Vaccination des enfants : ce que les parents devraient savoir avant de choisir (2/6)

Il est établi que la vaccination permet de combattre et d’éliminer des maladies infectieuses potentiellement mortelles et on estime qu’ainsi plus de 2 à 3 millions de décès par an sont évités. C’est l’un des investissements les plus rentables dans le domaine de la santé. – Organisation mondiale de la santé (OMS)

Le véritable héros […], c’est celui qui empêche une catastrophe et, naturellement, comme la catastrophe n’a pas lieu, il n’en obtient aucune reconnaissance, ni gratification. – Nassim Nicholas Taleb

 

Bonjour à tousVaccins sante enfants

Cet article est le deuxième d’une série de six articles, portant sur les risques liés aux vaccins. Le premier article de la série (Vaccination des enfants : ce que les parents devraient savoir avant de choisir (1/6)) a été l’occasion de présenter la complexité du sujet, technique et sociétale, ainsi que de faire quelques rappels sur les principes de base de la vaccination.

Ce deuxième article porte sur les arguments en faveur d’une augmentation du nombre de vaccins obligatoires. Les arguments souvent cités ou qui m’ont paru intéressants à connaitre sont les suivants.

 

  • Les vaccins ont permis d’éradiquer plusieurs maladies infectieuses, qui ont eu de forts impacts sanitaires [3, 5, 6, 13, 14, 27, 29, 32, 33, 37, 40, 45, 46, 48, 49, 50, 52, 55, 56, 57, 58, 59, 62, 63] : poliomyélite, variole, diphtérie, rougeole… Chaque année, au niveau mondial, l’utilisation de vaccins sauvent des millions de vie [27, 33, 45, 46, 62].
  • Le fait que certaines personnes veuillent réduire l’utilisation des vaccins est une conséquence directe de leur grande efficacité : ces personnes ne se souviennent plus de ce qu’était concrètement une épidémie de poliomyélites, de diphtéries ou même de rougeoles, ainsi que les souffrances associées. Aujourd’hui, ces souffrances peuvent heureusement être évitées, grâce à la vaccination. D’une manière générale, les complications liées à ces maladies sont bien plus fréquentes et bien plus graves que les complications liées aux vaccins [4, 6, 9, 27, 28, 33, 46, 47, 57, 58, 59, 62, 66].
  • Les principes de la vaccination sont victimes de la « loi de Brandolini » [33, 38, 39, 62]. Selon cette « loi », affirmer un fait sans preuve est très rapide, surtout à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux comme Facebook, alors que la réfutation rationnelle demande beaucoup plus de temps, environ dix fois plus.
  • La grande majorité des travaux de recherche soutiennent que les vaccins sont sûrs et offrent une protection essentielle pour les nourrissons [1, 4, 6, 9, 13, 27, 28, 30, 33, 46]. Cette conclusion est partagée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), par les autorités scientifiques et médicales françaises (Haut Conseil de la santé publique (HCSP), Académies des sciences, de médecine et de pharmacie) [33], ainsi que par de nombreuses sociétés savantes [11]. De nombreux détracteurs sont des experts autoproclamés, qui n’ont satisfait à aucun processus de sélection rigoureux, du point de vue scientifique et technique, mais aussi du point de vue de potentiels conflits d’intérêt, comme c’est le cas dans les agences sanitaires de référence [1, 31].
  • Les vaccins permettent de réduire l’usage des antibiotiques, en diminuant le besoin de traitements contre les maladies infectieuses : les vaccins constituent une des meilleures réponses aux préoccupations liées à l’antibiorésistance [47, 66].
  • Pour la plupart des vaccins, afin que la protection soit efficace à l’échelle d’une population, plus de 90 % des enfants doivent être vaccinés : une vaccination utile mériterait donc d’être obligatoire. D’un point de vue éthique, chaque parent pourrait raisonner à l’échelle de la population générale : vacciner son enfant, c’est le protéger, lui, et c’est aussi contribuer à protéger les autres enfants, en particulier les plus faibles (nourrissons, immunodéprimés…) qui ne peuvent pas être vaccinés [4, 5, 6, 11, 27, 28, 29, 32, 33, 37, 45, 46, 47, 57, 59, 61, 62, 66].
  • Les peurs associées aux vaccins ne reposent pas sur des preuves scientifiques solides. Leur origine peut être liée à la publication de certains travaux isolés, voire fautifs [33, 37]. L’exemple de fraude scientifique le plus connu est la publication d’Andrew Wakefield, en 1998, dans la prestigieuse revue The Lancet. Cette publication présentait une association entre le vaccin ROR et les cas d’autisme chez 12 enfants. Or son auteur présentait des conflits d’intérêts significatifs et les données utilisées se sont avérées être falsifiées : The Lancet a rétracté l’article et Andrew Wakefield n’est plus autorisé à pratiquer la médecine [1, 13, 23, 27, 33, 36, 37, 48, 51, 53, 54]. Une dizaine d’études épidémiologiques, s’appuyant sur une méthodologie robuste, ont depuis démontré l’absence de lien entre la vaccination et l’autisme infantile [1, 33, 53].

