépendants. Ainsi, ils permettent à chacun de comprendre les problématiques et de se forger une opinion éclairée.

La société civile, à travers les associations de patients, les ONG et les lanceurs d’alerte, est également un acteur majeur de cette vigilance citoyenne. Elle peut se mobiliser pour défendre les droits des malades, interpeller les autorités et participer activement aux débats. Ainsi, elle fait entendre la voix des citoyens et contribue à façonner une santé publique plus transparente et démocratique.

 

Conclusion – Irène Frachon, confiance dans les experts

L’affaire du Mediator a marqué un tournant dans la prise de conscience des failles du système d’expertise en matière de santé. Elle a révélé les conséquences dramatiques que peuvent avoir des conflits d’intérêts non maîtrisés et une absence de transparence dans l’évaluation des médicaments.

Mais cette crise a également ouvert la voie à des réformes indispensables pour restaurer la confiance dans l’expertise. Renforcement des contrôles, indépendance des agences sanitaires, protection des lanceurs d’alerte : des avancées significatives ont été obtenues, même si le chemin est encore long.

Car la confiance dans l’expertise est un enjeu démocratique majeur. Sans elle, c’est la capacité même des citoyens à prendre des décisions éclairées sur leur santé qui est remise en cause. Il est donc crucial de poursuivre les efforts pour garantir une expertise impartiale, transparente et de haut niveau, au service de l’intérêt général.

L’affaire du Mediator nous rappelle que la vigilance doit être permanente. Les citoyens, les médias, les professionnels de santé et les pouvoirs publics ont tous un rôle à jouer pour que les leçons de ce scandale ne soient pas oubliées. C’est à ce prix que nous pourrons construire un système de santé plus sûr, plus éthique et plus digne de la confiance des patients.

 

Logo Santé enfants environnementVous avez aimé cet article ? Alors entrez votre prénom et votre email pour recevoir d’autres conseils, et notamment le guide gratuit (pdf, mp3)

7 moyens simples pour réduire l’exposition de vos enfants aux polluants du quotidien

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Partagez les bonnes pratiques qui protègent les enfants !

Ces articles pourraient vous intéresser aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Logo Santé enfants environnementRecevez gratuitement le guide (pdf, mp3) 7 moyens simples pour réduire l’exposition de vos enfants aux polluants du quotidien

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Pour me suivre
Articles populaires

 

S’ABONNER AUX ARTICLES

Autres éclairages

Attendez ! Ne partez pas sans votre mini-guide ! :) « 7 moyens simples pour réduire l’exposition de vos enfants aux polluants du quotidien »

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement Les essentiels por débuter : « 7 moyens simples pour réduire l’exposition de vos enfants aux polluants du quotidien »

 

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Entrez simplement votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement Les essentiels por débuter : « 7 moyens simples pour réduire l’exposition de vos enfants aux polluants du quotidien »

Moi aussi je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais revendue. En vous inscrivant ici, vous acceptez cette politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.