Épidémie de cancers : comment protéger la santé de nos enfants (3/3)

Chronique du livre « Anticancer »

Anticancer santé enfants environnement

de David Servan Schreiber, 440 pages, version rééditée de 2014

Après des études de médecine et de psychiatrie, David Servan-Schreiber est devenu chercheur en neurosciences cognitives. A 30 ans il découvre qu’il est atteint d’un cancer du cerveau. Il se consacre alors à la pratique clinique, tout en poursuivant des travaux sur la neurobiologie des émotions.

Ce livre présente les résultats de ses recherches portant sur les défenses naturelles du corps : comment elles peuvent à la fois prévenir et contribuer à guérir les cancers, en complément des traitements conventionnels.

Ce livre est très riche en informations et en recommandations : il fait donc l’objet d’une chronique en plusieurs parties. Le présent article est la troisième partie de cette chronique. La première partie se trouve ici et la deuxième ici.

Quelques informations et points de vue intéressants, concernant la thématique « Santé des enfants et environnement »

Voici une liste d’informations et de points de vue issus du livre, en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement », et que je souhaite partager avec vous.

  • Certains plastiques, lorsqu’ils sont chauffés, peuvent libérer des substances chimiques dangereuses vers les aliments ou les liquides. Les récipients en verre ou céramique peuvent être utilisés à la place, y compris au four à micro-ondes.
  • Certaines boîtes de conserves contiennent des matières plastiques. Les conserves sont généralement chauffées à 110 °C au cours du processus de stérilisation, ce qui peut libérer des substances chimiques depuis les plastiques vers les aliments.
  • Choisir des cosmétiques labellisés « bio » permet d’éviter d’être exposés aux parabènes, une famille de substances dont la toxicité de certains membres est avérée ou suspectée. Les parabènes à éviter sont notamment les suivants : méthylparabène, polyparabène, isoparabène, butylparabène.
  • Les parfums contiennent presque tous des phtalates. Privilégier l’eau de toilette, qui en contient moins, permet de diminuer son exposition. L’option de précaution est de ne pas mettre de parfum.
  • Les effets recherchés par l’application de pesticides peuvent souvent être obtenus avec des produits naturels. Par exemple : huiles essentielles, acide borique, terre diatomaceuse, etc.
  • Les poêles en téflon, si elles sont rayées, peuvent libérer des substances chimiques préoccupantes dans les aliments. Une poêle en acier inoxydable 18/10 est l’option de sécurité.
  • Les produits de nettoyage courants (lessive liquide, nettoyant/désinfectant, désodorisant des cuvettes de toilette, etc.) contiennent généralement des alkylphénols toxiques ou potentiellement toxiques : nonoxynol, octoxynol, nonylphénol, octylphénol, etc. Utiliser des produits répondant à l’écolabel européen permet d’éviter une exposition à ces substances. Mieux encore, ces produits industriels peuvent être remplacés par des produits naturels : vinaigre blanc, bicarbonate de soude, savon de Marseille, etc.
  • Certains aliments favorisent l’apparition de cancers. D’autres aliments protègent contre cette apparition : ils bloquent les facteurs de croissance du cancer, ils forcent les cellules cancéreuses au suicide, etc. L’alimentation agit tous les jours, trois fois par jour : son influence est donc considérable.
  • En France, l’Observatoire des résidus et pesticides estime qu’aujourd’hui 80 à 90 % de la population est exposée aux pesticides et insecticides d’utilisation ménagère, avec en moyenne trois ou quatre produits différents.
  • Les succès de la médecine occidentale – la chirurgie, les antibiotiques, la radiothérapie, etc. – sont des avancées extraordinaires. Mais elles nous ont fait oublier le pouvoir de guérison propre au corps. Il est possible de bénéficier, à la fois, des avancées de la médecine et des défenses naturelles du corps.

Quelques extraits en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement »

[D’après] un grand journaliste américain du XXe siècle, Upton Sinclair : « Il est difficile de faire comprendre quelque chose à quelqu’un quand son salaire dépend du fait qu’il ne le comprenne pas ». Nous ne pouvons espérer ni des politiques ni des industriels qu’ils fassent ces choix difficiles à notre place.

Les médicaments agissent généralement sur un seul facteur. La dernière génération de médicaments anticancer se targue même de proposer des traitements « ciblés », c’est-à-dire qu’ils interviennent sur une étape moléculaire très précise, espérant ainsi limiter les effets secondaires. Les aliments anticancer, au contraire, agissent sur plusieurs mécanismes à la fois. Mais ils le font en douceur, sans entraîner d’effets secondaires.

