Le Principe de nature pour nos enfants (3/3)

La nature n’est pas un endroit à visiter. C’est chez nous. – Gary Snyder

Il est vain de rêver d’une nature distante de nous-mêmes. Il n’y en a pas. […] Je ne trouverai jamais dans les contrées du Labrador quelques chose de plus sauvage que ce que je peux trouver dans quelque recoin de Concord. – Henry David Thoreau 

 

Chronique du livre « The Nature Principle: Reconnecting with Life in a Virtual Age »  (Le principe de nature : se reconnecter avec la vie à un âge virtuel)

principe-nature-enfants-louv

de Richard Louv, 352 pages, publié en 2012.

Richard Louv est auteur et journaliste scientifique. Il a fondé et préside l’ONG Réseau Enfants & Nature.

Ce livre décrit comment satisfaire notre besoin de nature, et plus particulièrement celui des enfants, dans le quotidien du monde moderne. L’auteur propose de mettre en synergie les apports de la nature et ceux de la technologie, plutôt que de les opposer par principe. Cette synergie pourrait être placée au centre d’une démarche éducative.

Ce livre fait l’objet d’une chronique en trois parties. Cet article est le troisième article de la chronique. Le premier article se trouve ici : Le Principe de nature pour nos enfants (1/3)

.

Quelques informations et points de vue intéressants, concernant la thématique « Santé des enfants et environnement »

Voici une liste d’informations et de points de vue issus du livre, en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement », et que je souhaite partager avec vous.

  • Un moyen simple de profiter des bienfaits de la nature est d’introduire des éléments évoquant la nature dans son environnement intérieur : plantes vertes, objets naturels, images du monde naturel, etc. L’auteur propose que la maison, comme l’esprit, devienne « hybride » : des plantes pourraient y côtoyer les équipements les plus modernes.
  • Certaines décisions de planification urbaine réduisent l’accessibilité à la nature dans les villes. Les effets négatifs touchent les enfants en premier lieu.
  • Le jeu libre en extérieur est un besoin de base pour le bien-être des enfants. Le temps qui y est consacré en moyenne par les enfants est en constante baisse pendant les dernières décennies. Une des explications proposée est que le jeu libre en extérieur est complètement gratuit : il n’apporte de bénéfice financier à personne, il ne fait pas l’objet d’un enjeu économique.
  • Les parcs urbains permettent généralement l’observation d’insectes. C’est une pratique très efficace pour développer une connexion à la nature et la capacité d’émerveillement.
  • Les nuages constituent une autre source d’émerveillement très puissante, facilement accessible en ville. Ils peuvent être vus comme une sorte de poésie de la nature. Leurs spécificités changent selon le lieu où nous nous trouvons.
  • Préserver la nature restante autour de nous n’est pas suffisant : notre devoir est de contribuer à en recréer dans tous les endroits où nous nous trouvons. Puisque la plupart d’entre nous vit dans une ville, la présence de « nature de proximité » devient un enjeu fort.
  • Toute vie spirituelle, peu importe comment elle est définie, commence avec et est nourrie par un sens de l’émerveillement face au monde naturel.

 

principe-nature-enfants-louv4

 

Quelques extraits en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement »

Le théologien Rabbi Abraham Joshua Heschel a écrit : « notre but devrait être de vivre la vie dans un étonnement radical, de regarder le monde d’une façon qui ne prend rien pour acquis. Tout est phénoménal ; tout est incroyable ; être spirituel c’est être constamment surpris. »

Nous sommes nés pour marcher. Et courir. Et se promener. Nous avons besoins de rester en mouvement. Peut-être qu’en fait nous randonnons par nécessité, traçant les chemins invisibles fredonnés par notre génome.  

Je ne sais pas s’il est possible d’aimer la planète ou non, mais je suis sûr qu’il est possible d’aimer les lieux que nous pouvons voir, toucher, sentir et dont nous pouvons faire l’expérience. – David Orr

On ne compte plus les communautés qui ont virtuellement rendu illégal le jeu non structuré dans la nature, souvent par craintes de poursuites judiciaires, mais aussi à cause d’une obsession grandissante pour l’ordre.

