Chronique du reportage « La guerre des bonnes odeurs » (France 5)

Point d’odeur, bonne odeur. – Cicéron

Bonjour à tous

Cette article est une chronique du reportage La guerre des bonnes odeurs, diffusé sur France 5 le dimanche 24 mai 2015 [1]. Plus particulièrement, cette chronique porte sur la première partie du reportage, consacrée aux déodorants.

Résumé succinct des aspects liés à la thématique Santé des enfants et environnement

Le reportage aborde successivement les thèmes suivants :

  • Explication du rôle des déodorants classiques. Apportée à la surface de la peau par les canaux sudoraux, la sueur n’a initialement pas d’odeur. C’est l’action des bactéries présentes à la surface de la peau qui génère des mauvaises odeurs à partir de la sueur. Les déodorants classiques comprennent donc principalement des composés antibactériens, auxquels des parfums sont ajoutés ;
  • Explication du rôle des déodorants anti-transpirants. Quel(le) que soit la marque ou le modèle, les déodorants anti-transpirants comprennent des sels d’aluminium. Ces sels obstruent partiellement les canaux sudoraux, limitant ainsi le flux de sueur (jusqu’à – 50%).

 

Enjeux identifiés, du point de vue de la thématique Santé des enfants et environnement

Les sels d’aluminium sont suspectés d’avoir des effets néfastes sur la santé. André-Pascal Sappino, cancérologue et chercheur suisse, fait deux constats :

  • la majorité des cancers du sein sont aujourd’hui localisés dans la partie externe de la glande mammaire, près des aisselles, alors qu’ils étaient uniformément répartis il y a 50 ans ;
  • faiblement exposées à des sels d’aluminium in vitro (c’est-à-dire au laboratoire et en dehors d’un organisme vivant) [2], des cellules de glandes mammaires présentent des « altérations profondes dans [leur] comportement, […] altérations qui sont caractéristiques des phases précoces de cellules qui sont en train de devenir cancéreuses ». D’autres expériences sont annoncées, cette fois-ci sur des souris .

Ces doutes sont confortés par une évaluation des risques conduite en 2011 par l’AFSSAPS (aujourd’hui ANSM) [3]. L’AFSSAPS y recommande notamment de :

  • « Restreindre la concentration d’aluminium dans les produits anti-transpirants ou déodorants à 0,6 % ». Dans ce contexte, les auteurs du reportage ont sélectionné une dizaine de produits, les ont fait analyser en laboratoire, et ont trouvé des concentrations systématiquement supérieures à 0,6 % ;
  • « Ne pas utiliser les produits cosmétiques contenant de l’aluminium sur peau lésée », car l’absorption d’aluminium par l’organisme est rapportée « forte » lorsque la peau présente des lésions : épilation, rasage, etc.

 

déodorant aluminium santé enfants

 

Recommandations proposées pour se protéger des polluants

Concernant l’utilisation de déodorants contenant des sels d’aluminium :

  • limiter la fréquence à une fois tous les deux ou trois jours, les effets anti-transpirants étant partiellement rémanents, en alternance avec un déodorant classique ;
  • ne pas les appliquer lorsque la peau présente des lésions, même minimes : épilation, rasage, petits boutons, eczéma, etc.

déodorant aluminium santé enfants

 

Mon avis sur ce reportage

Les + :

  • le simple fait d’aborder cette thématique, pour laquelle le grand public, il me semble, est encore trop peu informé ;
  • la clarté des explications fournies.

Les – :

  • le ton polémique et les argumentaires orientés « à charge » ;
  • la différence de traitement, que je trouve caricaturale, entre L’Oréal (le méchant) et le petit producteur Lyonnais (le gentil). Je suis loin d’être un partisan des multinationales qui fabriquent des produits de consommation courante, mais les critiquer de cette manière me parait contre-productif.

 

Globalement, je ne me suis pas retrouvé dans l’approche du reportage. Néanmoins, je l’ai fait suivre largement, car je pense que les informations qui y sont présentées sont aujourd’hui trop peu connues.

