Où trouver une nature protégée en France (2/3)

Regardez profondément la nature et ainsi vous comprendrez tout mieux. – Albert Einstein

 

Bonjour à tousZone protégée nature enfants

 

Plusieurs articles de ce blog (Connexion avec la nature, Bains de forêt, Nature verte et bleue) traitent des bienfaits qu’un contact régulier avec la nature peut apporter à nos enfants. Pour les parents qui souhaitent ce contact régulier pour leurs enfants, la première étape consiste à identifier les zones vertes autour de soi : jardins, squares, parcs municipaux, bases de loisirs, forêt de proximité, etc.

Une seconde étape pourrait consister à repérer les espaces naturels protégés les plus proches. Souvent, ces zones présentent des écosystèmes moins influencés par les activités humaines, plus sauvages : elles permettent d’approfondir la connexion entre les enfants et la nature.

 

Les zones présentant un intérêt écologique particulier, en France, peuvent faire l’objet de différents dispositifs de protection. Ces dispositifs sont multiples : Parcs naturels régionaux (PNR), sites Natura 2000, réserves naturelles, etc. Les principaux dispositifs sont présentés succinctement dans cette série d’articles, avec pour objectifs de :

  • les faire connaitre, afin d’aider les parents qui souhaitent recenser les espaces protégés proches de chez eux, pour pouvoir offrir des expériences de nature à leurs enfants ;
  • éclaircir les spécificités de chaque dispositif de protection, afin de préciser quel type de nature on peut y trouver.

Le premier article de la série traite des sites classés ou inscrits, des parcs nationaux et des réserves naturelles. Ce second article traite des arrêtés de protection de biotopes, des sites Natura 2000 et des Parcs naturels régionaux (PNR).

 

Arrêtés de protection de biotopes

Un écosystème est un ensemble d’êtres vivants, appelé biocénose, en relation entre eux et avec leur environnement spécifique, appelé biotope. Le biotope est une zone géographique limitée, dont les différentes caractéristiques – biologiques, géologiques, hydrologiques, climatiques, etc. – sont relativement uniformes, et dont la présence est nécessaire à la vie d’une biocénose : alimentation, reproduction, repos, etc.

Souvent, les biotopes sont des formations naturelles – marres, marécages, marais, haies, bosquets, landes, dunes, etc. – peu exploitées par les activités humaines. Néanmoins, certains biotopes peuvent correspondre à des lieux non naturels ou fortement influencés par les activités humaines : combles d’une église, ancienne carrière, etc.

Les biotopes peuvent être protégés réglementairement par des Arrêtés de Protection de Biotope (APB). Ces arrêtés relèvent de la compétence du préfet de département.

Un APB établit, principalement, des restrictions et des interdictions d’actions susceptibles de nuire à la conservation du biotope. Par exemple : cueillette, destruction de talus ou de haies, création de plans d’eau, chasse, pêche, épandage de produits phytosanitaires, etc.

 

Sites Natura 2000

Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites protégés sur le territoire de l’Union Européenne. Ces sites ont été sélectionnés sur la base de la rareté ou de la fragilité d’espèces sauvages, animales ou végétales, et de leurs habitats.

L’objectif d’un site Natura 2000 est de concilier la préservation des écosystèmes et les besoins socio-économiques du territoire. En particulier, la démarche Natura 2000 n’exclut pas la mise en œuvre de projets d’aménagements ou la réalisation d’activités humaines, sous réserve qu’ils soient compatibles avec les objectifs de conservation des habitats et des espèces qui ont justifié la désignation du site.

Deux types de zones Natura 2000 sont définis :

  • les Zones de Protection Spéciales (ZPS), établies dans le cadre de la Directive européenne 2009/147/CE, dite « Directive Oiseaux ». Cette directive cible 181 espèces et sous-espèces d’oiseaux sauvages menacées, qui nécessitent une attention particulière ;
  • les Zones Spéciales de Conservation (ZSC), établies dans le cadre de la Directive européenne 92/43/CEE, dite « Directive Habitats ». Cette directive cible plus de 200 types d’habitats naturels, 200 espèces animales et 500 espèces végétales nécessitant une protection.

