La nature est-elle plus bénéfique pour nos enfants lorsqu’elle est à la fois verte et bleue ? (2/2)

Si le Niagara était une cataracte de sable, voyagerais-tu pendant des centaines de milles pour le voir ? – Herman Melville

Nature Eau Enfant Santé 2

 

Bonjour

Dans un article précédent, nous nous sommes rappelés que la nature n’est pas seulement verte, elle peut aussi être bleue. Selon certains auteurs, les étendues d’eau pourraient être un élément essentiel de notre besoin de nature. Mais que concluent les travaux de recherche aujourd’hui ? Peut-on concrètement mesurer les bienfaits pour la santé de la présence d’eau dans notre environnement ?

 

Une revue de littérature scientifique réalisée en 2011 [1] indique que, quasi-systématiquement, les paysages contenant des eaux de surface sont préférés à ceux qui n’en contiennent pas, aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain. Néanmoins, cette revue conclut que la relation entre eau et santé est avant tout étudiée du point de vue de la toxicologie environnementale et de la microbiologie. Le lien entre espaces bleus et bien-être est peu étudié.

Une étude publiée en 2013 dans la revue Social science and medecine [2] montre qu’à Cologne et Düsseldorf, les promenades le long du Rhin:

  • sont les lieux de loisirs préférés des habitants ;
  • font l’objet d’un attachement émotionnel fort ;
  • permettent, lorsqu’on s’y balade, de récupérer efficacement après une journée stressante.

Les auteurs concluent notamment que “l’eau constitue un puissant prédicteur de préférence et de d’expériences de perceptions positives dans les environnements urbains. […] Les espaces bleus urbains peuvent être interprétés comme des paysages thérapeutiques ».

Une étude publiée en 2016 [10] trouve également une association entre la visibilité d’espaces bleus et le bien être mental en milieu urbain. Plus étonnant : les personnes qui pratiquent une activité physique dans des espaces verts contenant de l’eau, présentent une meilleure humeur et expriment une plus grande estime de soi (!) que ceux pratiquant dans des espaces verts qui n’en contiennent pas [3].

 

Le bruit de l’eau qui coule a également un effet relaxant. Cette connaissance intuitive est appuyée par une étude publiée en 2013 dans la revue PLOS ONE [4] : face à une même situation stressante, les sujets qui étaient en train d’écouter le clapotis de l’eau ont généré moins de cortisol salivaire, marqueur physiologique du stress, comparés à des sujets n’écoutant aucun son ou même écoutant une musique relaxante.

 

Grant Park, à Chicago, associe aux buildings une nature verte et bleue

Grant Park, à Chicago, articule les buildings avec une nature verte et bleue

 

Les effets liés à l’observation de l’eau semblent décuplés si, en complément, nous rentrons physiquement dans l’eau. Plusieurs civilisations anciennes en étaient convaincues : Grecs, Romains, Egyptiens, Turcs, etc. Tous considéraient le bain comme un rituel important pour entretenir une bonne santé. Mais qu’en est-il des eaux non chauffées que l’on trouve dans la nature ?

 

Le stress chronique, parfois appelé « mauvais stress », est connu pour ses nombreux effets néfastes sur la santé. Plonger dans l’eau froide constitue un épisode de stress ponctuel pour le corps. Ce type d’exposition génère du « bon stress », celui que nous ressentons quand nous restons dans notre « zone de confort », ou quand nous en sortons légèrement. Ce type de stress est très bénéfique pour le fonctionnement général de l’organisme. Il produit même, dans un second temps, un effet relaxant en stimulant la sécrétion d’endorphines, lorsque le corps revient à son équilibre initial.