Autour de moi, je vois des enfants demander à leur mère s’ils peuvent utiliser des déodorants. Au-delà de la question de l’âge pertinent, compte tenu des doutes sur les effets des sels d’aluminium, il me semble plus prudent de :

  • ne pas utiliser (du tout) de déodorants « anti-transpirants » contenant des sels d’aluminium ;
  • se limiter à un déodorant limitant les odeurs, sans parfum et certifié par un écolabel. Par exemple, les labels Bio et Eco garantissent l’absence de certains produits chimiques potentiellement dangereux pour la santé : phénoxyéthanol, polyéthylène glycol, colorants de synthèse, parabènes, nanoparticules, etc.

 

Et vous quel est votre avis ? Pensez-vous que le ton du reportage est juste ou caricatural ? Les informations qui y sont présentées vous paraissent-elles aussi trop peu connues ? Partagez votre avis dans les commentaires !

 

Credits photos : extraits du reportage La guerre des bonnes odeurs

 

Références :

1. Hélain E. Reportage La guerre des bonnes odeurs. France 5 2015 – http://www.france5.fr/emission/la-guerre-des-bonnes-odeurs/diffusion-du-24-05-2015-20h40 ;

2. Sappino AP, Buser R, Lesne L et al. Aluminium chloride promotes anchorage-independent growth in human mammary epithelial cells. Appl Toxicol. 2012 ; 32(3):233-43. Doi: 10.1002 ;

3. Évaluation du risque lié à l’utilisation de l’aluminium dans les produits cosmétiques. AFSSAPS 2011. http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/Evaluation-du-risque-lie-a-l-utilisation-de-l-aluminium-dans-les-produits-cosmetiques-Point-d-information

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

12 Commentaires

  1. Mi-Ko

    Il faudra que j’aille voir ce reportage ce soir!

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      Hello Mi-Ko. Pour info : il sera rediffusé le 31 mai à 16h

      Répondre
  2. CécileD

    Ah le déodorant… Grande discussion ! depuis que je mange plus sain (paléo, bio, local dans la mesure du possible), mes odeurs corporelles sont moins fortes donc… je n’utilise plus de déodorant du tout ! De temps en temps, éventuellement un peu de bicarbonate en massage des aisselles après la douche mais sinon rien, nada ! Et je m’en porte bien et j’aime mon odeur naturelle…

    Répondre
  3. Guillaume (Auteur de l'article)

    CécileD, je crois que ton retour d’expérience va en surprendre plus d’un 😉 mais pas moi, car j’ai remarqué la même chose de mon côté. Ma sueur sent moins… et même je sue moins.

    Un bémol néanmoins : je fais pas mal de « tests » alimentaires pour essayer de nouvelles choses, parfois un peu extrêmes il est vrai 🙂 et dans ce cadre le « sans déo » signifie « sans filet » haha

    Répondre
  4. Pingback: Des réflexes qui font un bébé "bio"

  5. Un colibri

    Il est désormais facile de trouver des déodorants sans sels d’aluminium, et ils ne sont pour autant pas moins efficaces il me semble, d’après mon expérience. Pourquoi s’en priver, connaissant les doutes émis par des instances éminemment compétentes en matière de santé (on parle quand même notamment de l’ANSM!) ?

    Et que dire alors de la « pierre d’alun », vendue par de nombreux magasins bio comme le « déo naturel » ou « écologique » par excellence, mais qui, bien sûr… contient, sous une autre forme (alun de potassium, et non chlorhydrate d’aluminium) un max d’aluminium ! Pas d’avis scientifique tranché non plus à ce stade ?

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      De mémoire le message du reportage était « il y a doute, mais si certains avancent que l’aluminium de la pierre d’alun est moins assimilable ». Le reportage ne mentionnait aucune recherche sur le sujet. Donc effectivement pas « d’avis tranché ».
      Je te rejoins assez sur le « puisque les sûrs marchent, autant les utiliser et ne pas se poser de questions »

      Répondre
  6. Pingback: Quels sont les déodorants potentiellement dangereux | Reservatelo.com

  7. Pingback: Pollution de l’air intérieur : comment bien choisir ses produits ménagers ?

  8. Pingback: Recommandations « Santé des enfants et environnement » : retour d’expérience n°1

  9. Pingback: Comment protéger les enfants et les femmes enceintes des polluants issus des cosmétiques

  10. Pingback: Qu’est-ce que le « risque attribuable » et pourquoi est-ce important à comprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.