Comment définir l’ « environnement » ?

L’environnement, c’est tout ce qui n’est pas moi. – Albert Einstein

 

Bonjour à tous !Définition santé enfants environnement

« Qu’est-ce donc que le temps ? Si personne ne m’interroge, je le sais ; si je veux répondre à cette demande, je l’ignore » . Pour la plupart d’entre nous, la célèbre pensée de Saint Augustin pourrait très bien s’appliquer à la notion d’environnement : quand on entend ou qu’on lit le mot, on ne se pose pas vraiment de questions, mais si un enfant nous demande « c’est quoi exactement l’environnement ? » ça se complique 🙂

Personnellement, je répondrai à ma fille quelque chose comme ça : “C’est tout ce qui nous entoure. Par exemple : l’air qu’on respire, l’eau qu’on boit, les aliments qu’on mange, les produits qu’on met sur la peau. Quand on parle d’environnement, parfois on parle aussi de la nature ; des terres, des eaux et de l’air qui s’y trouvent ; des animaux et des plantes qui y vivent.”. Mais qu’en est-il des scientifiques et des gestionnaires publiques qui traitent de santé-environnement ? Et bien il n’y a pas vraiment d’unanimité sur ce que recouvre exactement le terme « environnement », cette notion peut varier selon les interlocuteurs.

 

D’un strict point de vue médical, les facteurs environnementaux à l’origine des maladies sont tous ceux qui ne sont pas génétiques. Dans un sens plus généralement admis, l’environnement renvoie aux milieux de vie (domestique, naturel ou professionnel) et écarte ce qui relève de l’exposition volontaire et du comportement individuel : tabagisme actif, consommation d’alcool, comportements alimentaires, etc. C’est ce périmètre qui a été retenu par la Commission d’orientation du plan national santé-environnement.

 

Néanmoins, selon les auteurs, d’autres facteurs peuvent entrer ou non dans la catégorie des causes environnementales. Par exemple :

  • les accidents (de la route, domestique, …) et certaines violences (criminalité, effets « indirects » des guerres, …) peuvent être considérés comme faisant partie de l’environnement. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) les intègre dans ses estimations de la contribution de l’environnement.
  • les risques au travail peuvent être exclus. Par exemple, c’est le cas dans certains travaux de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Ces différences peuvent éclairer certaines interrogations. Par exemple, le pourcentage de cancers dus à des facteurs environnementaux fait l’objet de controverses. Les estimations varient de 1 à 80 % selon les sources (!). Quelques points de repères néanmoins : 5 à 10 % selon l’Institut de veille sanitaire (InVS), 7 à 20% selon le premier Plan National Santé Environnement (PNSE) et 19 % selon l’OMS. Cette variabilité s’explique par des différences sur les méthodes d’évaluation, mais aussi (et surtout ?) sur la définition du terme générique « facteur environnemental ».

 

Sante enfants environnement

 

Par ailleurs, dans le domaine de la santé environnementale, l’environnement est généralement considéré comme un ensemble de facteurs pouvant avoir un impact néfaste sur la santé : substances chimiques toxiques, radiations ionisantes, microbes pathogènes, nanoparticules, etc.Or certains auteurs considèrent que l’environnement devrait également comprendre les facteurs pouvant avoir un impact positif sur la santé. En l’occurrence, il s’agit souvent de facteurs issus des environnements naturels.

 

L’important à retenir selon moi : quand une source ou une personne considère l’influence de l’environnement sur la santé, il est très important de bien clarifier ce qu’elle entend par environnement, sous peine d’incompréhensions potentiellement significatives. Dans le cadre du blog Santé des enfants et environnement, voici la définition que je retiens pour environnement :

  • Tout ce qui nous entoure et qui peut avoir une influence sur notre santé, positive ou négative, au sens large : l’air qu’on respire, l’eau qu’on boit, les aliments qu’on mange, les produits qu’on met sur la peau, le soleil, les personnes avec lesquelles nous sommes en contact, les paysages, le bruit, les ondes électromagnétiques, les rayonnements radioactifs, les agents bioloiques …
  • Les aspects suivants sont exclus : expositions professionnelles (sauf si elles exposent indirectement les enfants. Par exemple, une blouse de travail contaminée au plomb pourrait être lavée à la maison en même temps que le linge des enfants), les accidents et les violences (au sens de l’OMS), ce qui relève de l’exposition volontaire et du comportement individuel.
  • Quand je considère la terre, les eaux, l’air, les animaux et les plantes qui se trouvent à l’écart des milieux fortement influencés par les activités humaines, j’emploie les termes « nature » ou « environnements naturels ».