 

Vaccins sante enfants2

 

  • Les combinaisons de vaccins recommandées correspondent à une agression immunitaire (beaucoup) moins forte que celle de la première année de vie. Le système immunitaire est fait pour répondre simultanément à plusieurs agressions : les combinaisons de vaccins sont bien tolérées et permettent d’éradiquer d’autant plus d’infections [5, 6, 13, 27, 28, 33, 35]. Par ailleurs, les combinaisons présentent l’avantage de diminuer le nombre d’injections, et donc l’exposition aux adjuvants.
  • Certains vaccins sont obligatoires et d’autres sont uniquement recommandés. Le caractère obligatoire de certains vaccins a été décidé, par le passé, pour faire face à des épidémies dont l’impact sanitaire devait être rapidement maîtrisé. Par la suite, en l’absence de danger grave et imminent, l’obligation n’a pas été retenue pour les autres vaccins. La distinction entre obligatoires et recommandés se base donc sur des raisons historiques, pas sur une estimation des bénéfices attendus : du point de vue de la santé publique, toutes les vaccinations inscrites au calendrier vaccinal sont importantes [1, 7, 10, 29, 33, 40, 47, 59, 61, 62, 66]. Dans cette logique, des pétitions existent pour la généralisation de certains vaccins ; elles peuvent recueillir plusieurs centaines de milliers de signatures, par exemple en Grande-Bretagne [66].
  • En France, en matière de vaccination, l’expertise est confiée à un comité permanent, le Comité technique des vaccinations (CTV). Le CTV, auparavant intégré au HCSP, fait partie de la Haute Autorité de Santé (HAS) depuis janvier 2016 [44]. La composition du CTV a pour objectif de garantir une expertise pluridisciplinaire et indépendante. Il comporte 20 membres qualifiés, représentant diverses spécialités médicales impliquées dans le processus de vaccination : infectiologues, pédiatres, microbiologistes, médecins de santé publique, épidémiologistes, médecins généralistes, immunologistes… Chaque membre du CTV est astreint à une déclaration de conflits d’intérêts, formalisée par une fiche rendue publique sur Internet Le CTV a adopté une charte des conflits d’intérêts, assortie d’une grille d’analyse. La situation de chacun des membres est analysée en amont de chaque réunion plénière, en fonction des sujets soumis au vote. Les experts présentant un conflit d’intérêts jugé majeur ne peuvent participer ni aux débats ni au vote concernés [1, 33].
  • Certains adjuvants sont accusés d’avoir causé certaines pathologies graves, sans fondement scientifique sérieux. Par exemple, concernant les adjuvants contenant de l’aluminium, qui font partie des adjuvants les plus critiqués, l’Académie de médecine a estimé, en 2012, qu’ « aucune preuve de toxicité neurologique imputable à l’aluminium de l’alimentation ou des vaccins n’a pu encore être fournie à ce jour » [8]. De plus, en 2013, le HCSP a réalisé une revue de littérature scientifique, portant sur les vaccins contenant de l’aluminium, ainsi qu’une analyse bénéfices/risques de l’aluminium utilisé comme adjuvant dans les vaccins ; le HCSP estime que « les données scientifiques disponibles à ce jour ne permettent pas de remettre en cause la sécurité des vaccins contenant de l’aluminium, au regard de leur balance bénéfices/risques » [12]. Ces conclusions viennent confirmer des avis précédents de l’OMS,et de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et de l’Académie nationale de Médecine [24, 25, 34].
  • Plus généralement, certains vaccins ont pu être associés à certaines maladies graves : autisme, sclérose en plaques… sans fondement scientifique. Les résultats des études disponibles ne permettent pas, dans l’état actuel des connaissances, d’établir un lien causal [33, 37, 40, 47, 66] :
    • entre l’administration de vaccins contenant des adjuvants aluminiques et des maladies auto-immunes ou inflammatoires, telles que la myofasciite à macrophages,
    • entre la vaccination contre l’hépatite B et la sclérose en plaques,
    • entre la vaccination contre la rougeole et l’autisme.
  • Certaines décisions de justice ont inclus une indemnisation de patients ayant développé une maladie après une vaccination. Ce type d’indemnisation est fondé sur des critères purement juridiques (court délai entre la vaccination et l’apparition des premiers symptômes, bonne santé antérieure, absence d’antécédents…) sans qu’une relation de causalité n’ait été démontrée scientifiquement [33]. Ces décisions de justice génèrent des doutes dans l’opinion générale du grand public, sans fondement scientifique. En particulier, un lien de causalité a été reconnu juridiquement entre sclérose en plaques et vaccin contre l’hépatite B, ainsi qu’entre myofasciite à macrophages et adjuvants contenant de l’aluminium [33, 41, 42, 43].
  • L’information des citoyens avait pour objectif de diminuer les aspects émotionnels dans les débats sur la vaccination. Cette information a contribué à la multiplication de demi-savants, qui s’expriment sans contradicteur, en particulier sur Internet et sur les réseaux sociaux [31, 33, 37, 38, 39, 40, 47].
  • Le risque zéro n’existe pas, comme pour n’importe quel médicament. Les risques associés à la non vaccination sont plus élevés que les risques d’effets secondaires dus aux vaccins. En d’autres termes, la vaccination est beaucoup plus sûre que la non-vaccination. En particulier, les effets secondaires graves sont très rares [2, 27, 28, 32, 33, 66]. La comparaison des bénéfices et des risques plaide pour une plus forte utilisation des vaccins [1, 9, 13, 15, 27, 28, 32, 33, 37, 46, 47, 49, 65, 66].

