Conseils pour une grossesse au naturel

Chronique du « Guide de ma grossesse au naturel »

Grossesse naturelle bébé enceinte

Dessin par iamo’i’s

dirigé par Willy Balhassen et Catherine-Rouet, 290 pages, publié en 2012

Cet article fait partie du défi que je me suis lancé, lorsque l’arrivée de mon second enfant a été confirmée. Cliquez sur le lien suivant pour consulter les autres articles de mon défi Santé des enfants et environnement publiés à ce jour.

Ce guide est écrit par le « Groupe Naissances », un groupe de collectif de professionnels de la naissance : sages-femmes, gynécologues obstétriciens, psychologues, anesthésistes, etc. Son objectif est de fournir les informations nécessaires aux femmes qui souhaitent un accouchement le plus naturel possible, sans surmédicalisation inutile.

Quelques informations et points de vue intéressants, concernant la thématique « Santé des bébés et environnement »

Voici une liste d’informations et de points de vue issus du livre, en lien avec la thématique « Santé des bébés et environnement », et que je souhaite partager avec vous.

  • Aujourd’hui, les accouchements sont souvent « hypermédicalisés ». Ils comprennent de plus en plus de césariennes, de déclenchements artificiels, d’extractions instrumentales, d’épisiotomies, de perfusions, etc. Dans ce contexte, les professionnels de santé pourraient revenir à des accouchements plus naturels, privilégiant les mécanismes physiologiques du corps, en réduisant les interventions médicales au minimum nécessaires.
  • Le projet de naissance est un document qui décrit les souhaits des parents concernant l’accouchement. Ce document permet de clarifier les attentes quant aux choix thérapeutiques : il constitue une base pour les échanges avec l’équipe médicale. Certains souhaits pourront être réalisés, d’autres non : dans tous les cas, le couple n’en sera que mieux préparé. Par exemple, le projet de naissance peut couvrir les points suivants :

o conditions qui entourent le travail : sans déclenchement ni accélération de principe du travail, si l’enfant le supporte bien (recours à l’ocytocine, épisiotomie, rupture artificielle des membranes, utilisation de forceps, etc.), avec une certaine liberté de déambuler et/ou de se positionner, etc.

o possibilité pour l’accompagnant d’être présent au bloc opératoire en cas de césarienne programmée ;

o éclairage modéré, tant dans la pièce où a lieu la naissance que sur le périnée de la femme ;

o délai avant de couper le cordon ombilical ;

o délai avant le premier bain ;

o etc.

  • Pendant la grossesse et l’allaitement, adopter une alimentation saine et équilibrée est primordial, pour la maman comme pour le bébé. Cela permet notamment :

o d’apporter au bébé les nutriments dont il a besoin pour son développement ;

o de résister aux infections, afin d’éviter d’avoir recours aux médicaments pendant la grossesse.

  • Les aliments issus de l’agriculture biologique seront privilégiés.
  • Les aliments recommandés sont notamment : légumes et fruits frais (varier les couleurs, réserver une place de choix aux légumes à feuilles verts foncés), légumineuses, noix, un peu de protéines animales (viande, poisson, œufs, foie),
  • S’exposer au soleil aide à synthétiser de la vitamine D, une vitamine importante pour la formation des os. Cette exposition sera modérée, au regard d’un potentiel masque de grossesse.
  • Le recours aux médicaments sera évité au maximum. En cas de maladie, une femme enceinte privilégiera une approche préventive et des soins naturels : homéopathie, médecine chinoise (acupuncture, plantes, massages), ostéopathie, phytothérapie, etc.

 

grossesse naturelle bébé bio

 

Quelques extraits en lien avec la thématique « Santé des bébés et environnement »

Accoucher est une connaissance innée chez toutes les femmes : il faut seulement vous rappeler, par un accompagnement adapté, cette conviction fondamentale que votre corps « sait faire ».

