Comment protéger les enfants des effets de la pollution atmosphérique (3/6)

Nous choisissons d’être fumeurs ou non-fumeurs mais nous ne choisissons pas l’air que nous respirons. Nous respirons tous, populations sensibles ou pas, le contenu (bon et mauvais) de l’air. – Francelyne Marano

Les nourrissons et les jeunes enfants sont les plus vulnérables aux effets de la pollution. Les conséquences d’une exposition précoce aux polluants atmosphériques sont une altération de la croissance pulmonaire et une susceptibilité accrue à la maladie respiratoire aiguë et l’asthme. – Pr Jocelyne Just

 

Bonjour à touspollution atmosphérique air enfants32

Cet article est le troisième d’une série visant à faire le point sur le sujet la pollution de l’air extérieur, du point de vue de parents souhaitant protéger la santé de leurs enfants. Les deux premiers articles de cette série ont présenté les principaux éléments à connaitre, selon moi, concernant cette pollution : ce que désigne le terme « pollution de l’air extérieur », son origine et les principaux polluants actuellement réglementés, les polluants préoccupants les plus classiques et ceux dits « émergents », l’organisation du système de mesures français. Sur la base de ce premier niveau de connaissance générale, le troisième article de la série approfondit les enjeux sanitaires associés à un air pollué.

 

D’une manière générale, les risques sanitaires varient selon la composition du mélange de polluants présent dans l’air, des concentrations respectives des polluants individuels dans ce mélange, des potentielles interactions entre polluants, de la durée des expositions, ainsi que de l’état de santé, des sensibilités et des prédispositions héréditaires des personnes exposées. Un tel niveau de complexité rend difficile de prévoir ces risques sanitaires, pour chaque individu, à partir des mécanismes de toxicité compris aujourd’hui.

Néanmoins, à partir d’expériences de laboratoire et d’observations effectuées à l’échelle des populations (études épidémiologiques), les types d’effets sanitaires et les enjeux associés peuvent être caractérisés.

 

Pour la population générale, quels sont les effets sanitaires associés à la pollution atmosphérique ?

En France, selon des analyses récentes produites par les autorités publiques [28, 50, 64, 65], l’impact de la pollution atmosphérique en France correspond à un fort enjeu sanitaire. Par exemple :

  • 48 000 décès prématurés par an sont attribués aux concentrations en particules fines (PM2,5). Plus de la moitié de ces décès sont localisées dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants. Cette estimation est cohérente avec les estimations réalisées au niveau européen pour la France [60] ;
  • 8 230 décès prématurés par an sont attribués aux concentrations en dioxyde d’azote (NO2) ;
  • 1 780 décès prématurés sont attribués aux concentrations en ozone (O3).

A titre de points de repères, le nombre de décès associés aux particules peut être caractérisé à l’aide des ordres de grandeur suivants [50] :

  • Cette estimation représente environ 10 % de la mortalité française ;
  • Elle correspond à une perte moyenne d’espérance de vie variant de 9 mois, dans les zones rurales, à plus de 2 ans, dans les villes les plus exposées ;
  • La pollution de l’air par les particules est le troisième facteur de risque de mortalité en France, après le tabac (73 000) et l’alcool (49 000), et le premier facteur de risque de mortalité correspondant à une pollution environnementale.

En d’autres termes, avec les mots de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) [28], « les données disponibles concernant les effets sur la santé et l’impact sanitaire de la pollution de l’air attestent que cette dernière reste un enjeu de santé publique majeur ».

Ces chiffres récents confirment de nombreuses analyses antérieures [20] : les particules fines produisent l’impact sanitaire (connu) le plus fort. La majorité des décès surviennent par maladie cardiovasculaire, mais aussi par des maladies respiratoires, ainsi que par cancer. Les études épidémiologiques humaines et la toxicologie animale donnent des résultats convergents.

 

Pour être précis, en France, les risques individuels de mortalité attribuable à la pollution atmosphérique peuvent apparaître faibles, notamment au regard de ceux associés au tabac [26, 70-73]. Mais compte tenu qu’un très grand nombre de personnes est exposé, l’impact sanitaire total (risque collectif) est élevé.

