Un moyen simple de réduire l’exposition des enfants aux pics de pollution de l’air

Les enfants sont plus sensibles que les adultes à la pollution de l’air […] les pics de pollution de l’air liés à la circulation sont associés de façon certaine à des exacerbations d’asthme et aux infections aiguës respiratoires – Pr Jocelyne Just, spécialiste de l’asthme et Chef de service allergologie pédiatrique, Hôpitaux universitaires Est Parisien, Université Paris VI

Diffuser des messages d’information et de recommandation, à divers moments de l’année […] via les médias généralistes, les médecins généralistes et les responsables d’établissements accueillant des enfants […], indiquant les facteurs physiologiques et médicaux qui rendent certaines personnes particulièrement sensibles aux effets de la pollution atmosphérique. – recommandation du Haut Conseil de la santé publique

 

Bonjour à tous !Pic pollution enfants air

La qualité de l’air est un sujet important en santé environnementale. Plusieurs articles ont déjà porté sur la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments. Par exemple : Comment préserver la qualité de l’air intérieur : les meilleures astuces des écoles et des crèches ; Pollution de l’air intérieur : comment bien choisir ses produits ménagers ? ; Les meilleures astuces des Conseillers en Environnement Intérieur

Lors des prochaines semaines et des prochains mois, je compte approfondir le sujet de la qualité de l’air extérieur. En première approche, voici quelques questions que vous pourriez vous poser, en tant que parent ou encadrant d’enfants, autour de la bonne pratique la plus couramment rencontrée : « lors d’un pic de pollution de l’air, privilégier les jeux calmes« .

 

Qu’est-ce qui peut rendre l’air plus pollué certains jours ?

La qualité de l’air extérieur peut être dégradée par la présence :

  • de sources de polluants, principalement liées à des activités humaines. Par exemple : certaines installations de chauffage, certains transports, les épandages d’engrais dans des zones agricoles, certains sites industriels, etc. Leur niveau d’émission respectif peut varier selon les périodes de l’année ;
  • de conditions météorologiques qui favorisent :
    • l’accumulation de polluants en limitant leur dispersion. Par exemple : des vents de faibles vitesses, peu de turbulences…
    • la formation de polluants secondaires, c’est-à-dire de polluants formés dans l’air à partir des polluants initialement émis. Par exemple : températures supérieures à 30 °C, fort ensoleillement…

 

Qu’appelle-t-on un pic de pollution de l’air ?

Un pic de pollution correspond au dépassement d’un des seuils de concentration en polluants fixé par la règlementation. On parle aussi d’« épisode » de pollution de l’air.

Les polluants réglementés comprennent les particules de taille inférieure à 10 micromètres (PM10 – PM signifiant Particulate Matter, soit « matière particulaire » en français), l’ozone (O3), le dioxyde d’azote (NO2) et le dioxyde de soufre (SO2).

Classiquement, la durée d’un épisode de pollution varie entre quelques heures et quelques jours.

 

Quelles sont les recommandations sanitaires pour les enfants en cas de pic de pollution de l’air ?

D’après la réglementation en vigueur à la date de rédaction de ce livre pour enfants, les recommandations sanitaires dépendent du type de seuil dépassé. Concernant les enfants, elles comprennent les recommandations suivantes :

  • en cas de dépassement du seuil d’information et de recommandation

Les personnes dites « vulnérables » (femmes enceintes, nourrissons, jeunes enfants, personnes asthmatiques, personnes souffrant d’insuffisances respiratoires…) limiteront :

  • les activités physiques intenses, car ces activités augmentent le débit d’air inhalé (de 5 à 10 fois, par rapport à celui d’une marche) et donc l’exposition aux polluants,
  • les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe, car les concentrations en polluants y sont plus élevées.

Dans le cas particulier d’un pic de pollution à l’ozone, les sorties durant l’après-midi et les activités physiques intenses en plein air seront limitées. Les activités physiques intenses à l’intérieur de bâtiments pourront être maintenues ;

  • en cas de dépassement du seuil d’alerte

Pour les enfants faisant partie des personnes « vulnérables », les activités physiques, les déplacements et les sorties décrits plus hauts seront évités (et non plus seulement limités). En cas de gêne respiratoire, tel qu’un essoufflement ou un sifflement :

  • privilégier des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
  • en cas de traitement médical en cours, contacter un médecin pour considérer la pertinence d’une potentielle adaptation.

Pour les autres enfants, les activités physiques intenses seront réduites.

Dans le cas particulier d’un pic de pollution à l’ozone :

  • pour les personnes vulnérables, les activités physiques peu intenses à l’intérieur de bâtiments pourront être maintenues ;
  • pour les autres enfants, les activités physiques intenses à l’intérieur de bâtiments peuvent être maintenues.

