L’aluminium, un poison pour le quotidien de nos enfants ?

Les injections d’hydroxyde d’aluminium conduisent à des déficiences motrices et à une neurodégénération. – Christopher Shaw

[Concernant les laits pour bébés,] nous avons trouvé de l’aluminium dans plus de la moitié des références que nous avons analysées. Une révision de la réglementation s’impose. – 60 millions de consommateurs

 

Chronique du documentaire « Aluminium, notre poison quotidien »

aluminium poison enfants

Présenté par Valérie Rouvière et diffusé sur France 5 le 22 janvier 2012

Ce documentaire porte sur les expositions à l’aluminium présent dans l’environnement quotidien, notamment pour les enfants, ainsi qu’aux risques potentiels associés.

 

Quelques informations et points de vue intéressants, concernant la thématique « Santé des enfants et environnement »

Voici une liste d’informations et de points de vue issus du documentaire, en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement », et que je souhaite partager avec vous.

  • L’aluminium est une substance dans les effets sanitaires font l’objet de préoccupations croissantes. Ces préoccupations sont liées à sa toxicité et à sa présence fréquente dans l’environnement du quotidien.
  • Lorsque du « papier aluminium » se trouve au contact de matières acides, de l’aluminium peut être transféré vers l’aliment. Ce transfert est accru par la chaleur. Typiquement, il est déconseillé de cuire du saumon en papillote avec du citron.
  • De l’aluminium peut être présent dans certains médicaments, vaccins (adjuvant), aliments (additif), produits cosmétiques : déodorant, dentifrice, après-shampoing, teintures, vernis à ongles, crèmes…
  • Les produits destinés aux enfants et aux bébés sont également concernés, notamment le lait infantile et les cosmétiques.
  • Les jeunes enfants sont particulièrement vulnérables. En particulier, la barrière hémato-encéphalique est en phase de construction : elle ne protège pas encore efficacement le cerveau contre les substances toxiques. Par conséquent, les jeunes enfants peuvent accumuler plus d’aluminium dans leur cerveau. Cette accumulation peut causer des dommages pérennes.
  • En tant qu’additifs, les composés de l’aluminium présentent de nombreuses propriétés utiles pour l’industrie agroalimentaire : agent levant, conservateur, anti-agglomérant, colorant… Actuellement, une dizaine d’additifs incluent de l’aluminium.
  • L’aluminium ne fait pas l’objet de limites réglementaires dans les aliments. Pourtant, l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments, de l’anglais European Food Safety Authority) a publié une dose totale d’aluminium à ne pas dépasser par jour. Dans ce contexte, seule une alimentation issue de l’agriculture biologique permet d’éviter les risques, car cette filière proscrit la présence d’aluminium.
  • Chez certaines personnes, l’injection de vaccins contenant de l’aluminium a provoqué le développement de maladies graves, dont la myofasciite à macrophages.
  • Les sels d’aluminium sont un ingrédient classiques des désodorisants, car ces sels permettent de bloquer la transpiration. La mention « anti-transpirant » est généralement associée à la présence d’aluminium.
  • Se raser sous les bras avant l’application du déodorant anti-transpirant multiplie par six l’absorption d’aluminium.

 

aluminium poison enfants2

 

Quelques extraits en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement »

L’aluminium, il n’y en a pas dans l’organisme. C’est quelque chose qu’on apporte et qui est très toxique : [il existe] plus de 200 perturbations biologiques dues à l’aluminium. Et c’est incroyable, on en trouve quasiment partout. Donc alerter les populations sur la toxicité de l’aluminium, cela me parait important.

C’est un produit inutile. Là où on peut l’éviter, je ne vois pas pourquoi on ne le ferait pas.

Dans notre armoire il y a beaucoup de choses qui contiennent de l’aluminium, et on ne le sait pas forcément.

Depuis quelques années des scientifiques s’inquiètent. L’aluminium est neurotoxique. Il multiplierait par deux les risques d’Alzheimer. Or nous en consommons de trop grandes quantités à notre insu.

Par petites doses, nous en buvons et mangeons, on nous en injecte, on s’en applique et on s’en badigeonne. Et peu à peu, cela nous intoxique.

Christopher Exley [un chercheur britannique spécialisé sur l’aluminium] a analysé les huit poudres de lait les plus vendues en Grande Bretagne. […] A sa grande surprise, il a trouvé des taux très élevé d’aluminium dans les poudres de lait : de 0,4 à 0,63 mg/l, entre deux et trois fois plus que la limite dans l’eau du robinet. […] Pour Christopher Exley, ingurgiter de telles quantités d’aluminium dès les premiers mois de notre vie représente un réel danger.

On sait, d’après nos études, qu’on accumule tous de l’aluminium dans le cerveau avec le temps.

Sur les métaux, on a des histoires qui se répètent. Ce qui est arrivé pour le plomb, le mercure et l’amiante arrivera pour l’aluminium aussi. 

Une fois que la particule a pénétré dans le cerveau, elle n’en ressort pas. L’accumulation depuis la naissance de vaccins réitérés aboutit, très probablement, à une élévation de la concentration d’aluminium dans le cerveau, avec un seuil critique à un moment, chez certains individus, surtout s’il y a des facteurs de susceptibilité, qui va déclencher un problème neurotoxique.

L’aluminium vit un véritable âge d’or. Le scandale, c’est que cet âge d’or s’est construit sans aucune forme de législation. En d’autres termes, même si nous connaissons la toxicité de l’aluminium, il n’existe aucune réglementation quant à son utilisation.

 

Mon avis

Les « + » :

  • Argumentaire claire et informatif, notamment sur la faible réglementation encadrant les usages d’aluminium.
  • Intervention de personnes connues dans le domaine de la santé environnementale et des vaccins : Pierre Souvet, Christopher Exley, Jérôme Authier, Romain Gherardi.

Les « – » :

  • Certaines conclusions simplificatrices sur des sujets complexes, telle que la présence d’aluminium dans les vaccins.
  • Au regard des personnes interviewées, le documentaire ne donne pas une idée représentative des différentes opinions existant dans la communauté scientifique. En particulier, à ce stade, les thèses défendues par ces personnes me semblent minoritaires. Interviewer d’autres chercheurs aurait permis d’apporter un éclairage plus utile.

Photos par topquark22 et Ishikawa Ken

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

3 Commentaires

  1. Nathalie

    Vu que certains enfants (et même certains adultes) semblent avoir du mal à éliminer l’aluminium avant qu’il n’atteigne leur cerveau (cf. sujet controversé des adjuvants de vaccins), ça me semble mieux, par mesure de prudence, d’essayer de diminuer la présence d’aluminium dans le lait qu’on leur donne, celui acheté en magasin je veux dire. Ya des comparatifs qui existent (par exemple un de 60 Millions de consommateurs : https://www.60millions-mag.com/2014/02/20/trop-d-aluminium-dans-les-laits-pour-bebes-7915)

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      Je trouve ton point intéressant.
      Je suppose que l’aluminium vient principalement du revêtement intérieur de la boite de lait en poudre. Si c’est bien le cas, j’espère que la matière de remplacement est plus inerte par rapport son contenant 😉 et/ou alors moins toxique !

      Répondre
  2. Pingback: Conseils et astuces de lecteurs n°11 : détoxification, pesticides, polluants des vêtements, aluminium

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.