L’alimentation que je souhaite pour mes enfants 4

Le fossé entre la connaissance et l’action est beaucoup plus grand que le fossé entre l’ignorance et la connaissance. – Chris Guillebeau

La perfection est impossible. Mais il est possible de s’en approcher. Faites du mieux possible dans les conditions existantes. C’est le plus important. – John Wooden

 

Bonjour à tous !Alimentation sante enfants environnement 16

Cet article est le quatrième d’une série portant sur l’alimentation des enfants. Pour mémoire, je présente ici les choix que Romi et moi avons retenus pour nos enfants, ils ne prétendent pas être une prescription universelle pour les autres. Je les décris ici pour partager des informations, inviter à la réflexion, susciter des questionnements, faire découvrir certains aspects, suggérer certaines expériences, etc. Selon moi, il n’existe pas une unique manière de manger sainement, une manière qui soit bien adaptée pour tous : l’individualisation me parait être un des facteurs clés d’une alimentation saine.

Pour mémoire, concernant le lien entre santé des enfants et environnement :

  • l’alimentation peut être une voie d’exposition à certains polluants : pesticides, métaux, polluants organiques persistants, etc.
  • une alimentation équilibrée est essentielle au bon fonctionnement du corps. Et un corps qui fonctionne bien est, notamment, un corps qui est capable de neutraliser puis d’évacuer efficacement les polluants auxquels il est exposé.

 

Un premier article a présenté l’approche que je retiens pour mes propres enfants, qui pourrait être résumée par « Manger en s’inspirant de ses ancêtres, surtout des plantes, en écoutant son corps ». Un deuxième article a présenté les principes généraux qui en découlent. Un troisième article a détaillé comment Romi et moi déclinons concrètement ces principes à la maison. Ce quatrième et dernier article a pour objectif de partager des retours expériences 🙂

 

Voici un certain nombre de pratiques qui fonctionnent plutôt bien chez nous :

  • Le cuit-vapeur est systématiquement utilisé au maximum de sa capacité. Cela permet d’obtenir des restes pour les repas suivants. Classiquement, ces restes sont mangés tels quels où incorporés à un plat simple : bouillon d’os, soupe miso, curry au lait de coco, œufs brouillés aux légumes, purées, etc.
  • pour stocker mes restes au réfrigérateur, j’utilise des contenants uniquement faits de verre, corps et couvercle. Cela me permet de réchauffer (voire de consommer) les restes sans avoir à changer de récipient.
  • pour habituer Yumi au gout de certains légumes, si besoin :
    • l’attirance spontanée pour le gras et le salé est utilisée : ajout de sauce soja, de miso, de beurre, de fruits secs, … sans excès. A noter : un peu de matière grasse permet également d’augmenter l’absorption de certains micronutriments ;
    • ces légumes sont associés à des aliments plus appréciés, dans le même plat ou dans une même cuillerée ;
    • leur nouveauté peut être utilisée pour attiser la curiosité : leur consommation est présentée comme une expérience insolite, une petite aventure 😉
  • Les Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) sont un moyen simple d’obtenir des produits bio, variés, locaux et de saison. L’accès direct au producteur permet généralement d’obtenir un coût réduit.
  • Le repas de fruits est une option de petit-déjeuner « léger », par exemple en cas de lever tardif 🙂 C’est plein de couleurs et de saveurs : un début de journée enthousiasmant ! Seuls où accompagnés, les fruits constituent la première étape de tous les petits-déjeuners.
  • Pour réduire le surcoût associé à l’achat hors AMAP de produits bio, je me focalise sur les fruits et les légumes réputés contenir le plus de résidus de pesticides. La liste de l’ONG Environmental Working Group (EWG) est une référence souvent citée (un exemple de traduction en français est disponible ici). En première approximation, ces fruits et légumes sont ceux qui présentent une grande surface et une peau mince, je vais approfondir à l’occasion d’un prochain article. En termes d’exposition aux résidus de pesticides, cette pratique peut être considérée comme une application du principe 20/80.
  • Une dizaine de recettes « simples, rapides et saines » sont utilisées en routine. La cuisine plus complexe est réservée pour les temps moins contraints, typiquement le week-end et les vacances, selon l’envie.