Pour ce qui est de [l’épisiotomie], la femme peut prévenir qu’il devra être réservé aux rares indications préconisées : risque de déchirure grave du périnée, notamment en cas d’extraction instrumentale, de manœuvre obstétricale, de périnée à risques, d’état fœtal préoccupant.

Il est bien entendu que, en cas d’apparition de signes de difficultés chez l’enfant ou la maman, les gestes techniques, devenus nécessaires, ne seront pas refusés par la patiente.

Faut-il absolument baigner le bébé ? Sachez à ce sujet que le nouveau-né ne sort pas sale, mais mouillé, et qu’il a donc surtout besoin d’être séché. Et dans les heures qui suivent la naissance, un bébé un peu perdu pourra se sentir apaisé en trouvant près de son nez sa main qui sent comme avant, et non le savon spécial de la maternité !

Il est important que vous trouviez vos différents apports nutritionnels dans une alimentation saine et équilibrée plutôt que dans des suppléments vitaminiques.

Longtemps le clampage du cordon a été le premier geste effectué après la naissance. De nos jours il est encore réalisé assez rapidement. Pourtant, des études récentes montrent qu’il est médicalement profitable à la santé de l’enfant de retarder la section du cordon. […] Après un temps variable (de quelques secondes à quelques minutes, en général), le sang ne circule ne circule plus dans le cordon, qui cesse de battre. C’est à ce moment là qu’on peut le couper.

Dans notre pays, la coutume n’est pas de dire aux professionnels ce qu’ils doivent (ou peuvent) faire. Vous pouvez tout de même leur signifier ce que vous aimeriez ; osez le faire.

 

Mon avis

Les + :

  • le message clé « vous devez faire confiance à votre corps, il sait comment accoucher » incite les femmes enceintes à se réapproprier leur accouchement. La possibilité d’une intervention médicale, en cas de besoin, permet d’être rassurée ;
  • le livre fournit des moyens pratiques pour éviter le recours aux médicaments pendant la grossesse.

Les – :

  • Donner un titre général au livre, tel que « le guide de ma grossesse au naturel », me semble nécessiter d’approfondir l’exposition de la femme enceintes aux pollutions environnementales. Or cette thématique est bien moins développée que les autres (projet de naissance, avantages des accouchements peu médicalisés, etc.).
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article :grossesse naturelle

15 Commentaires

  1. René

    Plein de bon sens

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      Hello René !

      Si tu vois les accouchements naturels, peu médicalisés et privilégiant les mécanismes physiologiques du corps comme du bon sens, alors ton bon sens n’est pas très partagé : les maternités dotées d’une « salle nature » sont très rares en France (selon le livre, confirmé par mon expérience personnelle).
      Perso ma première impression en lisant le livre était plutôt « ça doit être bien Rock’n Roll leurs accouchements ! », mais je crois que, une fois un peu de recul pris à la fin de la lecture, je te joins assez : pas de mal de propositions font sens.

      Répondre
  2. Pascale

    Le plus de cet article c’est le paragraphe « mon avis ». Je vais être Grand Mère prochainement, je vais conseiller ce site à la future petite maman que j’adore et que je conseille déjà sur le plan alimentaire.

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      Merci Pascale 🙂 et félicitations pour ton futur premier grade de grand-mère 😉

      Au plaisir de futurs échanges avec toi.

      Répondre
  3. Yum

    Bonjour Guillaume !
    Pour partager mon expérience, même si l’accouchement de mon enfant, il y a quelques années, s’est très bien déroulé, c’est vrai qu’on peut se sentir intimidée face à un personnel médical qui peut nous sembler plus « sachant » que nous et que ce n’est pas toujours évident d’exprimer ce qu’on sent, ce qu’on veut, etc., tout à fait d’accord avec l’idée de se réapproprier son corps et se faire plus confiance !
    Le projet de naissance me semble très utile, mais je me demande dans quelle mesure c’est répandu et accepté dans les maternités en France ? Pour ma part, j’en connaissais le principe, mais le personnel de ma maternité ne me l’ayant pas proposé, je n’avais pas pris l’initiative d’en parler, mais si je suis amenée à avoir un autre enfant, je pense que je le ferai 😉

    Répondre
  4. Guillaume (Auteur de l'article)

    Hello Yum !