 

Ces recommandations de limitation et d’évitement pourront être adaptées en fonction des moments de la journée où le niveau de pollution est le plus élevé :

  • pour les particules, classiquement : le début de matinée et le début de soirée ;
  • pour l’ozone, classiquement : le milieu ou la fin d’après-midi.

 

Quel que soit le type de seuil dépassé, en cas de symptômes ou d’inquiétude, il est prudent de prendre conseil auprès d’une personne compétente, comme le médecin qui suit l’enfant par exemple. Une permanence sanitaire peut être mise en place localement ; le cas échéant, elle constitue une source d’informations et de conseils.

 

D’une manière générale, des informations sur la qualité de l’air locale sont disponibles sur le site Internet de la Fédération des associations de surveillance de la qualité de l’air : http://www.atmo-france.org. Le cas échéant, les dépassements des seuils de qualité de l’air y sont précisés.

Dans la plupart des régions, ces associations de surveillance proposent un abonnement à des alertes (SMS, mail, réseaux sociaux…) et des applications mobiles (Airparif, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes…)  qui permettent d’être informé en cas de prévision d’un épisode de pollution.

 

Jusqu’à quel âge un enfant est-il considéré comme une « personne vulnérable » ?

D’après la réglementation en vigueur à la date de rédaction de ce livre pour enfants, les nourrissons et les « jeunes enfants » sont considérés comme des « personnes vulnérables ». Cette réglementation ne précise pas ce que recouvre le terme « jeunes enfants ».

Voici la réponse fournie par le Ministère en charge de la santé : « L’âge à partir duquel le système respiratoire peut être considéré comme mature, varie d’un enfant à un autre. La vitesse de multiplication alvéolaire au cours de la première année de la vie est très rapide, encore rapide jusqu’à l’âge de 3 ans, puis plus lente jusqu’à 8 ans environ. Après cela, il y a une augmentation continue du diamètre des voies aériennes et un remodelage des alvéoles jusqu’à ce que la croissance physique soit terminée, vers l’adolescence. »

Le Haut Conseil de la santé publique, lui, propose un point de repère plus précis : « enfants de moins de 5 ans ».

Par mesure de prudence, les recommandations pour les personnes vulnérables peuvent être appliquées à tous les enfants, dans la mesure où ils pratiquent un niveau d’activité sportive adéquat en routine.

 

 

Avec iamo’i’s, mon ami dessinateur, nous avons créé une série de livres pour enfants, dans le but de permettre une première sensibilisation à la santé environnementale. Le tome 5 « Louis, les jeux et la pollution du dehors » porte sur les aspects abordés dans cet article. Si vous souhaitez sensibiliser votre enfant avec ce livre, cliquez ici !

 

Photo par Juan Carlos Pachón Suivre

Références :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article :les enfants qui mange la pousiere de pollution

5 Commentaires

  1. Claire

    Bonjour,

    Merci pour ces recommandations. La question se pose aussi de savoir si on continue d’aérer et si oui à quel moment ?

    J’avais lu qu’il fallait continuer à aérer. Lors des pics de pollution, la pollution ne s’arrête pas au pas de la porte. Par contre, il est préférable d’aérer la nuit et de bien fermer en journée.
    Claire Article récent : Comment soigner un coup de soleil naturellement ?My Profile

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      Hello Claire
      Je suis plutôt en phase, les bâtiments ne sont pas hermétiques et, même en cas d’épisode de pollution, comprennent toujours des sources spécifiques. L’ADEME recommande de continuer à aérer sur son site Internet.

      J’imagine que tu cherches à éviter les pics de trafic en aérant la nuit ? Mon prof de dispersion atmosphérique me disait qu’il aérait en milieu de journée, pour éviter ces pics de trafic et en même temps profiter du maximum de turbulence de l’air à basse altitude (qui correspond à la période où le sol est le plus chaud) et donc de dispersion des polluants dans la couche près du sol. Intéressant… mais assez peu applicable quand on est au bureau haha ! 🙂

      Répondre
      1. Guillaume (Auteur de l'article)

        Un complément, assez cohérent avec nos échanges : en cas d’épisode de pollution de l’air, la Direction Générale de la Santé recommande d’aérer et de ventiler aux périodes de la journée les moins polluées.
        Pas de précision en termes d’horaires ici non plus

        Répondre
  2. Pingback: Les pollutions environnementales impactent la santé de nos enfants

  3. Pingback: Santé des enfants et environnement : des citations qui pourraient vous inspirer – octobre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.