 

Par ailleurs, les pics de pollution correspondent à un impact sanitaire plus faible que celui de la pollution chronique, ce qui peut être contre-intuitif au regard du traitement médiatique le plus courant. En 2016, Santé publique France a mené une étude [66], portant sur 17 villes françaises, qui confirme les résultats obtenus précédemment [21, 26, 40, 46, 50, 52] : l’impact sanitaire résulte principalement des expositions quotidiennes à des niveaux de pollution inférieurs aux seuils réglementaires en vigueur, définissant les pics de pollution. Les expositions chroniques correspondent au plus fort impact sur la santé ; les pics de pollution ont un impact marginal. Par conséquent, réduire les niveaux de polluants en cas de pic de pollution, uniquement, ne permet pas d’assurer une protection efficace des populations. L’intérêt des pouvoirs publics pour les pics de pollution peut s’expliquer, notamment, par le fait que l’Union européenne inflige des pénalités financières chaque fois que des seuils réglementaires sont dépassés.

 

Parmi la population générale, certaines sous-population sont plus sensibles aux effets de la pollution atmosphérique : personnes âgées, fumeurs, personnes souffrant de maladies chroniques respiratoires ou cardiovasculaires, personnes immunodéprimées… et les enfants (!), bien entendu.

 

pollution atmosphérique air enfants31

 

Pour les enfants, quels sont les effets sanitaires associés à la pollution atmosphérique ?

Les enfants constituent une sous-population particulièrement sensibles aux effets de la pollution atmosphérique [3-6, 34, 36, 44, 47, 50, 53, 54, 56, 60-62, 67], pour plusieurs raisons :

  • les polluants atmosphériques peuvent traverser le placenta, exposant le fœtus dès la vie intra-utérine ;
  • leurs systèmes respiratoire et immunitaire sont encore immatures, en plein développement. En particulier, la vie intra-utérine et les premières années de vie correspondent à des « fenêtres de vulnérabilité » ;
  • ils sont plus actifs physiquement : leurs périodes d’hyperventilation par la bouche sont donc plus nombreuses ;
  • les enfants passent plus de temps à l’extérieur, où les concentrations de pollution provenant du trafic, de l’agriculture et du chauffage urbain sont généralement plus élevées ;
  • comparés aux adultes, au repos, ils respirent 50 % plus d’air par kilogramme de masse corporelle.

 

Concernant le cas particulier des enfants, les principaux aspects sanitaires rapportés comprennent les suivants.

  • D’après les conclusions du projet européen Aphekom [1], « habiter à proximité de voies à forte densité de trafic automobile pourrait être responsable d’environ 15 à 30 % des nouveaux cas d’asthme de l’enfant ».
  • Les enfants qui vivent à proximité d’axes routiers à fort trafic ont un risque accru de développer une leucémie [11, 37].
  • L’exposition à la pollution de l’air (notamment ozone et particules) chez l’enfant a été associée à :
    • une réduction des capacités respiratoires [3, 6, 22, 23, 24, 44, 50, 53, 61, 62] ;
    • des modifications épigénétiques (mécanismes d’expression des gènes) [6, 7, 8, 17, 27, 35] ;
    • un risque accru d’asthme (exacerbation et, avec un niveau de preuve plus faible, apparition) [3, 7, 24, 25, 36, 44, 45, 46, 57, 61, 62], d’allergies [3, 25, 38, 53], de diabète de type 1 [32], de bronchiolites [9] et de pneumonies [15], de maladies infectieuses du système respiratoire [44, 61, 62] ;
    • un (faible) risque accru d’irrégularité dans les menstruations et un temps plus long pour atteindre des menstruations régulières au lycée [74] ;
    • des troubles de la capacité d’apprentissage [12, 29, 31, 33, 41, 42, 50, 56, 60, 61, 63] et du comportement (déficit d’attention…) [30, 56, 60, 61, 62].
  • Les particules se déposent plus profondément dans les poumons des enfants [6].
  • L’exposition de mères enceintes à la pollution de l’air (notamment PM, NO2, SO2, benzène) a été associée à :
    • la prématurité [3, 4, 14, 44, 53, 61, 62], au petit poids [3, 4, 5, 10, 18, 19, 24, 44, 46, 48, 50, 51, 53, 55, 56, 59, 61, 62] et à la mortalité du nouveau-né [4, 3, 13, 44, 62] ;
    • l’incidence des cas d’asthme [6, 16, 44, 53, 58], de respiration sifflante [16, 44, 61], de malformations congénitales [43] et cardiovasculaires [39] ;
    • une augmentation des cas de troubles du spectre de l’autistique (TSA) [48, 49, 59, 61] ;
    • une baisse des capacités du système immunitaire des nouveau-nés [2, 6, 61]. Cette baisse concerne notamment les aspects liés à la régulation des réactions allergiques et de l’asthme ;
    • une perturbation du système hormonal du fœtus [69].