Le docteur Curl [de l’Université de Washington] mesura dans les urines des enfants les produits de dégradation des pesticides organochlorés (les pesticides les plus courants). Elle trouva que le taux de pesticides dans l’urine des enfants « bio » était nettement en deçà des minima fixés par l’Agence gouvernementale de protection environnementale. Il était aussi 6 à 9 fois moindre que celui des enfants conventionnels ». Pour ces derniers, la charge toxique dépassait au contraire de 4 fois les limites officielles tolérées […] Dans le Département d’études de l’environnement à l’université de Yale, le professeur John Wargo suit depuis des années l’impact sur la santé des enfants des changements dans l’environnement. Sa conclusion est : « Cette étude justifie l’importance d’un régime bio, et montre que les aliments bio réduisent l’exposition des enfants. Les industriels [de l’agroalimentaire] nous disent : “montrez-moi les morts.” Moi, je ne veux pas qu’on joue au poker avec la vie de mes gamins. »

Imaginons qu’il existe un produit dont il suffirait de mettre une goutte sur un steak, du lait ou un fruit pour que, en changeant de couleur, il révèle la présence de pesticides. Du jour au lendemain, l’industrie agroalimentaire serait obligée de transformer radicalement ses pratiques pour se conformer aux exigences de la précaution la plus élémentaire face aux substances douteuses qui ont été introduites dans notre alimentation depuis 1940. Mais ces produits toxiques sont inodores, incolores et sans saveur.

Il existe bien des façons de dire nous-même à notre corps qu’il compte, qu’il est aimé et respecté. De lui faire ressentir son propre désir de vivre. La meilleure, c’est de le laisser pratiquer ce pour quoi il a été conçu : le mouvement et l’activité physique. De nombreuses études ont démontré que les mécanismes de régulation et de défense du corps qui luttent contre le cancer peuvent être stimulés directement par l’activité physique.

 

Mon avis

Les + :

  • très riche en informations et en recommandations utiles ;
  • invite à reprendre soi-même sa santé en main, en accompagnement de la médecine moderne ;
  • transmet un important message d’espoir : l’être humain n’est pas « cassé » par défaut. Si on le replace dans les conditions pour lequel il a été façonné, le corps retrouvera la pleine santé.

Les – :

  • le côté un peu trop « exhaustif » à mon goût. Dans ce livre, David Servan-Schreiber a souhaité aborder tous les facteurs environnementaux suspectés de favoriser l’apparition de cancers. Je reste prudent, par principe, avec les livres qui traitent d’autant de thèmes en si peu de pages, surtout quand certains sujets sortent du domaine de compétences direct de l’auteur.

 

Que pensez-vous de ces informations et de ces recommandations ? Peut-être que, comme moi quand j’ai lu ce livre pour la première fois, elles vous donneront envie de questionner et/ou modifier certaines habitudes alimentaires ou liées au style de vie, pour vos enfants… et pour vous 😉 Dites-le moi dans les commentaires !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

16 Commentaires

  1. Fx

    Merci pour cette synthèse et surtout tes avis sur le livre.

    Répondre
  2. Guillaume (Auteur de l'article)

    ok cool 🙂

    Répondre
  3. Desperate Houseman

    J’m bcp ton – 🙂
    Desperate Houseman Article récent : Linux, Chromecast et Netflix ou mes geekeries du momentMy Profile

    Répondre
  4. Guillaume (Auteur de l'article)

    haha 😀

    Répondre
  5. Pingback: Épidémie de cancers : comment protéger la santé de nos enfants (1/3)

  6. Pingback: Épidémie de cancers : comment protéger la santé de nos enfants (2/3)

  7. Pingback: Pollutions environnementales et santé : ce qui rend les enfants plus vulnérables

  8. Pingback: Les pollutions environnementales impactent la santé de nos enfants

  9. Un colibri

    Merci. Malgré ton « -« , ça donne quand même envie de le lire… 🙂

    Répondre
  10. Guillaume (Auteur de l'article)

    🙂
    Tant mieux, parce que je pense que c’est un livre qui peut beaucoup apporter

    Répondre
  11. Pingback: Comment protéger les enfants et les femmes enceintes des polluants issus des cosmétiques

  12. Pingback: L’asthme des enfants est associé à une exposition aux phtalates

  13. Pingback: Une grossesse bio, de la conception vers la naissance

  14. Pingback: Chez Les Filles, La Puberté Précoce Serait Liée à Des Pollutions Environnementales

  15. Pingback: Conseils pour des bébés « bio », protégés des pollutions

  16. Pingback: Rentrée et santé des enfants : un cartable sain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.