A l’issue d’une phase préalable de concertation avec les acteurs locaux concernés, un DOCument d’OBjectifs (DOCOB) est établi pour chaque zone Natura 2000. Le DOCOB définit :

  • les objectifs de conservation retenus ;
  • les mesures de gestion à mettre en œuvre.

Dans le cadre de la Directive Habitat, un site approuvé par la Commission Européenne, mais qui ne possède pas encore de DOCOB, est appelé Site d’Intérêt Communautaire (SIC). Les SIC font partie intégrante du Réseau Natura 2000.

La gestion des sites Natura 2000 ne fait pas l’objet d’une réglementation spécifique. Elle s’appuie sur des contrats Natura 2000, entre l’organisme gestionnaire et les acteurs du territoire. Ces contrats définissent :

  • la nature et les modalités des aides de l’État ;
  • les prestations à fournir en contrepartie par le bénéficiaire.

En dehors de ces contrats, la compatibilité des projets avec le DOCOB doit être démontrée par une Evaluation des Incidences.

 

Parcs Naturels Régionaux

Un Parc naturel régional (PNR) est un territoire rural fragile, au patrimoine naturel, culturel et paysager remarquable, où les acteurs locaux s’engagent à concilier protection et gestion du patrimoine avec le développement économique local.

Sur la base d’un cadre d’intervention commun à l’ensemble des PNR, l’Etat et les collectivités territoriales formalisent les objectifs et les mesures de gestion retenus dans une Charte du PNR.

A la différence d’un parc national :

  • la protection de l’environnement n’est pas l’unique objectif du PNR ;
  • l’adhésion à la charte d’un PNR est une démarche volontaire. Un PNR ne comprend pas de réglementation spécifique.

 

D’autres zones de nature protégée existent en France : zones humides, sites Ramsar, réserves de biosphère, inventaires ZICO, inventaires ZNIEFF, Trame verte et bleue. Nous les découvrirons à l’occasion du troisième article de cette série.

 

Et vous, connaissiez-vous les trois types de protections présentés dans ce deuxième article ? Peut-être que l’un d’entre eux fait l’objet de promenades avec vos enfants. Partagez vos retours d’expérience et vos conseils dans les commentaires !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

7 Commentaires

  1. Fx

    Éfféctivement, pas simple de s’y retrouver: merci Guillaume pour ces éclaircissements!

    Répondre
  2. Guillaume (Auteur de l'article)

    🙂
    Suite au commentaire de Mi-Ko, je pense faire un tutoriel sur comment trouver les différents types de sites autour de chez soi. Car au-delà du foisonnement des systèmes de protection et et de leurs différences, l’essentiel est de savoir les trouver pour accéder à une nature plus « sauvage ».

    Répondre
  3. Rick

    Article intéressant mais trop « technicoadministratif ». Le plus important, me semble t’il, c’est d’avoir des infos pratiques sur ce qu’on peut découvrir dans les différents sites ….et non pas leur organisation ou leur fonctionnement….Ce n’est bien entendu qu’un avis personnel et qui ne se veut surtout pas critique.

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      🙂
      C’est intéressant de voir l’éventail de retours différents : autour de moi on m’a demandé plus de détails sur les structures, qui permettraient notamment de pouvoir contribuer à défendre les zones protégées autour de soi, et on m’a aussi dit que ce niveau de détail était le bon 🙂

      Ce qu’on peut découvrir dans ces sites est, dans les grands traits, directement lié au dispositif de protection que je présente : espèces ou habitats menacés, lieu avec ou sans activité humaine, lieu purement naturel ou emprunt d’éléments culturels, contenu général (oiseaux, zones humides, zones d’échanges, etc.). Le reste est spécifique au lieu considéré, et ne peut donc faire l’objet d’un article général.
      Le tutoriel que je prépare te permettra d’obtenir les informations pratiques des sites qui se trouvent près de chez toi

      Répondre
  4. Un colibri

    Personnellement, c’est pour moi le bon niveau de détail, car cela reste très très synthétique comparé aux textes législatifs eux-mêmes ! 😉 mais effectivement ça donne envie de voir la suite ! 🙂

    Répondre
  5. Guillaume (Auteur de l'article)

    ok super 🙂

    Répondre
  6. Pingback: Santé des enfants : comment la protéger du « syndrome du manque de nature » (1/4)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.