L’impact cumulatif du surdéveloppement, de la multiplication des règles dans les parcs, des réglementations environnementales basées sur de bonnes intentions (et souvent nécessaires), les normes de constructions, des conventions collectives et des peurs de litiges envoie à nos enfants le message effrayant que leur jeu libre n’est pas le bienvenu, que les sports organisés sur des terrains manucurés sont les seules formes officiellement approuvées de récréation à l’extérieur.

Nous leur disons d’aller jouer dehors. Mais où ? Comment ? Participer à un autre sport organisé ? Certains enfants n’ont pas envie que leurs activités soient organisées tout le temps. Ils veulent laisser libre cours à leur imagination.

Comme beaucoup d’entre nous, trop de chercheurs ont pris pour acquis la connexion entre les enfants et la nature. Comment quelque chose d’aussi intemporel pourrait-il changer en si peu de temps ?

Les travaux de recherche les plus récents ne se focalisent pas tant sur ce qui est perdu quand la présence de nature décline, mais plutôt sur ce qui est gagné en présence du monde naturel. « Il y a un grand besoin d’enseigner ces résultats aux parents – afin de réveiller ou d’inspirer le plaisir des parents pris au jeu dans la nature, car ils représentent les conditions de possibilité d’expériences de nature pérennes pour leurs enfants.

Louise Chawla, qui fait partie des meilleurs experts de l’impact de la nature sur le développement humain, décrit le besoin d’avoir à la fois des « endroits spéciaux » et des « personnes spéciales », se référant à la pensée de Rachel Carson sur comment aider les jeunes à développer une relation positive avec la nature. Les grands-parents peuvent être une grande ressource. Ils sont souvent plus de temps libre que les parents, ou au moins des emplois du temps plus flexibles. Ils voudront transmettre cette tradition – et ressortiront enrichis de la démarche.

La plupart des organisateurs de clubs « famille-nature » soulignent que l’attention doit être d’abord portée sur le jeu indépendant – sur l’expérience, pas sur la transmission d’informations.

Bethe Almeras, une autre mère qui a équilibré le besoin de protéger avec le besoin de ses enfants pour du jeu indépendant, se considère comme un « parent colibri » plutôt que comme un parent « hélicoptère » : « J’ai tendance à rester physiquement à distance pour les laisser explorer et résoudre leurs problèmes, mais zoomer à certains moments, quand la sécurité est un enjeu (ce qui n’est pas souvent le cas) ».

 

Mon avis

Les + :

  • Un autre livre de référence, écrit par un auteur de référence de la thématique « Enfants et Nature » : à lire.
  • Je trouve très inspirante la notion d’« esprit hybride », en équilibre entre la nature et la technologie moderne, un esprit qui sait tirer le meilleur des deux mondes et les mettre en synergie.

Les – :

  • Pas traduit en français à ce jour.
  • Une bonne partie des recommandations sont écrites à l’attention des pouvoirs publics. Donc c’est un « – » au regard de mes besoins personnels de parent, pas dans l’absolu.

Photo par ChrisA1995

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 Commentaires

  1. Audrey

    Je crois que j’ai pu être un peu trop extrême parfois, dans ma volonté de mettre mes enfants au contact de la nature. Par exemple j’étais très stricte sur les écrans. Il me semble aujourd’hui que j’ai été trop loin car mes enfants me semblent « hypnothises » des qu’un écran leur passe sous les yeux. Je crois qu’a l’époque je voyais trop la nature et la technologie comme soit l’une soit l’autre. Le côté « hybride » me paraît plus pertinent aujourd’hui

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      Je suis aussi très fan de la proposition « hydride » de Richard Louv. Au départ, c’est pour approfondir cette notion que j’ai voulu chroniquer le livre… qui comprend plein d’autres aspects intéressants ! 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.