Bien manger en attendant bébé – chronique du livre de Katrin Acou-Bouaziz

Chronique du livre Bien manger en attendant bébé

alimentation enceinte bébé santé

de Katrin Acou-Bouaziz, 180 pages, publié en 2011

Cet article fait partie du défi que je me suis lancé, lorsque l’arrivée de mon second enfant a été confirmée par l’échographie du premier trimestre. Cliquez sur le lien suivant pour consulter les autres articles de mon défi Santé des enfants et environnement publiés à ce jour.

 

Katrin Acou-Bouaziz est journaliste, spécialisée dans les thématiques « santé » et « famille ». Elle a écrit ce livre en collaboration avec le Dr Cocaul, médecin nutritionniste attaché au service endocrinologie-métabolisme de la Pitié-Salpêtrière, spécialiste des thématiques « obésité » et « troubles du comportement alimentaire ».

 

Ce livre fait le bilan, pour chaque étape de la grossesse :

  • des recommandations classiques portant sur l’alimentation de la femme enceinte ;
  • des mauvaises pratiques qui peuvent :
    • détériorer le niveau de santé générale de la femme enceinte, et ainsi dégrader les conditions optimales pour le développement du bébé ;
    • exposer le bébé à des substances perturbant son développement.

Le livre s’annonce prioritairement orienté sur l’alimentation, un des liens principaux entre notre santé et l’environnement. Néanmoins, il propose également quelques conseils sur d’autres thématiques : activité physique, cosmétiques, relations avec les autres, etc.

 

Quelques informations et points de vue intéressants, concernant la thématique « Santé des enfants et environnement »

Voici une sélection d’informations et de points de vue issus du livre, en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement », et que je souhaite partager avec vous.

Un régime alimentaire diversifié et équilibré est nécessaire pour répondre aux besoins d’un bébé en développement.

Limiter les sucres rapides et les graisses animales fait partie des règles de base d’une grossesse en pleine santé.

La prise de poids doit être maîtrisée, de l’ordre de 12 kg en 9 mois, dont 1 ou 2 kg seulement au premier trimestre. Chaque femme enceinte est différente : cet ordre de grandeur doit être adapté au cas par cas, notamment en fonction de l’indice de masse corporelle (IMC) initial.

Contrairement à certaines idées reçues, « manger pour deux » peut être dommageable pour la santé du bébé :

  • 150 calories supplémentaires par jour suffisent amplement pendant les deux premiers trimestres, soit une pomme et un yaourt à 0 % de matières grasses, ou encore un quart de baguette ;
  • 200 calories supplémentaires suffisent au dernier trimestre, soit une pomme et un fromage blanc à 15 % de matières grasses.

Nettoyer le réfrigérateur et le congélateur tous les 15 jours permet de limiter le risque de contamination bactériologique des aliments, un des risques principaux pour les femmes enceintes (listériose, toxoplasmose, etc.). Eviter les aliments suivants permet également de réduire les risques :

  • les viandes et les poissons crus ou peu cuits ;
  • les fromages à pâte molle et les desserts aux œufs crus ;
  • le lait cru et les fromages au lait cru ;
  • les crudités et les fruits mal lavés ;
  • les graines germées.

Les envies et les dégoûts traduisent probablement les besoins du corps en nutriments. Les écouter/suivre semble donc pertinent, dans la limite des recommandations évoquées ci-dessus.

Continuer à pratiquer une activité sportive pendant la grossesse contribue à fournir de bonnes conditions de développement au bébé. Eviter les sports avec risques de chutes est essentiel, dès le premier trimestre. Les sports recommandés sont la marche, la natation et la gymnastique douce de type stretching ou Pilates.

Les consommations suivantes devraient être limitées :

  • caféine : deux cafés par jour maximum ;
  • soja : un produit par jour maximum.

Privilégier les aliments riches en nutriments (vitamines, minéraux, etc.), comme les fruits et les légumes.

Sur les étiquettes, les ingrédients sont classés par ordre décroissant de quantité présente dans le produit. Eviter les aliments qui contiennent principalement des graisses, surtout s’il s’agit d’acides gras trans.

 

Quelques extraits en lien avec la thématique « Santé des enfants et environnement »

Le surpoids constitue un facteur favorisant des fausses couches, des problèmes cardio-vasculaires mais aussi du diabète gestationnel. Il rend également l’accouchement plus compliqué et augmente les risques d’épisiotomie, de césarienne et de naissance prématurée. […] Il expose votre enfant à un poids de naissance important (plus de 4 kg) et donc au risque de développer des maladies telles que l’asthme ou le cancer. Il prédispose enfin votre enfant à un IMC fort, et donc à plus de risques de maladies associées à l’obésité infantile.