Ces observations s’inscrivent dans la théorie des origines développementales des maladies [5, 10, 53, 54, 56, 68].

 

En conclusion, sur la base de ces aspects sanitaires, il me semble raisonnable de conclure, avec l’Agence européenne de l’environnement (AEE), qu’ « en matière de santé environnementale, la pollution de l’air est le type de pollution présentant le plus grand risque en Europe », et tout particulièrement pour les enfants. Ce constat invite à diminuer les expositions des enfants, autant que possible. En tant que parent ou encadrant d’enfants, que pouvons-nous faire à notre niveau ? Avant d’aborder comment passer à l’action au niveau individuel, le prochain article va passer en revue les principales idées reçues concernant la pollution atmosphérique.

 

Ce prochain article sera publié dans quelques jours !

 

Références

  1. Institut de veille sanitaire (InVS), intégrée depuis 2016 à Santé publique France. Résumé des résultats du projet Aphekom 2008-2011 – Des clefs pour mieux comprendre les impacts de la pollution atmosphérique urbaine sur la santé en Europe. 2012. http://aphekom.org/c/document_library/get_file?uuid=4846eb19-df8a-486e-9393-1b7c7ac78ce3&groupId=10347
  2. Institut de veille sanitaire (InVS), intégrée depuis 2016 à Santé publique France. Site Internet de la cohorte EDEN – principaux résultats – environnement. http://eden.vjf.inserm.fr/index.php/fr/les-principaux-resultats/environnement (Consulté le 15/03/2018)
  3. Institut de veille sanitaire (InVS), intégrée depuis 2016 à Santé publique France – Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) – Ministère en charge de la santé. Épidémiologie et pollution atmosphérique – Analyse critique des publications internationales – Effets à long terme de la pollution atmosphérique : études européennes. Extrapol n°29. Pollution atmosphérique n° 190. 2006.
  4. Assistance Publique-Hôpitaux de Paris. Qualité de l’air et santé – Symposium scientifique. 2015. https://www.aphp.fr/contenu/qualite-de-lair-et-sante (Consulté le 16/03/2018)
  5. Rousseau D. Pollution de l’air ambiant et santé des nouveau-nés à la naissance. Anses – Bulletin de veille scientifique n° 28 – Santé / Environnement / Travail. 2016. http://bvs.mag.anses.fr/sites/default/files/BVS-mg-028-Rousseau.pdf (Consulté le 16/03/2018)
  6. Just J. L’enfant, cible particulière de la pollution atmosphérique. 2015. https://www.aphp.fr/contenu/diaporama-jocelyne-just (Consulté le 16/03/2018)
  7. Chalbot MC, Kavouras I. Détermination des effets épigénétiques liés à l’exposition aux polluants de l’air. Anses – Bulletin de veille scientifique n° 25 – Santé / Environnement / Travail • Décembre 2014. https://www.anses.fr/fr/system/files/BVS-mg-025-Chalbot_Kavouras.pdf (Consulté le 16/03/2018)
  8. Lee J et al. Prenatal airborne polycyclic aromatic hydrocarbon exposure, LINE1 methylation and child development in a Chinese cohort. Environment International 2017 ; 99 : 315-320.
  9. Pablo-Romeroa MP. Effects of fine particles on children’s hospital admissions for respiratory health in Seville, Spain. Journal of the Air & Waste Management Association 2015 ; 65 : 4.
  10. Ahearn A. An Unlikely Duo: Air Pollution’s Link to Low Birth Weight, with Tracey Woodruff. podcasts: the researcher’s perspective – Environ Health Perspect
  11. Houot J et al. Residential Proximity to Heavy-Traffic Roads, Benzene Exposure, and Childhood Leukemia—The GEOCAP Study, 2002–2007. American Journal of Epidemiology 2015 ; 182(8) : 685–693.
  12. Basagaña X et al. Neurodevelopmental Deceleration by Urban Fine Particles from Different Emission Sources: A Longitudinal Observational Study. Environ Health Perspect 2016 ; 124(10) : 1630-1636.
  13. Faiz AS et al. Does ambient air pollution trigger stillbirth? Epidemiology 2013 ; 24(4) : 538-44.
  14. Qian Z et al. Ambient air pollution and preterm birth: A prospective birth cohort study in Wuhan, China. Int J Hyg Environ Health 2016 ; 219(2) : 195-203.
  15. Nhung NTT et al. Short-term association between ambient air pollution and pneumonia in children: A systematic review and meta-analysis of time-series and case-crossover studies. Environ Pollut 2017 ; 230 : 1000-1008.
