Viser un enfant sain dans un monde sain, avec Christopher Gavigan (1/5)

Si quelqu’un croit que des expositions quotidiennes de faibles niveaux, à des produits chimiques industriels ou agricoles, ne peuvent pas endommager des bébés en développement, celui-là croit aux contes de fées. – Théo Colborn

Healthy Child Healthy World aide les parents à faire des liens, à comprendre la cause et l’effet. Cette organisation n’est pas là juste pour informer le public, mais pour lui communiquer de l’énergie. – Meryl Streep

.

Chronique du livre « un enfant sain, un monde sain : créer un chez soi plus sûr, plus vert, plus propre »

enfant sain monde gavigan

de Christopher Gavigan, 348 pages, publié en 2008

.

Christopher Gavigan est un ancien président de l’association Healthy Child, Healthy World (soit en français : Un enfant sain, un mode sain », une ONG de santé environnementale spécialisée, dans les enjeux liés aux enfants. Il est aujourd’hui entrepreneur.

Ce livre est un guide pratique pour parents, visant à améliorer la santé des enfants en éliminant les polluants de leur environnement.

.

Quelques informations et points de vue intéressants, concernant la thématique « Santé des enfants et environnement »

Voici une liste d’informations et de points de vue issus du livre, en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement », et que je souhaite partager avec vous.

  • Nos enfants sont quotidiennement exposés à des substances chimiques dangereuses. Ces polluants environnementaux peuvent impacter leur santé.
  • Au fur et à mesure des avancées de la science, de nouveaux types d’impact sont découverts. Or, pour des raisons variées, l’action des pouvoirs publics met trop de temps à se mettre en cohérence avec le savoir scientifique. Par conséquent, pour protéger les enfants au mieux, il est essentiel de s’informer par soi-même et d’agir au niveau individuel.
  • Les corps des fœtus et des jeunes enfants sont les plus vulnérables.
  • En 1993, leurs vulnérabilités spécifiques ont notamment été mises en avant par un célèbre rapport de l’Académie nationale des sciences américaine, Pesticides in the Diet of Infants and Children (soit en français, Les pesticides dans l’alimentation des nourrissons et des enfants), qui donna lieu à la « controverse d’Alar » (Alar était un pesticide appliqué sur les pommiers, également appelé « daminozide » ; à ne pas confondre avec le principe ALARA, acronyme anglophone de As Low As Reasonably Achievable (soit en français, aussi bas que raisonnablement possible)).
  • Malheureusement, les fœtus et les nourrissons ne sont pas protégés des expositions préoccupantes : certains polluants peuvent traverser le placenta, d’autres se retrouvent dans le lait maternel.
  • De nombreuses maladies chroniques (cancers, diabètes, asthme…) et du développement (hyperactivité…) ont vu leur incidence fortement augmenter durant ces dernières décennies. L’exposition aux polluants environnementaux contribue probablement à cette augmentation, même s’il est aujourd’hui difficile de quantifier cette contribution. Heureusement, une sélection de gestes simples permet de diminuer les expositions aux polluants du quotidien.
  • En santé environnementale, la plupart des conseils existants consistent en une longue liste de choses à ne pas faire. Une stratégie plus efficace peut être de se concentrer sur les alternatives saines, facilement intégrables dans une vie de famille concrète. L’idée centrale est de se focaliser sur comment prendre soin des autres et de soi.
  • Les polluants du quotidien atteignent les enfants par de multiples supports : l’air qu’ils respirent, la nourriture qu’ils mangent, les jouets avec lesquels ils jouent, les matériaux et les tissus sur lesquels ils s’assoient et s’allongent, l’herbe qu’ils traversent en courant… Plus de 80 000 produits chimiques de synthèse sont enregistrés aujourd’hui, et plusieurs milliers sont trouvés dans nos environnements quotidiens.
  • Beaucoup de ces produits chimiques apportent des bénéfices. Bien trop peu d’entre eux ont subi des tests de toxicité. L’ampleur de leur impact est inconnue, de même que leurs capacités d’interactions. Sans que nous le voulions, nous sommes tous exposés à des mélanges complexes de substances toxiques, et ceci en continu.
  • Une prise électrique est une réalité concrète : elle peut être vue et touchée. Tout le monde comprend et connait les risques associés, notamment parce que chacun peut en être témoin. La situation est bien différente avec les produits chimiques : ils peuvent être invisibles et inodores ; leurs effets peuvent être retardés, décalés de plusieurs années avec l’exposition correspondante. La sensibilisation aux risques est beaucoup plus problématique en santé environnementale.
  • Pour protéger du risque lié à une prise électrique, nous pouvons la couvrir pour empêcher tout contact avec un enfant. Mais comment faire avec les substances qui sont présentes dans l’environnement du quotidien ?