Tous les régimes amincissants (Dukan, Atkins, Weight Watchers, Hollywood…) sont fortement déconseillés pendant la grossesse. D’ailleurs, la plupart d’entre eux mettent en garde les femmes enceintes et allaitantes dans leur programme.

La consommation excessive de caféine (au-delà de 400 mg par jour, soit 4 expressos, 2 tasses de café ou encore 5 canettes de Coca) pourrait augmenter fortement les risques de fausse couche, mais aussi avoir une incidence sur le poids de naissance du bébé par augmentation du risque de retard de croissance intra-utérine

Votre alimentation détermine la santé de bébé. Protection fœtale, organogenèse, poids de naissance mais aussi poids à long terme : tout ce que vous mangez a un impact direct sur le déroulement de la grossesse et le devenir de votre enfant.

Stop à l’alcool. Sachez qu’à ce jour, on ne connaît pas le seuil limite à partir duquel l’alcool induit des conséquences sur le développement neurologique de l’enfant. L’abstention se révèle donc la position la plus raisonnable.

Le soja contient des phytœstrogènes, molécules issues du monde végétal dont la composition ressemble à celle de l’œstradiol, l’une des deux principales hormones féminines. C’est pourquoi les chercheurs craignent qu’elles ne perturbent le système hormonal. Selon des études menées chez l’animal, la consommation de soja pendant la grossesse pourrait avoir des effets indésirables chez le petit. Résultat : l’Inpes et l’Anses (ex-Afssa) recommandent aux femmes enceintes et allaitantes de surveiller leur consommation de soja tant qu’aucune étude ne prouvera l’innocuité de cet aliment pendant la grossesse. La règle en vigueur est simple : pas plus de 1 produit au soja par jour (lait, tonyu – jus – , tofu, biscuits ou encore dessert) et arrêt des compléments alimentaires contenant des isoflavones de soja, car leur concentration est très élevée.

Les crèmes : il s’agit de produits très riches qui renforcent l’élasticité de la peau en améliorant son taux d’hydratation. Choisissez un soin spécial femmes enceintes, qui ne comporte pas de toxiques (comme les parabens) pouvant nuire à votre bébé

Traquez les mauvaises graisses. Le moyen le plus sûr de les éviter : mangez des produits frais et cuisinez vous-même. Vous aurez alors la possibilité d’évaluer les quantités et les types de matières grasses utilisées

 

Mon avis

Les + :

  • un panorama des recommandations classiques : alimentation riche en nutriments, dangers liés à certains aliments et certaines substances, prise de poids maîtrisée, activité physique douce, etc.
  • des aspects pratiques clairement expliqués, dans un style enjoué ;

 

Les – :

  • des recommandations parfois imprécises. Par exemple : « 2 aliments gras et/ou sucrés par semaine » ;
  • un niveau d’information très « basique », basé sur un nombre de références restreint. Ce niveau est cohérent avec l’objectif de vulgarisation du livre, mais des recommandations inverses peuvent être trouvées par ailleurs : le livre gagnerait à donner plus d’éléments pour que le lecteur puisse se faire son propre avis ;
  • l’exposition aux polluants chimiques que l’on peut trouver dans les aliments est lacunaire : molécules de Maillard, pesticides, résidus médicamenteux, etc. Pourtant, la grossesse est une des périodes de grande sensibilité de l’enfant aux polluants. A mon sens, cet aspect important doit être intégré lorsqu’on traite du « bien manger pour avoir un bébé en pleine forme »  ;
  • des avis très tranchés et non justifiés sur des choix alimentaires qui pourtant font débat. Par exemple : abats, gibier, aspartame, graisses animales, produits laitiers, etc.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

19 Commentaires

  1. Yum

    Bonjour,
    D’après ton résumé des principales recommandations et ma propre expérience, je partage ton avis: les recommandations me semblent, en tout cas dans les grandes lignes, assez « classiques », même si l’ouvrage apporte sûrement de nombreuses précisions et serait sans doute malgré tout très utile à toute future maman qui n’aurait pas été très informée sur le sujet!

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      Bien d’accord avec toi Yum.
      Je m’efforcerai, notamment avec les articles de mon défi, d’apporter des informations complémentaires sur ce sujet avec le blog !