  16. Hehua Z et al. The impact of prenatal exposure to air pollution on childhood wheezing and asthma: A systematic review. Environ Res. 2017 ; 159 : 519-530.
  17. Vriens A et al. Recent exposure to ultrafine particles in school children alters miR-222 expression in the extracellular fraction of saliva. Environmental Health 2016 ; 15 : 80.
  18. Frydman R. Environnement et grossesse. Hachette Pratique
  19. Janssen BG. Fetal Thyroid Function, Birth Weight, and in Utero Exposure to Fine Particle Air Pollution: A Birth Cohort Study. Environ Health Perspect 2017 ; 125(4) : 699-705
  20. Slama R, Zmirou-Navier D, Annesi-Maesano I, Dab W. Luttons tout de suite contre la pollution de l’air. Le Monde
  21. Haut Conseil de la santé publique. Pollution par les particules dans l’air ambiant Synthèse et recommandations pour protéger la santé. 2012. https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcsps20120413_ppaa.pdf
  22. Kuenzli N. Une longue route pour comprendre les effets à long terme de la pollution atmosphérique. 2006. http://opac.invs.sante.fr/doc_num.php?explnum_id=1652
  23. Organisation mondiale de la santé (OMS). Health effects of particulate matter – Policy implications for countries in eastern Europe, Caucasus and central Asia. 2013. http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0006/189051/Health-effects-of-particulate-matter-final-Eng.pdf (consulté le 17/03/2018)
  24. Organisation mondiale de la santé (OMS). Review of evidence on health aspects of air pollution – REVIHAAP Project – Technical Report. http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0004/193108/REVIHAAP-Final-technical-report.pdf (consulté le 17/03/2018)
  25. Ministère des Solidarités et de la Santé. Pollution de l’air aux particules fines : rappel des recommandations pour protéger sa santé. http://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/actualites-du-ministere/article/pollution-de-l-air-aux-particules-fines-rappel-des-recommandations-pour-319556 (Publié le 20/01/2017, consulté le 18/03/2018)
  26. Direction générale de la Santé. Questions réponses – Air extérieur et santé. 2016. http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/qr_air_et_sante_20092016.pdf (consulté le 18/03/2018)
  27. Gruzieva O et al. Epigenome-Wide Meta-Analysis of Methylation in Children Related to Prenatal NO2 Air Pollution Exposure. Environ Health Perspect 2017 ; 125(1) : 104-110.
  28. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Les normes de qualité de l’air ambiant. Avis de l’Anses – Rapport d’expertise collective – Avril 2017. https://www.anses.fr/en/system/files/AIR2016SA0092Ra.pdf
  29. Calderón-Garcidueñas L et al. Cerebrospinal Fluid Biomarkers in Highly Exposed PM2.5 Urbanites: The Risk of Alzheimer’s and Parkinson’s Diseases in Young Mexico City Residents. Journal of Alzheimer’s Disease 2016 ; 54(2) : 597-613.
  30. Kicinski M et al. Neurobehavioral performance in adolescents is inversely associated with traffic exposure. Environment International 2015 ; 75 : 136-143.
  31. Babadjouni RM et al. Clinical effects of air pollution on the central nervous system; a review. Journal of Clinical Neuroscience 2017 ; 43 : 16-24.
  32. Beyerlein A. Ambient Air Pollution and Early Manifestation of Type 1 Diabetes. Epidemiology 2015 ; 26(3) : 31–32.
  33. Grandjean P. Cerveaux en danger. Buchet Chastel
  34. de Blay F. Pollution et santé de bébé : ce qu’il faut savoir – interview pour enfant.com http://www.enfant.com/votre-bebe-0-1an/sante/Pollution-et-sante-de-bebe-ce-qu-il-faut-savoir.html
  35. Zhong J et al. B vitamins attenuate the epigenetic effects of ambient fine particles in a pilot human intervention trial. PNAS 2017 ; 114(13) : 3503-3508.
  36. Ministère des Solidarités et de la Santé. Se protéger en cas de pic de pollution de l’air. http://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/air-exterieur/article/se-proteger-en-cas-de-pic-de-pollution-de-l-air (consulté le 19/03/2018)
  37. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Bulletin de veille scientifique n° 29 – Santé/Environnement/Travail. 2016. http://bvs.mag.anses.fr/sites/default/files/BVS-mg-029-Lasserre.pdf