Plusieurs études suggèrent que de courtes immersions dans l’eau froide génèrent une augmentation de :

  • la circulation du sang [5] ;
  • la récupération musculaire [6]. Un bain d’eau froide après un exercice physique diminue l’intensité des courbatures ;
  • l’activité du système immunitaire. Le rituel journalier d’un bref bain d’eau froide (20°C) est associé à une augmentation du nombre et de l’activité des lymphocytes T et des cellules NK (Natural Killers), deux des principaux agents que le corps mobilise pour éliminer les tumeurs cancéreuses [7]. Ce rituel est également associé à une meilleure protection contre le rhume et la grippe [8].

Ces résultats sont cohérents avec la logique évolutionniste, dans laquelle s’inscrivent les analyses de ce blog, puisque nos ancêtres avaient principalement accès à des eaux de surface non-chauffées.

 

En résumé, selon certains auteurs, un contact régulier avec la nature, et en particulier avec la nature de proximité, constitue un besoin fondamental de nos enfants. L’élément eau pourrait être un élément important de cette nature. Faire l’expérience régulière de paysages comprenant des eaux de surfaces, ou mieux encore, trouver des situations permettant un contact avec l’eau, pourrait permettre de renforcer la connexion de nos enfants avec la nature.

En France, les pouvoirs publics accordent de la valeur à ce message : le Référentiel national pour la définition et la création des zones calmes [9] mentionne qu’une plus grande présence d’éléments naturels est synonyme d’une sensation plus grande de calme, tant du point de vue des représentations que des ressentis sensorielles. D’où la nécessité […] d’intégrer des plans d’eau.

Nature Eau Enfant Santé

 

Et vous, êtes-vous convaincu que les eaux de surface sont un élément clé de notre expérience de la nature ? Et si oui, comment en faites-vous profiter vos enfants ? Partagez vos retours dans les commentaires !

 

Références :

  1. Völker S, Kistemann T. The impact of blue space on human health and well-being – Salutogenetic health effects of inland surface waters: A review. International Journal of Hygiene and Environmental Health, 2011. doi:10.1016/j.ijheh.2011.05.001.
  2. Völker S, Kistemann T. »I’m always entirely happy when I’m here! » Urban blue enhancing human health and well-being in Cologne and Düsseldorf, Germany. Soc Sci Med. 2013 Feb;78:113-24. doi: 10.1016
  3. Barton J, Pretty J. What is the Best Dose of Nature and Green Exercise for Improving Mental Health? A Multi-Study Analysis. Sci. Technol., 2010 ; 44 (10), pp 3947–3955. DOI: 10.1021/es903183r.
  4. Myriam V. Thoma MV, Roberto La Marca R, Rebecca Brönnimann R et al. The Effect of Music on the Human Stress Response. PLOS ONE DOI: 10.137.
  5. Kakkar London’s Thrombosis Research Institute1993. http://articles.orlandosentinel.com/1993-04-27/lifestyle/9304270887_1_cold-baths-kakkar-improved-circulation
  6. regarding muscle recovery: C. Bleakley, S. McDonough, E. Gardner, G.D. Baxter, J.T. Hopkins, G.W. Davison, “Cold-Water Immersion (Cryotherapy) for Preventing and Treating Muscle Soreness After Exercise,” The Cochrane Library, 2 (February 15, 201)
  7. A. Shevchuk, S. Radoja, “Possible Stimulation of Anti-Tumor Immunity Using Repeated Cold Stress: A Hypothesis,” Infectious Agents and Cancer 2, 20 (November 12, 2007
  8. Fleckenstein A. Health20: Tap into the Healing Powers of Water to Fight Disease, Look Younger, and Feel Your Best . McGraw-Hill
  9. Référentiel national pour la définition et la création des zones calmes à destination des collectivités locales. Ministère de l’écologie de l’énergie du développement durable et de l’aménagement du territoire http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Referentiel_national_pour_la_definition_et_la_creation_des_zones_calmes_-_2008-2.pdf
  10. Nutsforda D, Pearson AL, Kinghama S et al. Residential exposure to visible blue space (but not green space) associated with lower psychological distress in a capital city. Health & Place 2016 ; 39 (70–78) ; doi:10.1016/j.healthplace.2016.03.002
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

