Pourquoi la nature apporte tant de bienfaits à la santé des enfants : l’hypothèse de la biophilie

Musique par Ronan Vernon

 

Ce que nous appelons sentiment de la nature [est ce] qui nous saisit à l’aspect du ciel, des prairies, des rochers, des forêts, des orages, des étoiles, des mers, des paysages, du printemps – Friedrich Nietzsche (Aurore)

 

Biophilie santé enfants natureBonjour à tous

Edward Osborne Wilson est un biologiste américain célèbre. Il est notamment  connu pour avoir été l’un des promoteurs de la notion de Biodiversité.

En 1984, Wilson écrit le livre Biophilia [1], Biophilie en français, qui est un néologisme désignant littéralement « l’amour du vivant ». La biophilie est une hypothèse scientifique selon laquelle il existe une attraction, inconsciente et instinctive, des êtres humains vers les autres êtres vivants. Erich Fromm, le célèbre psychanalyste de l’École de Francfort, l’employait déjà pour désigner une orientation psychologique particulière. Wilson en a fait une caractéristique commune à tous les êtres humains, qu’il suppose profondément ancrée dans leur biologie.

 

L’hypothèse de la biophilie suppose notamment qu’être en contact avec d’autres êtres vivants, animaux ou végétaux, contribue au fonctionnement harmonieux de notre corps. Bien que fondamentalement indémontrable, car ne pouvant faire en elle-même l’objet de tests scientifiques classiques, la biophilie permet néanmoins de proposer une explication à un grand nombre d’observations, de types très divers. Par exemple : la propension à entourer une maison de verdure et de fleurs, les bienfaits pour la santé des bains de forêts, les risques que peuvent prendre des personnes ordinaires pour sauver un animal en danger, etc. Concernant plus spécifiquement la santé des enfants, la littérature scientifique fournit plusieurs autres exemples :

  • avoir un animal de compagnie permet d’améliorer certains symptômes d’enfants autistes [2] ;
  • être entouré d’espaces verts permet d’augmenter la capacité de concentration des enfants atteints d’un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité [3, 4] ;
  • jouer régulièrement dans la nature augmente les capacités d’apprentissage de jeunes enfants [5] ;
  • regarder des paysages naturels réduit le stress chez des enfants ayant vécu des événements hautement stressants [6] ;
  • habiter près de rues bordées d’arbres diminue la prévalence de l’asthme chez les enfants [7] ;
  • passer du temps à l’extérieur diminue la prévalence de la myopie chez les enfants [8] ;
  • avoir accès à des espaces verts augmente la capacité d’autodiscipline des enfants citadins [9] ;
  • etc.

 

Le concept de biophilie est cohérent avec la logique évolutionniste, dans laquelle s’inscrivent les analyses de ce blog. Nos ancêtres vivaient entourés de nature et d’une multiplicité d’êtres vivants (biodiversité), de la forêt tropicale des primates non-humains à la savane arborée du genre Homo. Notre corps actuel s’est construit en étant profondément imbriqué au sein d’un écosystème vivant, en constante interaction avec les autres éléments de cet écosystème. Pour être épanoui, le corps a besoin de ces mêmes conditions extérieures, celles auxquelles il s’est adapté pendant des millions d’années, une immersion dans le monde vivant naturel.

Le corps et l’esprit sont une même chose, vue sous deux angles différents, écrivait Spinoza. Si on retient cette seconde hypothèse, alors on peut conclure que, physiologiquement et psychologiquement, nous sommes faits pour interagir avec le monde naturel. C’est pourquoi la biophilie est notamment étudiée dans le cadre de la psychologie évolutionniste, une branche de la médecine évolutionniste.

 

Sante enfants environnement biophilie

 

Avant l’écriture de cet article, j’avais déjà entendu parler de l’idée biophilie… ne serait-ce que parce que je suis fan de Björk 😉 et que je l’ai vue en concert à l’occasion de sa tournée « Biophilia ». Björk indiquait d’ailleurs dans une interview que son album « est aussi un projet éducatif […] qui devrait faire comprendre facilement la musique à tous, et notamment aux enfants. Je me suis fondée sur les connexions entre la musique, la nature et la science. »

Scott Sampson, dans son beau livre Comment élever un enfant sauvage [10], m’a fait découvrir un autre terme, assez proche, et je ne connaissais pas du tout : la topophilie, littéralement l’amour du lieu. De même que Wilson, Sampson utilise ce néologisme pour traduire une hypothèse de travail, portant sur une déclinaison particulière de la biophilie : la topophilie désigne l’attraction instinctive qu’un être humain ressent pour les paysages naturels dans lesquels il a grandi. La description des bases de cette hypothèse et ses implications pour nos enfants m’ont beaucoup intéressées : je vous les présenterai à l’occasion d’un prochain article.

 

Et vous, est-ce que le concept de biophilie vous parle ? Est-ce quelque chose que vous ressentez instinctivement ? Je serai bien intéressé par vos expériences sur ce sujet, partagez-les dans les commentaires !