      Répondre
  2. Flore

    J’attends avec impatience le prochain sujet nutrition (que ce soit pour la femme enceinte ou pour les enfants), avec ton avis personnel sur le sujet ! 🙂

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      merci Flore 🙂

      L’alimentation est un sujet que je compte (abondamment) développer sur ce blog car :
      – la nourriture est un des liens principaux entre le corps et l’environnement. Il s’agit de la voie d’exposition principale pour de nombreux polluants ;
      – une nourriture adaptée me parait être un point clé pour que le corps fonctionne de manière optimale. Je pense notamment à des systèmes d’élimination efficaces, ce qui est essentiel pour faire sortir du corps les polluants auxquels nos enfants auront été exposés (je pense qu’on peut diminuer significativement leur exposition, mais qu’on ne peut pas l’éliminer complètement).

      Au plaisir de futurs échanges avec toi sur ces sujets alors !

      Répondre
    2. Guillaume (Auteur de l'article)
  3. Pingback: Des réflexes qui font un bébé « bio »

  4. Un colibri

    Un livre visiblement intéressant, regroupant effectivement les recommandations de base. Si le tout est procuré sur un ton enjoué, cela ne peut en être que mieux.

    J’envoie « 10 + » sur la recommandation du nettoyage fréquent et consciencieux du réfrigérateur car c’est vraiment selon moi le moyen le plus sûr de lutter contre la potentialité de listériose. Il serait par exemple cohérent de focaliser à tout prix sur les fromages au lait cru tout en ayant un réfrigérateur mal nettoyé et/ou avec dedans toutes sortes d’aliments stockés sans fermeture hermétique.

    Enfin, « 100+ » pour une alimentation « bio », a fortiori pendant la grossesse et l’allaitement.

    Répondre
    1. Guillaume

      Sans le vouloir, tu viens de me mettre indirectement un bon coup de pied aux fesses : pour la propreté du frigo, franchement, je n’assure pas… Allez c’est décidé, je le fais ce soir (au vinaigre blanc !) et je confirme l’exploit en laissant un petit mot ici juste après ; )

      Pour le côté bio c’est beaucoup mieux 🙂
      Guillaume Article récent : Rentrée : un cartable sain pour nos enfantsMy Profile

      Répondre
      1. Guillaume (Auteur de l'article)

        c’est bon c’est fait 🙂

        Répondre
  5. Un colibri

    toujours aussi impressionnée par ta fermeté à réaliser ce à quoi tu t’engage 😉

    Répondre
    1. Guillaume (Auteur de l'article)

      haha la honte était mon alliée sur ce coup là !
      En plus j’ai eu le droit de la part d’une Romi contente à un « Mais qu’est-ce qui t’arrives ?!? C’est super ! »

      Répondre
      1. Un colibri

        Ca fait plaisir de constater que les commentaires peuvent avoir un double effet bénéfique : action – réaction (positives !) 🙂

        Répondre
        1. Guillaume (Auteur de l'article)

          🙂

          Répondre
  6. MC

    J’ai le livre et l’ai lu pour mes deux grossesses. Il y a des conseils intéressants mais les menus sont juste pas suivable (à mon humble avis). Déjà les recettes sont sympas mais elles ne fonctionnent qu’en été car sortie des courgettes et aubergines il y a peu de variété. Ensuite, c’est vraiment très léger au niveau des repas. J’ai pris moins de 10 kg à chacune de mes grossesses et j’ai mangé beaucoup plus! La teneur des menus pour moi c’est comme un régime (je fais 54kg). Vous avez précisé dans votre article qu’il faut manger à sa faim et j’applaudie mais le livre est assez culpabilisant pour certaines choses, c’est dommage.

    Répondre
  7. Guillaume (Auteur de l'article)

    Hello MC

    Merci beaucoup pour votre retour d’expérience 1) c’est toujours précieux de la part de quelqu’un qui a effectivement mis en oeuvre, d’autant plus sur deux grossesses ! 2) mettre en regard des ressentis différents est toujours intéressant : par exemple, en tant qu’homme « indirectement » concerné, je n’ai pas autant ressenti le potentiel culpabilisant du livre, merci d’avoir enrichi la chronique 🙂

    Répondre
  8. Stérilet cuivre

    Bonjour!
    J’ai lu ce livre qui m’a beaucoup aidé dans la grossesse en apportant pleins de petits conseils au quotidien.
    Effectivement les envie de fringales ciblées sont des messages du corps qui passnt l’information (exemple, envie de viande signifie un manque de fer)

    Répondre
  9. Guillaume

    Bonjour !
    Oui j’aime bien aussi l’idée d’être à l’écoute des appels du corps. Toute la subtilité me paraît être de bien les comprendre,surtout si on a un corps un peu « déréglé » 🙂

    Répondre
  10. Pingback: Une grossesse bio, de la conception vers la naissance

  11. Pingback: Défi « Santé des enfants et environnement » : l’heure du bilan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Sensibiliser les enfants avec des livres illustrés ? Ca m'intéresse !
Hello. Add your message here.