Détoxification des enfants : une nécessité

L’organisme n’est pas adapté à ces substances synthétiques, trop récentes. – Theo Colborn

C’est une véritable course de vitesse entre les capacités d’élimination mises en jeu par l’organisme et la capacité de nuisance du contaminant. – Pr Robert Barouki

.

Bonjour à tous

Cet article est le premier d’une série portant sur un sujet qui me semble essentiel en santé environnementale : la détoxification. Pourquoi ce sujet est-il essentiel ?Detoxification 1

.

Une réponse à l’impossibilité d’atteindre l’« exposition 0 »

Sur ce blog, de nombreuses pratiques visant à diminuer l’exposition aux polluant du quotidien ont été présentées, puis déclinées au cas d’une vie de famille concrète. Ces pratiques peuvent réduire très significativement les expositions des enfants (selon les cas, un facteur 10 ? 100 ? 1 000 ?) mais, concrètement, même avec une très forte implication parentale, il me semble illusoire de penser que les enfants ne seront plus au contact de substances préoccupantes. En d’autres termes, dans le monde moderne classique, l’« exposition 0 » parait inatteignable.

Pour les parents qui connaissent les effets potentiels des polluants environnementaux, la capacité de certains d’entre eux à agir à faible dose, ainsi que la vulnérabilité particulière des enfants, ce constat peut faire peur… et laisser amer. Autour de moi, j’observe plusieurs types de réactions : dénégation, fatalisme, révolte contre les coupables présumés… Au niveau individuel, une fois que les expositions des enfants ont été diminuées autant que possible, peut-on encore faire quelque chose pour aider les enfants ?

.

Rendre les enfants plus forts

Une option  proactive pourrait consister, en quelque sorte, à rendre les enfants plus forts. En effet, l’accent est souvent mis sur les effets potentielles des substances préoccupantes – toxicité pour certains organes (cœur, reins, foie…), cancérogénicité, perturbation hormonale, neurotoxicité… – mais les effets qui apparaissent concrètement dépendent du corps qui est exposé. En d’autres termes, à exposition constante, certains enfants développeront une pathologie et d’autres non. Par exemple, en cas de pic pollution atmosphérique, certains enfants se rendent aux urgences pour traiter diverses maladies respiratoires, pendant que d’autres font du foot sans ressentir de gêne significative.

Les valeurs qui caractérisent la toxicité des substances sont des valeurs génériques, qui visent à protéger la population générale, et notamment les populations les plus sensibles : elles constituent des points de repère utiles pour la gestion de la santé publique, mais elles ne sont pas spécifiques aux membres de votre famille. Souvent, ces valeurs sont des seuils innocuité, c’est-à-dire qu’aucun effet (ou excès de risque significatif) n’est attendu en dessous de ces valeurs ; en d’autres termes, au-dessus de ces valeurs sanitaires, l’apparition d’un effet est possible, mais cela ne signifie pas forcément que votre enfant va forcément tomber malade. Heureusement d’ailleurs, compte tenu des dépassements réguliers des valeurs sanitaires de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans l’air des grandes agglomérations.

Alors, au niveau individuel, compte tenu de l’inévitable exposition résiduelle de nos enfants, que faire pour diminuer la probabilité qu’un effet apparaisse ? Comment les rendre plus forts ?

.

Detoxification 12

.

Réduire le temps d’exposition intérieure

Réduire le temps que passent les polluants dans le corps est un moyen de réduire leur capacité à y créer des dommages : plus ils seront rapidement éliminés, moins ils auront le temps de produire des effets sur les organes, sur les tissus ou sur le fonctionnement des grands systèmes de l’organisme : système immunitaire, système endocrinien, système nerveux… L’idéal serait même que, aussi vite que possible après leur entrée dans le corps, la toxicité des polluants puisse être neutralisée, en attendant leur élimination. En d’autres termes, pour une même exposition extérieure à des polluants, en réduisant leur temps de présence dans le corps et leur capacité d’action, on réduit l’exposition intérieure, et donc la probabilité que des effets sanitaires apparaissent.

.

La détofixication, une invention marketing ?