 

Au cours de mes recherches, j’ai également trouvé des arguments en faveur d’un nombre limité de vaccins. Souvent, ces arguments sont associés à des préoccupations quant à la multiplicité des expositions à risque pour les enfants, et donc aux types d’ajuvants utilisés. Pour simplifier la structure de cette série d’articles, j’ai regroupé ces deux types d’arguments ; ils sont présentés dans l’article suivant : Vaccination des enfants : ce que les parents devraient savoir avant de choisir (3/6)

 

 

Références :

  1. Floret D. Tribunes – Moulin AM. Les « périls » associés aux campagnes de vaccination. Jacquet A et al. Danger et risques des vaccins : mythes et réalités – Torny D. De l’obligation vaccinale à la recommandation – Floret D. Procédures aboutissant à une recommandation vaccinale : rôle des différentes institutions, de l’AMM aux remboursements. Revue Actualité et dossier en santé publique (ADSP) du Haut conseil de la santé publique (HCSP) n° 71 juin 2010.
  2. Hill C. Dépakine et Mediator : repensons la pharmacovigilance. Science et pseudo-sciences n°318, octobre 2016
  3. Autran B. Les bases immunologiques de la vaccination. Revue Actualité et dossier en santé publique (ADSP) du Haut conseil de la santé publique (HCSP) n° 71 juin 2010.
  4. McCarthy C. Why we need to make it harder for parents to refuse vaccines. Site Internet de la faculté de médecine de l’université Harvard. Harvard Health publishing https://www.health.harvard.edu/blog/why-we-need-to-make-it-harder-for-parents-to-refuse-vaccines-2016090610258
  5. Guimezanes A. Vaccination: agression ou protection ? Editions Le Muscadier
  6. Pr Odile Launay, vice-présidente du Comité technique des vaccinations (CTV) et directrice du Centre d’investigation clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur. Propos rapportés par http://sante.lefigaro.fr. Treize questions autour des vaccins. 2016.
  7. Pr Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations (CTV) et professeur de pédiatrie à l’université Claude Bernard de Lyon. Propos rapportés par sante.lefigaro.fr. Treize questions autour des vaccins. 2016.
  8. Académie nationale de médecine. Rapport Les adjuvants vaccinaux : quelle actualité en 2012 ? Bull. Acad. Natle Méd., 2012, 196, no 6, 1177-1181, séance du 26 juin 2012. http://www.academie-medecine.fr/publication100100054/
  9. Fallacy Man. Blog The logic of science. Understanding the reported risks of medicines, foods, toxic chemicals, etc. 2016.
  10. Haut Conseil de la santé publique. Actualité et dossier en santé publique n° 71 – Les vaccinations. http://www.hcsp.fr/explore.cgi/Adsp?clef=111
  11. Drogou I. Obligation vaccinale : pétition de soutien de 40 sociétés et syndicats scientifiques. lequotidiendumedecin.fr, 2017. Parmi ces sociétés et syndicats scientifiques : AFPA, Association Française de Pédiatrie Ambulatoire ; AFPSSU, Association Française de Promotion de la Santé dans l’environnement Scolaire et Universitaire ; ANPDE : Association Nationale des Puéricultrices(teurs) Diplomé(e)s et des Étudiants ; ASCOMED : Association des médecins conseillers techniques de l’Éducation nationale ; CNGOF : Collège National des Gynécologues et Obstétriciens ; CNPP : Conseil National Professionnel de Pédiatrie ; CNSF : Collège National des Sages-Femmes