.

enfant sain monde gavigan

.

Quelques extraits en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement »

Même une saine alimentation de fruits et légumes (parmi d’autres choses) peut contenir certaines substances qui pourraient traverser le placenta et touché l’enfant à naître.

Le cancer de l’enfant est en hausse de 25 % dans la dernière génération.

Les enfants américains sont touchés par la pollution de l’air, ce qui réduit leur capacité pulmonaire, ce qui les rend plus vulnérables aux rhumes et aux infections des oreilles.

Un enfant sur six doit gérer au moins un trouble du développement. Entre 3 et 5% des enfants ont un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). 

Les parents peuvent apprendre des choses simples à faire dans leur maison, jardins, écoles et communautés pour faire vraiment une grande différence, une différence qui peut sauver des vies.

Avec la parentalité vient un spectaculaire coup de semonce. Cette belle et mystérieuse créature qui se tortille vient à la vie – et notre besoin primaire de protéger ce miracle fait de même. […] la vigilance est sans fin : des règles pour traverser la rue au casque de protection, en passant par manger des légumes avant les glaces à la crème, vous êtes préparés. Vous êtes un parent. Vous ne laisserez aucun mal atteindre cet enfant.

Combien de temps devrons-nous attendre pour disposer d’études plus conclusives sur les relations délétères entre certains produits chimiques et la santé ? L’année prochaine ? Dans 10 ans ? Cela a pris des décennies de recherches pour démontrer que le tabagisme cause des cancers et des maladies cardiaques, et pourtant cela était suspecté depuis des années. En sciences environnementales, on invoque le « principe de précaution » – une façon élégante de dire « mieux vaut prévenir que guérir ».

Avec des quantités d’adulte de substances chimiques qui atteignent à un tout petit fœtus, notre progéniture finit par devoir supporter une charge polluante héritée bien plus grande que celle des adultes. Pendant ce temps, les maladies de l’enfance, de l’asthme au cancer, sont en augmentation. Si les causes de ces maladies sont complexes, le rôle joué par les pollutions environnementales est devenu de plus en plus apparent.

Ici je souhaite introduire un principe de précaution de mon cru. Quelque chose que j’ai tiré d’innombrables histoires que j’ai entendu à Healthy child : ne vous laissez pas submerger. Quand un danger potentiel se cache, ce besoin urgent de protéger peut rendre un parent chèvre. Au lieu de cela, prenez une grande respiration et sachez que, comme pour les protections de prises électriques, vous avez plus de contrôle sur la situation que ce que vous pensez, et qu’il n’est jamais trop tard pour commencer.

Aujourd’hui, au 21e siècle, nous sommes chanceux. Pendant les deux dernières décennies, les scientifiques, le gouvernement et les industriels (oui, beaucoup d’entre eux sont des gens biens) nous ont fourni de la recherche de qualité. Nous avons aussi une gamme grandissante de produits non toxiques pour protéger nos enfants. Grâce à l’information dont nous disposons, nous augmentons considérablement nos chances de rester en bonne santé.

 

La suite de cette chronique se trouve ici : Viser un enfant sain dans un monde sain, avec Christopher Gavigan (2/5)

 

Cette chronique met en avant l’importance de protéger les enfants des substances préoccupantes, car les effets potentiels pourraient être graves et pérennes. Ce blog a pour mission de vous aider et de vous accompagner dans votre démarche ! Pour vos premiers pas, vous pouvez vous appuyer sur le guide gratuit téléchargeable ci-dessous.

Photo par Christophe Sertelet

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.