Alimentation sante enfants environnement 17

  • Dans la mesure du possible, Yumi participe au choix et à la préparation de la nourriture. C’est l’occasion de temps de qualité partagés en famille, et d’une certaine forme de contact avec la nature.
  • Plus anecdotique mais très sympa : Yumi a beaucoup aimé la cueillette en libre service à la ferme, en complément des quelques arbres fruitiers chez Papy et Mamie. On pense y retourner régulièrement.
  • On donne quelques bâtons de légumes crus à Naé (courgettes, concombres, potimarron, …), pour qu’elle en prenne le goût en suçotant, mâchouillant, etc. Pour l’instant, ça tombe encore beaucoup de sa main haha
  • Nos week-ends sont souvent l’occasion de faire un brunch, en fin de matinée. C’est l’occasion de quelques premières expériences « en douceur » de jeûne intermittent pour Yumi. On ne force rien : on lui donne à manger avant si elle demande. En pratique, Romi et moi constatons que c’est rarement le cas.
  • Les rituels vertueux permettent de profiter au quotidien des bienfaits des aliments. Ils demandent peu d’efforts conscients, une fois intégrés dans les habitudes. Les rituels qui fonctionnent bien chez nous : les fruits sont les premiers aliments des petits déjeuners et des goûters ; à table « on goûte de tout » ; un repas comprend systématiquement des aliments crus, etc.

 

Alimentation sante enfants environnement 18

 

Comme tous les parents, nous rencontrons également des difficultés au quotidien 🙂 Voici les principales pour nous :

  • nos enfants sont quotidiennement exposés à des aliments sur-stimulants : des produits industriels très sucrés, très gras, très salés, présentés dans un packaging très efficace… Comme pour les substances chimiques, une « exposition 0 » n’est pas envisageable dans le monde moderne. A mon sens, ce constat force à préparer des alternatives saines qui soient attrayantes et séduisantes. De nombreux livres de cuisine prouvent que cela est tout à fait possible, mais cela prend généralement plus de temps. Dans ce cadre, les talents de cuisinière de Romi sont un vrai atout ;
  • Les repas pris à l’école sont en dehors de notre contrôle. Les goûters fournis par la garderie sont basés sur du pain blanc. Depuis sa rentrée à l’école, Yumi rechigne parfois devant ses légumes.
  • La reprise du travail par Romi rend l’allaitement de Naé plus difficile. Les journées de Romi sont plus fatigantes et moins sereines, ce qui perturbe la production de lait, ce qui favorise les réveils nocturnes de Naé, ce qui rend les journées de Romi plus fatigantes et moins sereines, … un cercle vicieux qui n’est pas simple à gérer : Romi fait ce qu’elle peut ; elle a toute mon estime, je l’appuie autant que je peux.
  • Je pensais pouvoir introduire des crudités « dures » assez tôt dans l’alimentation de Yumi, grâce à un moulin à légumes. Mais même en utilisant la grille la plus fine, Yumi a trouvé le résultat « trop dur » jusque l’âge de 3 – 4 ans. Avec Naé je pense tester la « granulométrie » inférieure, peut-être avec un hâchoir, je vais voir ce que je peux faire 😉

Photo par Kin Mun Lee

 

Peut-être avez des interrogations, des retours d’expériences ou des suggestions : partagez-les dans la zone de commentaires !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article :test

5 Commentaires

  1. Pingback: L’alimentation que je souhaite pour mes enfants

  2. Fred

    Moi aussi j’ai remarqué avec mon fils de 3 ans, que quand je ne prepare pas dr moi même un petit Dej et qu’on fait d’autres choses ensemble comme jouer, et bien il ne demande à manger spontanément qu’en fin de matinée genre 11h

    Répondre
  3. Pingback: Toxique planète : l’alerte d’André Cicolella (3/3)

  4. Pingback: Comment j’applique les recommandations « Santé des enfants et environnement » – n°6

  5. Pingback: L’alimentation que je souhaite pour mes enfants 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.