de France ; Collège d’hématologie ; F.N.C.G.M. : Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale ; GPG : Groupe de Pédiatrie Générale ; GPIP : Groupe de Pathologie Infectieuse Pédiatrique ; PDM : Pédiatres du Monde ; SFCPCV : Société Française de Colposcopie et Pathologie Cervico-Vaginale ; SFG : Société Française de Gynécologie ; SFH : Société Française d’Hématologie ; SFP : Société Française de Pédiatrie ; SMV : Société de Médecine des Voyages ; SNFCP : Société Nationale Française de Colo-Proctologie ; SNMPMI : Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile ; SNPF : Syndicat National des Pédiatres Français ; SPILF, Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française ; SFCCF : Société Française de Carcinologie Cervico Faciale ; SFI : Société Française d’Immunologie ; SFN : Société Française de Néonatologie.
  12. Haut conseil de la santé publique. Aluminium et vaccins. 2013. http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=369
  13. Dagorn G. Les vaccins sont-ils vraiment dangereux pour la santé ? Le Monde.fr – Les décodeurs 2016.
  14. Dupagne D. Pourquoi met-on des adjuvants dans les vaccins ? Aluminium, Squalène : les adjuvants vaccinaux expliqués à ma fille. atoute.org 2015.
  15. Blog Le Pharmachien. 5 opinions mal informées au sujet des vaccins. 2013.
  16. Toma O. Vacciner oui ! mais uniquement ceux qui en ont besoin…. Blog Politiquedesanté Choisissons une vaccination personnalisée ! 2017.
  17. Comité pour le Développement Durable en Santé (C2DS). Consultation pour le PNSE3 – Propositions du C2DS adressées à la Présidence de la République, aux Ministres de la Santé et de l’Environnement.
  18. Guennebaud B. Blog questionvaccins.canalblog .com – http://p0.storage.canalblog .com/02/21/310209/90757466.pdf
  19. Groupe médical de réflexion sur les vaccins. Qui aime bien, vaccine peu ! Jouvence Pratiques 2013 – Edition actualisée.
  20. Wilson LG. The Historical Decline of Tuberculosis in Europe and America: Its Causes and Significance. J Hist Med Allied Sci, 1990; 45: 366-396
  21. Daniel TM. The history of tuberculosis. Respiratory Medicine 100(11) ; 1862-1870.
  22. Beaglehole R et al. Éléments d’épidémiologie. OMS 2010 (2e édition)
  23. Deer B. How the case against the MMR vaccine was fixed. BMJ 342-c5347
  24. Global Advisory Committee on Vaccine Safety (GACVS). Aluminium-containing vaccines and macrophagic myofasciitis. Extract from report of GACVS meeting of 3-4 December 2003, published in the WHO Weekly Epidemiological Record on 16 January 2004. Communiqué du Comité consultatif pour la sécurité des vaccins de l’OMS, 2004. – Adjuvants à base d’aluminium. Rapport de la réunion du GACVS du 6 au 7 Juin 2012.
  25. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé » (Afssaps), aujourd’hui Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Myofasciite à macrophages – Synthèse des débats de la séance extraordinaire du Conseil scientifique de l’Afssaps du 5 mai 2004.
  26. Bohineust A. Le marché des vaccins doublera d’ici à 2025. Le Figaro
  27. Organisation Mondiale de la santé (OMS). Vaccination: 10 idées fausses à corriger. 2016. http://www.who.int/features/qa/84/fr/
  28. Santé Publique France. La vaccination. 2015. http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/vaccination/index.asp