  38. Sbihi H et al. Perinatal Exposure to Traffic-Related Air Pollution and Atopy at 1 year of Age in a Multi-Center Canadian Birth Cohort Study. Environmental Health Perspectives 2015 ; 123(9).
  39. Liu CB. Effects of Prenatal PM10 Exposure on Fetal Cardiovascular Malformations in Fuzhou, China: A Retrospective Case-Control Study. Environ Health Perspect 2017 ; 125(5).
  40. Syndicat français des Allergologues (Syfal) – Interview pour Destination Santé – Santé respiratoire : attention, pollution ! – Allergies. 2017. https://www.ladepeche.fr/article/2017/06/12/2592218-sante-respiratoire-attention-pollution.html (Consulté le 20/03/1980).
  41. Site Internet d’Europe 1. Qualité de l’air : Bruxelles donne une « dernière chance » à la France – 30/01/2018. La pollution dangereuse pour le cerveau des bébés, selon l’ONU – 06/12/2017.
  42. Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). Early Moments Matter for every child. 2017. https://www.unicef.org/media/files/UNICEF_Early_Moments_Matter_for_Every_Child_report.pdf
  43. Sheng R et al. Periconception Exposure to Air Pollution and Risk of Congenital Malformations. The Journal of Pediatrics, 2017.
  44. Pediatric Environmental Health, 3rd Edition. American Academy of Pediatrics
  45. Gehring U. Exposure to air pollution and development of asthma and rhinoconjunctivitis throughout childhood and adolescence: a population-based birth cohort study. Lancet Respir Med 2015 ; 3(12) : 933–942.
  46. De l’air, de l’air ! Pollution chimique : la santé en jeu. Forum de la Villette – Avril 2016. http://www.cite-sciences.fr/fr/ressources/conferences-en-ligne/saison-2015-2016/pollution-chimique-la-sante-en-jeu/ (Consulté le 23/03/2018)
  47. The Nature Conservancy. Planting Healthy Air – A global analysis of the role of urban trees in addressing particulate matter pollution and extreme heat. 2016. https://thought-leadership-production.s3.amazonaws.com/2016/10/28/17/17/50/0615788b-8eaf-4b4f-a02a-8819c68278ef/20160825_PHA_Report_FINAL.pdf
  48. La tête au carré. Pollutions : les dangers pour le développement du fœtus – avec Barbara Demeneix et Rémy Slama. 2015. https://www.franceinter.fr/emissions/la-tete-au-carre/la-tete-au-carre-06-janvier-2015
  49. Raz R et al. Autism Spectrum Disorder and Particulate Matter Air Pollution before, during, and after Pregnancy: A Nested Case–Control Analysis within the Nurses’ Health Study II Cohort. Environ Health Perspect
  50. 10èmes journées de la prévention et de la santé publique – Compte-rendu de la session Polluants de l’air : Réduire les expositions pour protéger la santé. 2015. http://inpes.santepubliquefrance.fr/jp/cr/pdf/2015/Synthese_Polluants_air.pdf (Consulté le 01/04/2018)
  51. Étude European study of cohorts for air pollution effects (ESCAPE). 2014. http://www.escapeproject.eu/
  52. Slama R. Le mal du dehors : l’influence de l’environnement sur la santé humaine. Quae
  53. Landrigan PJ, Etzel RA. Textbook of Children’s Environmental Health. Oxford University Press
  54. Hassan A. Everyday environmental toxins – Children’s Exposure Risks. CRC Press
  55. Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Pollution atmosphérique en France, un impact sur la santé du fœtus et un coût de 1.2 milliard d’euros pour la société. https://presse.inserm.fr/pollution-atmospherique-en-france-un-impact-sur-la-sante-du-foetus-et-un-cout-de-1-2-milliards-deuros-pour-la-societe/31319/
  56. Rousseau-Ralliard D. Exposition gestationnelle aux hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) – comment évaluer les HAP et quels effets sur les enfants exposés in utero ? Bulletin de veille scientifique de l’Anses n°33, avril 2018. http://bvs.mag.anses.fr/sites/default/files/BVS-mg-033-Rousseau-Ralliard.pdf
  57. Rancière F, Bougas N, Viola M, Momas I. Early exposure to traffic-related air pollution, respiratory symptoms at 4 years of age, and potential effect modification by parental allergy, stressful family events, and sex: a prospective follow-up study of the PARIS birth cohort. Environ Health Perspect 2017 ; 125 : 737-45. doi : 10.1289/EHP239