 

Photos par Steve Davis et Mathilde AUDIAU

Références

  • Augustin d’Hippone dit Saint Augustin. Les Confessions (du latin Confessiones). 401.
  • Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset), aujourd’hui intégrée dans l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Portail Santé Environnement Travail – Santé et environnement : définitions et évolutions récentes – la santé environnementale : un concept protéiforme – http://www.sante-environnement-travail.fr/minisite.php3?id_rubrique=888&id_article=2760 (consulté le 05/08/2016)
  • Institut de veille sanitaire (InVS). Accueil Santé – Environnement – http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/sante_environnement/index.asp (consulté le 05/08/2016)
  • Momas I, Caillard JF, Lesaffre B. Rapport de la commission d’orientation du plan national santé environnement. 2014.
  • Sasco AJ. Cancer and globalization. Biomed Pharmacother 2007 ; doi/10.1016/j. biopha .2007 ; 10.015.
  • Évolution de l’incidence et de la mortalité par cancer en France de 1978 à 2000. Institut de veille sanitaire, 2003.
  • Plan National Santé Environnement – http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport-4.pdf
  • World cancer disease. Centre international de Recherche sur le Cancer, rapport 2007.
  • Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), United Nations Environment Programme, UNEP). Un environnement sain, des gens sains ; Healthy environment, healthy people 2016 – http://www.unep.org/about/sgb/Portals/50153/UNEA/K1602727%20INF%205.pdf.
  • Dab W. Santé et environnement – Que sais-je ? Presses Universitaires de France 2012.
  • Louv R. Last Child in the woods. Algonquin Books 2008.
  • Wilson EO. Biophilia. Cambridge: Harvard University Press 1984.
  • Espinassous L. Besoin de nature. Editions Hesse 2014.
  • Lesne J. Mot à Mot – Environnement Santé – ÉcoSanté. Environ Risque Sante 2015 ; 14-3.
  • Doise D. Mot à Mot – Écologie – Environnement. Environ Risque Sante 2007 ; 6-3.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article :cmmnt peut definir environnement, comment peut on definir lenvironnement, Definir environnements

7 Commentaires

  1. CécileD

    Hum, perso je considère quand même que les gens que nous fréquentons font partie de notre environnement et peuvent être bénéfiques ou toxiques : par exemple, au travail, une ambiance toxique et bien sûr subie peut être (très) préjudiciable sur la santé (mentale et physique) et donc dans nos rapports avec nos proches également (dont nos enfants) ; pour les enfants, de nombreux autres exemples avec toutes les personnes qu’ils côtoient (instit, nounou, copains…). Pour les adultes on reconnaît (difficilement) depuis peu les harcèlements sexuels et surtout moraux sur le lieu de travail, pas encore le burn-out, et pour les enfants c’est encore plus compliqué.Pourquoi certains enfants développent-ils des phobies de l’école ? Le harcèlement scolaire, on commence à en parler mais qui n’a pas connu un bouc-émissaire une fois dans sa vie scolaire ? Combien d’ados se suicident à cause de harcèlement, de mal-être ? Bref, je crois que ces aspects là sont aussi importants que les expositions « physiques » à des polluants car ça nous forge (ou nous détruit) pour la vie…

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      Salut Cécile !
      Commentaire super intéressant, comme dab, avec lequel je me sens en phase… mais que je ne suis pas sûr de bien comprendre : est-ce que l’expression « les personnes avec lesquelles nous sommes en contact » ne traduit pas son contenu ? Dans le cadre des enfants je veux dire, puisque c’est le sujet du blog

      Répondre
      1. Guillaume (Auteur de l'article)

        Je rebondis que la notion de Bouc émissaire : hasard de calendrier, je viens le fameux livre de René Girard (‘Le Bouc émissaire’) : vraiment excellent et explique bien les mécanismes « ancestraux » mis en jeux

        Répondre
  2. CécileD

    Si si complètement ; c’est le 2ème point qui n’est pas assez précis pour moi : « accidents et violences qui relèvent de comportements volontaires » car sinon ça a l’air d’exclure le reste du coup
    Mince pour le bouquin j’ai déjà commandé les 2 précédents ! Je vais attendre un peu pour celui-ci 🙂

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      Ah ok j’ai compris. Cela sous-entendait au sens évoqué plus haut, celui de l’OMS, « criminalité, effets « indirects » des guerres, … », que je ne voulais pas répéter. J’ai mieux clarifié dans le texte.

      Haha, effectivement ça fait beaucoup d’un coup : ton conjoint ne va plus te voir à ce rythme, il va finir par m’appeler pour me demander des comptes ! 🙂

      Répondre
      1. CécileD

        C’est un lecteur aussi donc pas de problème 🙂 et en plus c’est un sujet qui peut l’intéresser donc c’est sur ma liste d’achat pour plus tard…

        Répondre
        1. Guillaume (Auteur de l'article)

          haha
          Grâce à moi tu as déjà des idées de cadeau de noël 😉

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.