  29. Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Vaccins et vaccination. 2015. http://www.inserm.fr/thematiques/immunologie-inflammation-infectiologie-et-microbiologie/dossiers-d-information/vaccins-et-vaccination
  30. Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Vaccins : pratiques et hésitations des médecins généralistes français. 2015. http://presse.inserm.fr/vaccins-pratiques-et-hesitations-des-medecins-generalistes-francais/19860/
  31. Narbonne JF. Sang pour sang toxique. Thierry Souccar
  32. Assurance maladie. Qu’est-ce que la vaccination et à quoi sert-elle ? – Comprendre la vaccination. 2017. https://www.ameli.fr/assure/sante/medicaments-vaccinations/vaccinations/comprendre-vaccination
  33. Ministère de Affaires sociales et de la Santé – Comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination. Rapport sur la vaccination, 2016. http://concertation-vaccination.fr/wp-content/uploads/2016/04/Rapport-de-la-concertation-citoyenne-sur-la-vaccination.pdf + annexes transcrivant les échanges avec les personnes auditionnées.
  1. Begué P, Girard M, Bazin H, et al. Les adjuvants vaccinaux : quelle actualité en 2012 ? Académie nationale de Médecine
  2. Offit PA, Quarles J, Gerber MA, et al. Addressing parents’ concerns: do multiple vaccines overwhelm or weaken the infant’s immune system? Pediatrics 2002;109:124-129.
  3. Baruch J. De la pénurie à la controverse, le point sur la vaccination en France. Le Monde.fr. 06.2015, mis à jour le 12.01.2016.
  4. Sansonetti P. Vaccins – Pourquoi ils sont indispensables. Odile Jacob
  5. La loi de Brandolini ou l’asymétrie dans l’argumentation. Editorial de la revue SPS n°322 – octobre 2017.
  6. Raoult D. Extrait de « Les zombies de la maladie de Lyme », tribune publiée dans le magazine Le Point du 19 novembre 2016. Vaccins obligatoires : pourquoi la rougeole et pas la grippe ? Juillet 2017.
  7. Réponse à une maman antivax. Blog menace-theoriste .fr. 11/06/2017.
  8. Conseil d’État, 5ème SSJS, 22/07/2015, 369479, Inédit au recueil Lebon – https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000030926053&fastReqId=345538329&fastPos=1
  9. Arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) daté du 21 juin 2017. ECLI:EU:C:2017:484. Affaire C‑621/15. http://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf;jsessionid=9ea7d0f130d5796006aec35b4881baa38bfc6bf054d6.e34KaxiLc3eQc40LaxqMbN4PaxuMe0?text=&docid=192054&pageIndex=0&doclang=FR&mode=req&dir=&occ=first&part=1&cid=23090
  10. Conseil d’État, 5ème et 4ème sous-sections réunies, 09/03/2007, 267635, Publié au recueil Lebon. https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000018005630&fastReqId=1340763241&fastPos=3
  11. Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP). Transfert du Comité technique des vaccinations à la Haute Autorité de santé. 2016. http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=588
  12. Bureau européen de l’Organisation mondiale de la santé. Les sept raisons essentielles pour que la vaccination reste une priorité dans la Région européenne de l’OMS – 2010 –  http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0016/84310/Seven_Key_ReasonsF.pdf
  13. Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST). Les adjuvants vaccinaux : une question controversée. 2015. https://www.senat.fr/rap/r14-266/r14-266.pdf