La détoxification, couramment désignée par le diminutif « detox », présente une définition qui peut varier selon les auteurs. Dans le cadre de cette série d’articles, je vous propose de retenir la définition suivante, couramment rencontrée : ensemble des réactions de l’organisme portant sur certaines substances, visant à neutraliser leur toxicité et à les éliminer [1-8]. La détoxification désigne donc une fonction corporelle, bien connue de la communauté scientifique ; si elle peut servir d’argument de vente, elle n’est pas, en tant que telle, une pure invention marketing.

Le terme « détoxication » peut désigner les réactions de détoxification ayant lieu à l’intérieur des cellules [8]. Néanmoins, de ce que j’ai pu voir, détoxification et détoxication sont souvent employés comme synonymes. 

La détoxification diffère notamment de la désintoxication, qui désigne l’élimination de substances toxiques par une intervention extérieure, comme dans le cas d’addictions à certaines drogues [3, 9, 10].

Certains auteurs parlent aussi de « détoxination », dont le sens me parait proche de celui de détoxification. Selon ma compréhension :

  • « détoxination » désigne des mécanismes similaires à ceux de la détoxification, mais portant sur des « toxines » ;
  • la définition de « toxines » varie selon les auteurs. Le plus souvent, ce terme désigne les substances dont le corps n’a pas besoin, à éliminer ; elles incluent donc les substances toxiques comme les polluants environnementaux, mais aussi, plus généralement, toutes les substances qui peuvent gêner le fonctionnement du corps : déchets du métabolisme cellulaire (ex : bilirubine, ammoniaque, acide lactique,…), hormones ayant exercé leur action, substances « encrassantes » (sans toxicité chimique mais perturbant certains mécanismes physiques), etc.

.

En conclusion de ce premier article, les effets sanitaires d’un polluant sur un corps dépendent notamment de trois paramètres : la toxicité du polluant (sa capacité à produire des effets), le niveau d’exposition (la quantité de substance au contact du corps) et aussi la capacité de détoxification du corps.

.

Mais pour éviter d’avoir besoin de se détoxifier, le corps est doté de barrières biologiques de protection. Quelles sont-elles ? Quel est leur rôle ? Quelle est leur efficacité face aux polluants environnementaux ? C’est ce que nous approfondirons dans le deuxième article de la série !

.

Références

  1. Raisonnier A. Digestion – Détoxification. Cours Niveau DCEM1. Université Paris Sorbonne – Faculté de médecine, 2004. http://www.chups.jussieu.fr/polys/biochimie/DGbioch/POLY.Part.III.html
  2. Lemar J. L’appellation ”jeûne thérapeutique” est-elle fondée ou usurpée ? : éléments de réponse d’après une revue de bibliographie chez l’animal et chez l’homme. . 2011.
  3. Leroux J-P. Encyclopædia Universalis en ligne – article « Détoxication ». https://www.universalis.fr/encyclopedie/detoxication/ [Consulté le : 26/03/2019]
  4. Dictionnaire Larousse en ligne. Article « Désintoxication ». https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/d%C3%A9toxification/24846 [Consulté le : 15/03/2019]
  5. Gérin M et al. Environnement et santé publique – Fondements et pratiques. Edisem 2003.
  6. Laurant-Berthoud C. Se détoxiquer au naturel par les plantes. Editions Jouvence 2015.
  7. Crinnion WJ, Pizzorno Jr. JE. Clinical Environmental Medicine: Identification and Natural Treatment of Diseases Caused by Common Pollutants. Elsevier 2018.
  8. Liska D et al. Detoxification and Biotransformational Imbalances. EXPLORE, 2006. 2(2): p. 122-140.
  9. Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL). Article « Désintoxication ». http://www.cnrtl.fr/definition/d%C3%A9sintoxication [Consulté le : 15/03/2019]
  10. Harvard Health Publishing – Harvard Health Medical School – Harvard Women’s Health Watch. The dubious practice of detox. 2008. https://www.health.harvard.edu/staying-healthy/the-dubious-practice-of-detox [Consulté le : 04/04/2019]

Photo par Julie Kertesz et woodleywonderworks

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1 Commentaire

  1. Léa - Mon Siège Auto Bébé

    Entre les ondes, les produits chimiques, les écrans etc… il est quasi impossible de se détoxifier enfin je cherche encore comment faire pour se couper (un peu) de tout cela mais je n’ai pas encore trouver la réponse 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.