 

Références :

  1. Wilson EO. Biophilia. Cambridge: Harvard University Press 1984.
  2. Kahn P, Kellert S. Children and nature: psychological, sociocultural, and evolutionary investigations. MIT Press, 2002.
  3. Van Den Berg A, Van Den Berg C. A comparison of children with ADHD in a natural and built setting. Child: Care, Health and Development.
  4. Faber Taylor A, Kuo F. E. M. Could exposure to everyday green spaces help treat ADHD? Evidence from children’s play settings. Applied Psychology: Health and Well-Being, 2011.
  5. Kellert SR. Nature and Childhood Development dans Building for Life: Designing and Understanding the Human-Nature Connection. Island Press, 2005
  6. Wells, N.M., and Evans, G.W. “Nearby Nature: A Buffer of Life Stress Among Rural Children.” Environment and Behavior. Vol. 35:3, 311-330.
  7. Lovasi GS, Quinn JW, Neckerman KM et al. Children living in areas with more street trees have lower prevalence of asthma. Journal of Epidemiology and Community 2008 ; 62(7), 647-649.
  8. Rose KA, Morgan IG, Ip J, et al. Outdoor activity reduces the prevalence of myopia in children. Ophthalmology 2008 ; 115(8), 1279-1285.
  9. Andrea Faber T, Kuo FE, Sullivan WC. Views of Nature and Self-Discipline: Evidence from Inner City Children. – Journal of Environmental Psychology
  10. Sampson SD. How to Raise a Wild Child: The Art and Science of Falling in Love with Nature. Houghton Mifflin Harcourt, 2015.

Credit photo : Eric Bégin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article :hypothèses ecole Francfort

29 Commentaires

  1. Pingback: Pourquoi la nature apporte tant de bienfaits à la santé des enfants : l’hypothèse de la topophilie (1/2)

  2. Fx

    Super intéressant, merci!

    Répondre
  3. Guillaume (Auteur de l'article)

    ok cool 🙂 Ces sujets je les découvre en même temps que j’écris des articles dessus, je les trouve vraiment passionnants

    Répondre
  4. Pingback: Comment élever un enfant sauvage – chronique du livre de Scott Sampson

  5. Pingback: La nature est-elle plus bénéfique pour nos enfants lorsqu’elle est à la fois verte et bleue ? (2/2)

  6. Pingback: Ce que nos ancêtres peuvent nous apprendre en santé-environnement (2/2)

  7. Un colibri

    « La terre, être silencieux dont nous sommes l’une des expressions vivantes, recèle les valeurs permanentes faites de ce qui nous manque le plus : la cadence juste, la saveur des cycles et de la patience… » (La Part du colibri : l’espèce humaine face à son devenir, Pierre Rabhi).

    Voilà pourquoi nous l’aimons tant, et en avons tant besoin, aujourd’hui plus que jamais! 🙂

    Répondre
  8. Guillaume (Auteur de l'article)

    Merci pour la belle citation Colibri 🙂 On sait d’où vient l’inspiration de ton pseudo maintenant 😉

    Répondre
  9. Un colibri

    Voici plus précisément la légende du colibri (promis, après j’arrête) :

    « Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »

    Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. »  »

    nota : Cette légende n’a été que rapportée et retranscrite par Pierre Rabhi. A la base, c’est une légende amérindienne.

    Répondre
  10. Guillaume (Auteur de l'article)

    Merci à nouveau pour le partage poétique, je suis fan 🙂

    En fait je pensais que ton « colibri » venait de la différence faite par Richard Louv entre « parents colibri » (laissant un certain niveau de liberté à leurs enfants) et parents « hélicoptère » (très protecteurs)

    Répondre
  11. Pingback: Santé des enfants : comment la protéger du « syndrome de manque de nature » (2/4)

  12. Pingback: Un moyen simple pour susciter l’émerveillement chez un enfant

  13. Pingback: Jean-Claude Ameisen appelle à mettre la santé au cœur de la protection de l’environnement 

  14. Pingback: Les pensées des enfants peuvent être influencées… par la santé de leur ventre !

  15. Pingback: Santé des enfants et environnement : quelques citations qui m’inspirent 2

  16. Pingback: Des micro-organismes indispensables à la santé de nos enfants

  17. Pingback: Recommandations « Santé des enfants et environnement » : retour d’expérience n°4

  18. Pingback: Comment booster la production de sérotonine chez les enfants, l’« hormone du bien-être »

  19. Pingback: Comment protéger les enfants des polluants issus des jouets

  20. Pingback: Santé des enfants et environnement : des citations qui pourraient vous inspirer 3

  21. Pingback: Santé des enfants et environnement : des citations qui pourraient vous inspirer 4

  22. Pingback: Santé des enfants et environnement : des citations qui pourraient vous inspirer 5

  23. Pingback: Plans Nationaux – extraits « Santé des enfants et environnement »

  24. Pingback: Santé des enfants : faut-il refuser la médecine moderne classique ?

  25. Pingback: Parentalité et environnement des enfants : moins c’est plus (2/3)

  26. Emile

    Article super intéressant Guillaume et inutile de te dire que j’adhère complétement à cette notion de « biophilie »…. l’amour du vivant végétal comme animal …quelle magnifique définition.

    Répondre
  27. Guillaume (Auteur de l'article)

    Je trouve la proposition aussi très intéressante… et aussi très inspirante. Les multiples déclinaisons faites actuellement (psychologie, urbanisme, gestion du stress, apprentissage…) témoignent qu’on n’est pas les seuls à être emballés !

    Répondre
  28. Pingback: 10 bienfaits pour la santé des enfants apportés par… l’habitude de grimper aux arbres !

  29. Pingback: Le Principe de nature pour nos enfants (2/3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.