19 Commentaires

  1. Marta Irico

    Je confirme que la présence d’eau dans notre environnement est très importante pour notre santé.
    Même dans le Feng-shui traditionnel, science chinoise qui a 3 000 ans, l’eau revêt un rôle indispensable: elle apaise nos émotions et équilibre aussi notre corps physique.
    D’après tout, nous sommes constitués en très grande partie d’eau 😉
    http://www.demain estdejala.com
    Marta

    Répondre
  2. Marta Irico

    Oups! J’ai fait une erreur en écrivant mon adresse du blog: il n’y a pas d’espace entre demain et la suite. Puis-je encore le corriger?
    http://www.demainestdejala.com

    Répondre
  3. Pingback: La nature est-elle plus bénéfique pour nos enfants lorsqu’elle est à la fois verte et bleue ? (1/2)

  4. Guillaume (Auteur de l'article)

    Merci pour ton retour super intéressant Marta. J’adore le croisement des angles d’approche, je trouve que cela ouvre l’esprit et que cela permet de mieux appréhender un sujet.
    Ton bagage me parait bien différent du mien, j’espère qu’on aura l’occasion d’échanger régulièrement !

    Répondre
  5. Bastien

    Tout ce qui touche à la « nature », les balades en forêt, la découverte de site géologiques ou tout simplement se prélasser près des fleuves ou des rivières fait du bien, même inconsciemment. Imaginons un seul instant ne plus entendre le chant des oiseaux ? ou le vent qui bruisse dans les arbres ? Nous serions bien malheureux. Alors oui et surtout pour les enfants, il est très important de les éduquer à ce plaisir simple qui est de savoir apprécier notre environnement et en prendre les bénéfices – ceux là sont bons à prendre ;)- En particulier près des points d’eau.

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      Oui je ressens bien aussi ce besoin de nature en moi et, comme tu dis, avec des auteurs comme Rachel Carson ou Scott Sampson, le besoin de connexion semble encore plus essentiel, notamment lors des premières années.
      Pouvoir offrir cette opportunité à nos enfants passent notamment par faire reculer les mauvaises pratiques comme le littering, ça m’a fait plaisir de voir des personnes s’impliquer sur ce sujet important !

      Répondre
  6. Fx

    la maison que nous habitons est équipée d’un bassin. Je trouvais cela plutôt superflu en arrivant et maintenant je me surprend à profiter de clapotis lors de nos repas et siestes en extérieur… C’est éfféctivement relaxant et très plaisant!

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      Un jardin avec de l’eau, mon rêve (de parisien qui écrit depuis son petit appartement)… que j’espère réussir à rendre réel à court-moyen terme !

      Répondre
  7. Fanny

    Nous habitons un éco-quartier, au centre il y a un point d’eau, c’est un espace de promenade modeste mais qui permet d’observer les canards, d’écouter les grenouilles le soir, le bruissement des roseaux. Les jeunes du quartier aiment y pêcher et ils amènent même leurs poissons pour créer un éco-système (ils en savent bien plus que moi, ils m’expliquaient quels poissons ne pas introduire !). Même si on ne s’y promène pas souvent on ressent l’influence de cette masse d’eau, et quand il pleut tout un système de récupération d’eau de pluie s’écoule au centre. En vous lisant je me dis qu’à la prochaine balade j’irais avec mon fils escalader les rochers pour s’en approcher…

    Répondre
  8. Guillaume (Auteur de l'article)

    Super retour, merci Fanny pour le partage. Il semblerait donc que le pouvoir d’attraction de l’eau fonctionne aussi pour des points d’eau urbains, de dimension plus modeste. Moi aussi je ressens ça, à l’échelle du bassin de mon petit parc parisien… et visiblement les enfants aussi !
    Si tu as quelques minutes, ce serait super intéressant que tu détailles un peu plus ce que couvre exactement la notion d’écoquartier, dans ton cas particulier.