  14. Autran B, Cohen R, Fischer A, Launay O, Sansonetti P, Vié le Sage F. Vaccins : science ou rumeurs, il faut choisir. Journal Le Monde, 2017
  15. Grandjean P. Cerveaux en danger. Buchet Chastel 2016
  16. Belpomme D. Ces maladies créées par l’homme. Albin Michel
  17. Belpomme D. Comment naissent les maladies: … Et que faire pour rester en bonne santé. Éditions Les Liens qui libèrent
  18. Foucart S. La Fabrique du mensonge. Comment les industriels manipulent la science et nous mettent en danger. Gallimard
  19. Chevallier L. Le livre antitoxique. Fayard
  20. Demeneix B. Le Cerveau endommagé. Odile Jacob
  21. Eggertson L. Lancet retracts 12-year-old article linking autism to MMR vaccines. Canadian Medical Association Journal 2010 ; 182 (4), 199-200.
  22. Marano F, Barouki R, Zmirou D. Toxique Santé et environnement : de l’alerte à la décision. Buchet Chastel
  23. Poyet MA. L’aluminium, les vaccins et les 2 lapins… 2016
  24. La Tête au carré – France Inter. La défiance à l’égard de la vaccination – 2017. Quels sont les bénéfices et les risques liés à la vaccination ? – 2016.
  25. Du Grain à moudre – France Culture. La vaccination : ça ne se discute pas ? – 2017.
  26. Le téléphone sonne – France Inter. Comment rétablir la confiance dans les vaccins ? – 2017.
  27. Cicolella A. Toxique planète – Le scandale invisible des maladies chroniques. Anthropocène 2013
  28. La Méthode scientifique – France Culture. Vaccins : pourquoi sont-ils si méfiants ? – 2017.
  29. Science et Avenir. La vérité sur les vaccins. N° 826. Septembre 2015.
  30. La Conversation scientifique – France Culture. Sommes-nous tous égaux face à la vaccination ? – 2016.
  31. Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM). Vaccins (VAC) – http://ansm.sante.fr/Produits-de-sante/Vaccins – consulté le 06/11/2017.
  32. Moreco LB. Silence… on vaccine. Office national du film du Canada, 2008.
  33. Benz S, Cot BD. Dossier « La vérité sur les vaccins ». L’express n°3465 29/11-5/12/2017.

 

Type de sources – code couleurs :

  • organismes vendant des produits liés à l’information donnée ;
  • magazines / journaux / émission de télévision ou de radio / blog généraliste ;
  • associations / ONG 
  • livre/interview/article/conférence de personnes qualifiées ;
  • organismes publiques de référence – réglementation ;
  • articles scientifiques examinés par des pairs – revues associées.

Photos par Daniel Paquet

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

3 Commentaires

  1. Pingback: Vaccination des enfants : ce que les parents devraient savoir avant de choisir (1/6)

  2. traitement calvitie tunisie

    Personnellement j’ai toujours peur des réactions allergiques surtout pour les enfants lors d’une vaccination.

    Répondre
  3. Guillaume (Auteur de l'article)

    Je comprends, et d’ailleurs il me semble que personne ne nie cette possibilité. Des pro-vaccins mettent en avant que ce risque est très faible, dans l’absolu et au regard des risques liés à la non-vaccination. Des anti-vaccins critiquent les évaluations des risques, et certains n’acceptent pas une augmentation de risque subie et produite artificiellement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.