  58. Hehua Z, Qing C, Shanyan G, Qijun W, Yuhong Z. The impact of prenatal exposure to air pollution on childhood wheezing and asthma: a systematic review. Environmental Research 2017 ; 159 : 519–530. doi : 10.1016/j.envres.2017.08.038
  59. Slama R. Interview dans l’émission de France Inter « Un jour dans le monde – Airpocalypse : quand la pollution de l’air tue ». 21/02/2017.
  60. European Environment Agency. Air quality in Europe — 2017 report. EEA Report No 13/2017. Publications Office of the European Union, 2017. https://www.eea.europa.eu//publications/air-quality-in-europe-2017
  61. NIEHS/EPA Children’s Environmental Health and Disease – Prevention Research Centers. Impact Report – Protecting Children’s Health Where They Live, Learn, and Play. U.S. Environmental Protection Agency (EPA), 2017. EPA/600/R-17/407. https://www.epa.gov/sites/production/files/2017-10/documents/niehs_epa_childrens_centers_impact_report_2017_0.pdf
  62. Organisation mondiale de la santé (OMS). Effects of air pollution on children’s health and development – A review of the evidence, World Health Organization, Regional Office for Europe, 2005. http://apps.who.int/iris/handle/10665/107652
  63. Zhang X, Chen X, Zhang X. The impact of exposure to air pollution on cognitive performance. Proceedings of the National Academy of Sciences 2018.
  64. Pascal M, et al. Impacts de l’exposition chronique aux particules fines sur la mortalité en France continentale et analyse des gains en santé de plusieurs scénarios de réduction de la pollution atmosphérique. Santé publique France http://invs.santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/Rapports-et-syntheses/Environnement-et-sante/2016/Impacts-de-l-exposition-chronique-aux-particules-fines-sur-la-mortalite-en-France-continentale-et-analyse-des-gains-en-sante-de-plusieurs-scenarios-de-reduction-de-la-pollution-atmospherique
  65. Site internet de Santé Publique France. Impacts sanitaires de la pollution de l’air en France : nouvelles données et perspectives. 2016. https://www.santepubliquefrance.fr/Accueil-Presse/Tous-les-communiques/Impacts-sanitaires-de-la-pollution-de-l-air-en-France-nouvelles-donnees-et-perspectives (Consulté le 30/08/2018)
  66. Santé publique France. Quelle est la part des pics de pollution dans les effets à court terme de la pollution de l’air sur la santé dans les villes de France ? 2016. http://invs.santepubliquefrance.fr/content/download/127190/452572/version/6/file/EQIS_Quelle_est_la_part_des_pics.pdf
  67. Bessagnet B, Housset B. Interview de l’émission de France Culture « La méthode scientifique – Pollution : l’asphyxie planétaire ? ». 04/10/2016.
  68. Rosenfeld CS. The epigenome and developmental origins of health and disease. Academic Press 2016.
  69. Janssen BG et al. Fetal thyroid function, birth weight, and in utero exposure to fine particle air pollution: a birth cohort study. Environ Health Perspect 2017 ; 125 : 699–705.
  70. Guillossou G. La pollution atmosphérique en France. SPS n°320, avril 2017.
  71. Direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (DRIRE) Île-de-France. Pollution atmosphérique – s’en protéger, la prévenir – informations et conseils pour le grand public. https://www.airparif.asso.fr/_pdf/publications/plaquettePRQA.pdf (Consulté le 27/03/2018)
  72. Institut de veille sanitaire (InVS), intégrée depuis 2016 à Santé publique France. Air et Santé – Le point sur les connaissances. http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Environnement-et-sante/Air-et-sante/Point-sur-les-connaissances (Publié le 18/03/2015 ; consulté le 17/03/2018).
  73. Ministère des Solidarités et de la Santé. Effets sur la santé de la pollution de l’air. http://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/air-exterieur/article/effets-sur-la-sante-de-la-pollution-de-l-air-300914 (Publié le 14/12/2015, consulté le 17/03/2018)
  74. Mahalingaiah S at al. Perimenarchal air pollution exposure and menstrual disorders. Human Reproduction 2018 ; 33(3) : 512–519.

Photo par Valérie et Gustave Deghilage

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1 Commentaire

  1. Pingback: Comment protéger les enfants des effets de la pollution atmosphérique (2/6)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.