    Répondre
  9. Fanny

    Par contre serait-il possible de retirer mon nom et de le remplacer par Fanny? Désolée mauvaise manip :S

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      C’est corrigé Fanny !

      Répondre
  10. Un colibri

    De mon expérience, oui, je suis convaincue que la présence de masses d’eau à proximité me procure un effet bénéfique. Je pense pouvoir préciser que cela est renforcé lorsque l’eau est mouvante, plutôt que stagnante, soit du fait des bruits que provoque le mouvement (déjà évoqués les clapotis, mais aussi le véritable bruit du torrent, et plus encore le vrombissement des vagues), soit du fait de la sensation procurée lors du bain (je ressens un bien encore plus grand à me baigner dans l’océan plutôt que dans un lac ou une mer calme). Guillaume : as-tu lu des lignes qui pourraient expliquer la dernière parenthèse ?! Si oui, je suis intéressée…

    Répondre
    1. Guillaume

      Merci beaucoup de partager ce super retour d’expérience Colibri.

      J’ai été me baigner en Normandie la semaine dernière (puisque l’article parle d’eau fraîche 🙂 ), et cela faisait très longtemps : quel plaisir, j’adore ! Et aussi quelle expérience intense, profonde… Je ne laisserai plus autant de temps avant mon prochain bain.

      J’ai la même inclinaison que toi vers l’océan, mais elle est peu partagée dans mon entourage. Je crois pouvoir constater que les gens préfèrent les eaux de surface qu’ils ont fréquemment expérimentées étant jeunes, ce qui est cohérent avec l’hypothèse de topophylie. Pour l’instant, 100 % de mes connaissances répondent à ce critère, peut être que toi aussi. Si oui, je vais penser à publier un article scientifique ; )
      Guillaume Article récent : Rentrée : un cartable sain pour nos enfantsMy Profile

      Répondre
  11. Annie

    Je suis très sensible à ce sujet. En effet j’ai la chance d’habiter près d’un grand lac et ma petite ville est traversée par le canal de l’Ourq. Dans ces deux lieux avec mon mari nous faisons de la marche active en étant conscients du bien être que cela nous procure : bruits divers de la nature et rencontres animalières merveilleuses comme un chevreuil splendide sous le soleil, la danse de deux canards devant la belle femelle, ,’envol de cygnes etc …et quand nous y sommes avec nos grands ou petits enfants c’est du bonheur partagé!

    Répondre
  12. Annie

    Je suis très sensible à ce sujet. En effet j’ai la chance d’habiter près d’un grand lac et ma petite ville est traversée par le canal de l’Ourq. Dans ces deux lieux avec mon mari nous faisons de la marche active en étant conscients du bien être que cela nous procure : bruits divers de la nature et rencontres animalières merveilleuses comme un chevreuil splendide sous le soleil, la danse de deux canards devant la belle femelle, ,’envol de cygnes etc …et quand nous y sommes avec nos grands ou petits enfants c’est du bonheur partagé!
    Et le bienfait est réel.

    Répondre
  13. Guillaume (Auteur de l'article)

    Merci pour ton beau partage d’expériences Annie, plein de sagesse de vie et plein de sens en éveil 🙂
    Il y a quelques mois j’ai passé un we avec des amis dans l’Allier. Cela a été l’occasion d’une balade en famille près du canal de Berry, qui offre des ambiances similaires à celles du canal de l’Ourq. Il me semble que ma fille de 3 ans a pu ressentir une bonne partie du type d’expérience que tu décris, elle semblait en « joie ».

    Répondre
  14. Pingback: Santé des enfants : comment la protéger du « syndrome de manque de nature » (2/4)

  15. Pingback: Le Principe de nature pour nos enfants (2/3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.