    Merci pour le partage d’expérience intéressant 🙂
    de ce que je lis et entend, le personnel soignant s’ouvre de plus en plus au projet de naissance, même si cela reste au global encore limité. Perso j’aime bien le principe du « je n’ai rien à perdre à demander ». On obtient souvent plus de choses qu’on imaginait 😉
    Je pense que Romi est partie pour demander, on verra bien comment cela sera reçu !

    Répondre
  5. Un colibri

    Je partage le commentaire de Yum.

    Maman de deux enfants, j’ai eu la chance d’avoir deux grossesses et deux accouchements sans aucune difficulté, mais je suis convaincue que la préparation avec une sage-femme « au naturel » (bon sens, homéopathie recommandée, décoctions naturelles, acupuncture, ect.) y a beaucoup fait.
    J’avais eu la chance d’être accompagnée pour préparer également mon projet de naissance (on en trouve de bons exemples en ligne sur internet cela dit), ce qui m’avait permis de réfléchir à des questions que je n’aurai pas pensé de soulever autrement (péridurale, épisiotomie).
    Je suis surprise que cette article ne soulève pas la question de la péridurale… Est-ce voulu ?

    Répondre
  6. Guillaume (Auteur de l'article)

    Hello Colibri !

    Merci beaucoup pour ton retour d’expérience, super une fois de plus, qui devrait intéressé les futures mamans qui lisent cet article.

    La péridurale est très largement discutée dans l’ouvrage. La sujet n’est pas évoqué ici car la chronique se focalise sur les aspects « Santé Environnement ».

    Répondre
    1. Un colibri

      Reçu 5/5… mais du coup je ne comprends pas pourquoi la péridurale ne pourrait pas être associée à une réflexion santé-environnement.
      Personnellement, si je l’ai « refusée » à deux reprises, ce n’est absolument pas pour choisir de vivre un accouchement « naturel » ou « à l’ancienne », ou encore pour « subir » la douleur et mieux la connaître, mais bien parce-que je voulais qu’aucun xénobiotique ne me soit administré tant que le bébé était encore in utero (ceci est cohérent avec le choix des soins homéopathique et de l’acupuncture pendant la grossesse). Il est donc bien là question de santé ?
      A noter que c’est aussi pour cette raison que j’ai refusé le déclenchement « chimique » qui m’était proposé pour mon premier enfant (j’ai eu la chance ceci dit de pouvoir me ruer sur la petite fenêtre de liberté qui m’était proposé à ce moment là pour pouvoir le refuser, car cela dépend des maternités (nb de jours post terme variant il me semble de 3 à 5 environ), et bien évidemment du cas de chacune).

      Répondre
  7. Guillaume (Auteur de l'article)

    Super retour une fois de plus, merci !
    En fait ton commentaire porte sur la définition de ce que l’on appelle la « santé environnementale ». Selon moi, la définition « aspects de la santé impactés par des pollutions environnementales » a besoin d’être élargie aux bienfaits qu’un environnement naturel sain peut apporter. En te lisant, je réalise que ma définition reste très « exposition chronique non souhaitée », et que ce que tu dis fait sens : on pourrait tout à fait élargir encore le contenu couvert par cette notion 😉

    Répondre
  8. Pingback: Une grossesse bio, de la conception vers la naissance

  9. Pingback: La sieste : un des « basiques » de la santé des enfants… et des jeunes parents !

  10. Pingback: Défi « Santé des enfants et environnement » : l’heure du bilan

  11. Pingback: Des micro-organismes indispensables à la santé de nos enfants

  12. Pingback: Les pensées des enfants peuvent être influencées… par la santé de leur ventre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.